En attendant le PPM Fest 2013 : l’interview du maître de cérémonie

0 Participations


Le PPM Fest approche à grands pas et, comme chaque année, nous faisons le point avec Tony Carlino, maître de cérémonie, au sujet de l’état d’avancement des préparatifs du plus grand festival métal de Wallonie ! Music in Belgium : Commençons par le bilan de l’édition 2012. Es-tu satisfait de l’affluence ? Le public était-il au rendez-vous ? As-tu une idée du nombre de visiteurs qui se sont présentés aux portes du Lotto Mons Expo l’année dernière ?

Tony Carlino : Nous sommes très satisfaits au niveau du déroulement du festival puisque tout s’est passé à merveille. Le public et les groupes étaient contents. Au niveau de l’affluence, ce n’était pas encore tout à fait ça. Cela tend à s’améliorer d’année en année, mais il nous manque encore quelques visiteurs supplémentaires pour que le Fest puisse s’assumer financièrement. Pour te donner un chiffre, nous avons approché la barre des treize mille personnes sur les trois jours.

MiB : Le passage à la formule ‘trois jours’ a-t-il été bénéfique pour les finances du Festival ?

Tony Carlino : Je reste convaincu qu’il s’agit de la bonne formule pour nous. Cependant, comme je l’ai dit plus haut, il nous faudra encore un peu de temps pour rentrer dans nos frais. Nous croisons quand même les doigts pour que cela soit cette année !

MiB : As-tu une anecdote particulière ou quelque chose d’amusant à nous raconter au sujet de l’édition 2012 ?

Tony Carlino : Oui, cela se passait le samedi. Accept terminait son concert et les bénévoles étaient sensés nettoyer les alentours de la scène Alpha… Nous les avons retrouvés occupés à faire un Cover-Band PPM… Je vous invite à visionner la vidéo qui circule sur notre channel Youtube. Elle en vaut vraiment la peine !

MiB : Comment se déroulent les préparatifs de l’édition 2013. Est-ce que tout est prêt ?

Tony Carlino : Dans les grandes lignes, tout est prêt, mais, comme dans la construction, ce sont les finitions qui prennent le plus de temps.

MiB : Au niveau des infrastructures, y aura-t-il des changements par rapport aux éditions précédentes ?

Tony Carlino : Il n’y aura pas vraiment de gros changements, si ce n’est que le Métal Market va doubler de taille pour y accueillir beaucoup plus d’exposants. Il y aura aussi quelques animations supplémentaires…

MiB : L’année dernière, vous aviez installé un village de Festihuttes juste à côté du Lotto Mons Expo afin de faciliter la vie aux festivaliers qui désiraient rester sur place pendant toute la durée des festivités. Cette formule a-t-elle eu du succès ? Allez-vous renouveler l’expérience ?

Tony Carlino : Tout à fait. Les Festihuttes seront à nouveau disponibles. Cette année, nous proposons, en plus de cela, des ‘Flexhotels’. Ce sont des chambres d’hôtel mobiles, avec de vrais lits, des draps et tout le confort d’une véritable chambre d’hôtel. Il y a, en ce moment, une promo à ne pas rater à ce sujet sur notre
site
!

MiB : On le sait, le PPM Fest est ton bébé. C’est toi qui en a eu l’idée et qui t’es battu pour que les premières éditions voient le jour. En plus des nombreux bénévoles qui travaillent durant les trois jours de festivals, tu es désormais entouré d’une équipe ‘permanente’ qui t’aide à mettre tout cela en place. Pourrais-tu nous présenter tes collaborateurs principaux ?

Tony Carlino : Le plus important de tous, c’est Greg Vansiliette de la
Federock
. C’est vraiment la personne qui, comme moi, est au courant de tout et est capable de prendre toutes les décisions qui s’imposent. Ensuite, nous avons Bruno Sepulchre, notre régisseur général, qui est un consultant de l’agence
A2
. C’est lui que nous appelons le ‘Bon Dieu’. Il y a aussi son épouse Jade qui chapeaute l’accueil artiste. Ce serait bien trop long de tous les énumérer, mais, en passant, il y a encore Phil, Pat, Mouss, Rosario, Nico… c’est vraiment dur de ne pas tous les nommer car, au final, le PPM est vraiment un travail d’équipe !

MiB : Le PPM Fest est aujourd’hui un événement reconnu au niveau international. Lorsque l’on jette un coup d’œil à l’affiche de cette édition 2013, on constate que hormis ton groupe Max Pie et les vétérans de la scène montoise que sont Drakkar, il n’y a plus vraiment de groupes montois ou même hennuyers. Le Fest est-il désormais fermé aux formations locales ou débutantes ?

Tony Carlino : Pas du tout ! Nous étions submergés de demandes et c’est pour cette raison que nous avons demandé à
R-Mine Productions
d’organiser un concours (les Metal Battles) afin de nous aider à faire une sélection dans toutes ces demandes.

MiB : Est-ce que la bonne réputation dont jouit désormais le PPM Fest au niveau international vous a facilité la tâche au moment de trouver des sponsors ?

Tony Carlino : Pas vraiment. À part les quelques sponsors qui nous sont fidèles depuis le début, j’ai vraiment l’impression que le métal dans la région de Mons… tout le monde s’en fout !

MiB : Penses-tu pouvoir battre ton record de fréquentation avec cette affiche 2013 qui se veut éclectique (avec, notamment, un groupe extrême comme Behemoth en clôture de la journée du samedi) mais aussi moins généraliste (il n’y a pas vraiment de groupe susceptible d’attirer un public autre que les fans de métal comme c’était le cas les années précédentes avec Scorpions et Europe) ?

Tony Carlino : Je l’espère, car même s’il est vrai que les groupes sont un peu plus pointus, je pense que nous proposons là une sacrée affiche. Et je ne suis pas le seul à le penser puisqu’elle déplace des Russes, des Estoniens, des Québécois…

MiB : Si tu avais les moyens de le réaliser, quel serait ton plus grand rêve pour le festival ?

Tony Carlino : Iron Maiden, Metallica à Mons ! Ce serait vraiment la cerise sur le gâteau !

MiB : Qu’aurais-tu envie de dire au public pour le décider à se déplacer jusque Mons les 12, 13 et 14 avril ?

Tony Carlino : La seule façon de savoir si le PPM Fest en vaut la peine, c’est d’y venir. Comme apparemment les gens qui y sont venus reviennent chaque année… vous ne devriez pas être déçus !

MiB : Pour terminer, nous avons eu l’occasion de discuter il y a quelques semaines avec Damien, le guitariste de Max Pie, dans le cadre de notre ‘interview découverte’. Celui-ci nous a affirmé que le nouvel album de Max Pie était en cours de finalisation. Sera-t-il prêt pour le PPM Fest ? Peux-tu déjà nous révéler son titre ?

Tony Carlino : Oui, nous comptons d’ailleurs n’interpréter que des titres du nouvel album le jour du PPM Fest. Je ne suis pas encore certain qu’il sera sorti à temps… Il s’intitule “Eight Pieces… One World” ! Mais je crois savoir que tu en as déjà écouté quelques morceaux… tu es donc mieux placé que moi pour en parler !

Michel Serry : J’ai effectivement eu la chance d’écouter l’album en avant-première. Je ne suis pas sûr d’être mieux placé que Tony Carlino pour pouvoir en parler, mais je peux dire, en tout cas, que c’est un petit bijou et que les fans du groupe et les amateurs de métal progressif en général seront très agréablement surpris !

Sauf changement de dernière minute, nous pourrons voir Tony Carlino stressé mais heureux, un walkie-talkie à la main, courir dans les couloirs du Lotto Mons Expo, les vendredi 12, samedi 13 et dimanche 14 avril 2013.

Tous les détails sont sur le
site officiel
du PPM Fest.

Retrouvez ici la série d’interviews que nous avons consacrées au artistes qui se produiront dans le cadre de l’édition 2013 du PPM Fest :
Seven Kingdoms (USA)
,
Myrath (Tunisie)
,
Empyrios (Italie)
,
Fire Force (Belgique)
,
Amaranthe (Suède)
,
Vital Breath (France)
,
Manticora (Danemark)
,
Rotting Christ (Grèce)
,
Nightmare (France)
,
Infernal Tenebra (Croatie)
,
DGM (Italie)
,
Tank (Angleterre)
,
Max Pie (Belgique)
et
Circus Maximus (Norvège)
.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :