70000 tons of metal : 4. HELLOWEEN, mythe ou réalité ?

0 Participations


Dans cette succession de concerts, voici qu’arrive la première grosse tête d’affiche : Helloween. Jamais encore je n’avais eu l’occasion de voir ce groupe culte se produire sur scène. Vu la réputation des musiciens à la citrouille, je m’attendais à un concert exceptionnel… Après un premier concert honnête sans plus, le groupe se surpasse sur la grande scène du pool deck. Créé en 1978, le groupe allemand
Helloween
est un spécialiste incontesté du power metal et du speed symphonique. Fort d’une discographie de 14 albums studio, le groupe a connu plusieurs changements de line-up. Finalement, le bassiste Markus Grosskopf et le guitariste Michael Weikath sont les seuls survivants de la formation originelle. Le groupe est actuellement emmené au chant par Andi Deris qui a succédé à Michael Kiske et Kai Hansen (Gamma Ray).


Dès les premières notes, on est frappé par la virtuosité des musiciens. Le concert démarre comme une grande fête métal, le public du Chorus Line Theater est prêt à faire le plein de riffs et de speed metal pendant les 75 minutes qui sont imparties au groupe. La voix d’Andi Deris est fidèle à ce que l’on peut entendre sur CD. En vocaliste de talent, il interprète les morceaux avec beaucoup de conviction, appuyant son chant par une gestique qui accentue une certaine dramaturgie. Sascha Gerstner (guitare) et Daniel Löble (batterie) complètent brillamment le tableau.

L’ambiance décolle lentement, mais finit par s’enliser. À mesure que les titres s’enchaînent, je me surprends à commencer à trouver le jeu de scène un tantinet répétitif et la gestique du chanteur assez peu variée. La qualité du jeu des musiciens ne parviendra hélas pas à effacer cette impression… Vu la carrière du groupe et le succès dont il est auréolé, je m’attendais à un show époustouflant. Il m’a fallu me contenter d’une prestation correcte, sans plus. Bref, ce premier concert ressemble fort à un échauffement.


Pour sa deuxième prestation, le groupe bénéficie de la superbe scène du pool deck. Clairement, le groupe a besoin d’espace pour s’exprimer et déployer tout son savoir-faire car cette nouvelle prestation de Helloween est beaucoup plus séduisante, plus étincelante. La track list a été légèrement modifiée, histoire de faire plaisir aux nombreux fans présents. Les musiciens à la citrouille fournissent ici une prestation qui décoiffe, tout à fait à la hauteur de sa réputation. Cette fois-ci, la magie opère.

Seul petit bémol : un petit côté « star système ». Helloween est le seul groupe pour lequel un dispositif de sécurité a été mis en place pour sécuriser le passage des “vedettes”, allant ainsi à l’encontre de l’esprit général de la croisière qui veut que les musiciens et le public se côtoient librement.

Ne boudons pas notre plaisir pour autant. Les inconditionnels de Helloween seront heureux d’apprendre (s’ils ne le savent pas déjà) que de fin février 2013 à début juin 2013, le groupe sera en tournée un peu partout en Europe avec Gamma Ray. Juste après, le groupe s’envolera pour 5 dates au Japon. Il sera aussi au Hellfest et fera, avant cela, un détour par le PPM 2013.

Les autres photos de
Helloween

Photos © 2013 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :