Encore de très bons artistes de chez Pias : Noble Tea et Andy Burrows à la Rotonde

0 Participations

Le concert commence avec une Rotonde presque sold out et c’est très bien pour ce très bon groupe que je découvre : Noble Tea. Mais le clou de la soirée c’est Andy Burrows, l’ex-Razorlight. Noble Tea, si le nom du groupe fait immédiatement penser à la Grande-Bretagne, ses chansons pop/rock ne sont pas sans rappeler des groupes comme Starsailor ou The Verve. Noble Tea est composé d’Oliver Symons (voix, piano et, guitare), d’Emiel Van Den Abbeele (guitare), d’Antoni Foscez (batterie) et de Moreno Claes (basse). Noble Tea peut se vanter d’avoir travaillé avec le compositeur belge, David Poltrock (Hooverphonic, Triggerfinger, Tom Helsen), qui a produit son premier single, “We Will Rise (at the end of the world”). Encore une très bonne découverte de Pias qui ira très loin. Ce groupe vient du nord du pays qui regorge de plein de bons groupes rock.

Noble Tea commence par “Spark”, très belle chanson tout en douceur. La voix d’Olivier est très présente, le concert débute très bien. Pour le second morceau “The Boxers”, le ton est donné, le concert monte en puissance, le public qui discutait devient attentif et apprécie les belles mélodies. Nos petits jeunes continuent avec “Before I Catch You”. Olivier quitte sa guitare et se met au piano, les guitares sont présentes, le niveau sonore monte d’un cran et la voix s’envole vers les aigus. Il s’agit d’un très beau morceau. Le suivant est “The Bubble”, c’est le morceau que je préfère, la batterie est insidieuse. Suit “Nothing At All”, la batterie est toujours bien présente et accompagne très bien la belle voix d’Olivier. Le groupe enchaîne avec “Rainbow”, “Boat”, “Connection Fall” pour terminer en beauté le concert par “We Will Rise”. Première vision en concert, belle découverte, qualité musicale présente, le label Pias a fait une très belle découverte. C’est un label qui a du flair. C’est un groupe à suivre lors des futurs festivals d’été.

Andrew William Burrows (né le 30 juin 1979 à Winchester, Angleterre) est un musicien britannique et talentueux auteur-compositeur et multi-intrumentiste (guitare, piano, chant, batterie, synthé, banjo, harmonica). Ex-membre du groupe Razorlight depuis 2004, formation qu’il a quittée en 2009, Andy Burrows ne s’est pas reposé sur ses lauriers. Et c’est le moins que l’on puisse dire ! Il a d’abord rejoint la formation We Are Scientists en tant que batteur et a sorti son premier album solo, “Sun Comes Up Again”, sous le nom de I Am Arrows. Cet album a recueilli les éloges de la critique. Avant de s’associer avec son ami d’enfance Tom Smith, chanteur et leader des Editors, pour sortir le très joli “Funny Looking Angels”, en tant que Smith and Burrows ; là aussi merveilleusement accueilli par la critique, le single était “When The Thames Froze”.

Et aussi surprenant que cela puisse paraître, il a même trouvé le temps de travailler sur un nouvel album solo “Company”, dont le premier single est “Keep On Moving On”, morceau frais et entraînant, écrit alors qu’il travaillait en studio avec Andrew Wyatt et Mark Ronson, rien que ça !
Il avait en 2008 sorti un premier album solo, “The Colour of My Dreams”, dont les bénéfices récoltés avaient été entièrement reversés à un centre médical pour enfants.

La musique d’Andy Burrows est une musique qui intègre très bien le rock anglais à la pop-folk des années 60. Andy s’y connaît en mélodies imparables et l’écoute de ses nouvelles compositions ne fait que conforter notre opinion à ce sujet. Il possède ce don pour composer des morceaux dont les refrains vont se coller dans un coin du cerveau pour ne plus jamais devoir en partir. Ce soir, sur scène, avec guitare, claviers et accessoirement basse, la formule est simple et ne fait que mettre encore plus en valeur la voix si mélodieuse de l’Anglais. Andy est accompagné de Steve Clark et de Tim Baxter qui produit d’ailleurs le nouvel opus “Company”.

Le concert d’Andy débute par “Frank Mills”, morceau extrait de la comédie musicale hippie “Hair”. Belle entrée en matière pour un concert qui va être tout en douceur et en musicalité. Le morceau suivant est “Company”, une très belle ballade qui est le titre éponyme du très beau nouvel album. Andy a une très jolie voix et sait exploiter celle-ci. Entre chaque morceau, Andy remercie le public d’être venu et discute avec celui-ci. Cela est assez plaisant et semble plaire au public conquis par ce très sympathique artiste.

“Because I Know That I Can” est le morceau suivant et le nouveau single. C’est une balade énergique dont le clip réalisé par Stefan Parker met en scène de malheureux candidats face à un jury blasé. C’est de toute beauté, très années 60 avec mélodie et arrangements musicaux très propres et accrocheurs et il devrait propulser l’album “Somebody calls Your Name” vers le haut des classements des hit-parades. Le public est séduit. “If I Had A Heart”, Andy est un multi-instrumentiste complet qui sait tirer de sacrées mélodies de sa guitare acoustique. Vient “America”, la reprise de son ancien groupe Razorlight, morceau très attendu par le public conquis et connaisseur. Le morceau suivant est “Another Picture Of You”, très belle chanson de son ancien groupe I Am Arrows. “Maybe You” est une très belle ballade très pop folk. “Pineaple Head” est une magnifique reprise du groupe Crowded House. Dans ce morceau, toute la beauté de la voix d’Andy s’affirme et dépasse même celle des créateurs. “Home Town” est un morceau mélancolique à souhait qui vous fait réfléchir.

Andy chante des mélodies douces et mélancoliques, avec quelques choeurs, un peu de piano, quelques nappes de cordes pour faire romantique. Autrement dit, il fait un album si possible très éloigné des groupes pour lesquels il officiait jadis. Dommage que le concert n’a duré que 45 minutes, je suis resté sur ma faim mais cet artiste très sympathique gagne a être connu. Merci Andy et à la prochaine. Andy fait d’ailleurs la première partie des concerts de Muse et d’Amy Mac Donald.

2 pensées sur “Encore de très bons artistes de chez Pias : Noble Tea et Andy Burrows à la Rotonde

  • novembre 3, 2012 à 11:31
    Permalink

    Diable que c’est mal écrit.

    “(…) belle chanson (…) belles mélodies (…) beau morceau (…) belle voix (…) en beauté (…) belle découverte (…) très belle découverte (…) belle entrée en matière (…) belle ballade (…) beau nouvel album (…) de toute beauté (…) belle chanson (…) belle ballade (…) beauté de la voix (…)”

    + 13 fois le mot “morceau”
    + 25 fois le mot “très”.

    + Quelques fautes : “pleins de bons groupes”, “formation qu’il a quitté

    Forme : 0/10
    Fond : 10/10.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :