Les springboks de Prime Circle dynamitent l’A.B. avec 3 Doors Down

0 Participations

Nous avons assisté ce samedi soir à un concert complet de Prime Circle et de 3 Doors Down. La soirée a été chaude dans la grande salle de l’Ancienne Belgique. Les Sud-Africains de Prime Circle ont exécuté une prestation exemplaire et de haut vol en première partie du groupe sudiste 3 Doors Down. Prime Circle est un groupe sud-africain originaire de Johannesburg qui vit le jour en 2001. Il est composé de Ross Learmonth à la guitare et au chant, de Marco Gomes à la basse, de Dale Schnettler à la batterie, de Dirk Bisschoff à la guitare et enfin de Neil Breytenbach aux synthétiseurs. Ils sont présents ce soir pour défendre leur dernier et cinquième opus, sorti en 2012, « Evidence ». Prime Circle donne dans un rock moderne puissant et nerveux, son style musical est situé entre Hoobastank et 3 Doors Down dont ils font la première partie. « Evidence » est précédé de quatre albums : « Hello Crazy World » (2002), « Live This Life » (2005), « All Or Nothing » (2008) et « Jekyll & Hyde » (2010).

Après un solide solo de batterie, le groupe arrive tout sourire pour nous interpréter « Closure », extrait de « Jekyll & Hyde » sorti en 2010. Ils enchaînent ensuite trois morceaux extraits de « Evidence » : « King For A Day », « Time Kills Us All » et « Evidence ». On voit que Ross avec sa voix puissante sait manier les foules, le jeu de scène est irréprochable. On peut constater que Prime Circle a de la bouteille et les musiciens savent très bien occuper la scène, le public le remarque immédiatement. Le groupe communique son énergie a un public déjà conquis. Pour « She Always Gets What She Wants », extrait de « All Or Nothing », c’est un peu plus lent que le reste du set, le public reprend le refrain en choeur. C’est pour moi un moment fort du concert de Prime Circle. « Breathing » est extrait de l’album « Jekyll & Hyde » comme « Never Gonna Bring Us Down ». Ces deux morceaux puissants sont les hits du groupe du pays de Nelson Mandela,. Les guitares sont ravageuses, mais la mélodie n’arrache pas les tympans délicats. Et pour terminer en beauté, un extrait de « All Or Nothing » avec « Consider Me ». Le groupe a bien rempli son contrat en préparant le terrain pour les vedettes de la soirée en la personne du groupe 3 Doors Down.

3 Doors Down pratique un rock dur aux influences sudistes. Ils sont là ce soir pour présenter leur The Greatest Hits Tour et leur dernier CD du même nom sans le tour. Le groupe est composé du chanteur Brad Arnold, du bassiste Justin Biltonen, des guitaristes Matt Roberts et Chris Henderson et enfin du batteur Greg Upchurch. À leur début en 1990, c’était un trio, ce qui explique le nombre de portes évoquées dans leur nom. 3 Doors Down connait un succès fulgurant grâce à leur méga tube « Kryptonite ». Dès lors, la carrière est lancée. Le groupe publie en 2000 leur premier album, « The Better Life », qui fait un véritable carton planétaire avec 6 millions d’exemplaires vendus. Décidant de battre le fer pendant qu’il est chaud, 3 Doors Down revient en 2002 avec un second album : « Away From The Sun » qui est certifié disque d’Or en un mois, grâce au titre « When I’m Gone ». Entre-temps arrive un nouveau batteur afin de laisser Brad Arnold se consacrer entièrement au chant. Les albums « Seventeen Days » en 2005 et « 3 Doors Down » sorti en 2008 ont tous deux débuté au top des ventes américaines. Avec « Time Of My Life » sorti en 2011, ils prouvent qu’ils peuvent produire des albums bien foutus, à l’agressivité suffisamment maîtrisée pour plaire au plus grand nombre de fans.

Après une entrée en matière des plus apocalyptiques, introduit par un jeu de lumière digne d’une défense antiaérienne, le groupe entame avec vigueur et entrain « Time Of My Life ». On y est, la guerre est déclarée à l’Ancienne Belgique, le rock dur et mélodique sera de la partie. La voix de Brad est forte, puissante et immédiatement reconnaissable par les fans. Le groupe enchaîne un « Duck And Run » tout en puissance, suivi immédiatement par un « It’s Not My Time », repris en choeur par un public déjà conquis. Brad est heureux d’être présent sur scène et remercie chaleureusement le public après chaque chanson que le groupe enchaîne avec la rapidité d’un cheval au galop. Ils vont poursuivre avec « The Road I’m On », « Away From The Sun » et « Let Me Go » pour en arriver à une petite nouvelle « Goodbye » présentée par Brad. Ouf, ce n’est pas la fin du concert !

« Loser » est extrait du premier album « The Better Life » et celui-ci je l’adore particulièrement. Les guitares y ont la part belle, bien soutenue par la voix mélodieuse de Brad. « There’s A Life » est une petite ballade où la voix de Brad s’affirme, mais ici tout en douceur. « Landing In London » est extrait du troisième album studio « Seventeen Days » sorti en 2005. Les deux guitaristes changent constamment de place et occupent bien la scène. « One Light » précède « Here Without You » qui fut l’un des points forts et culminants de la soirée où la communion fut totale entre le groupe et ses fans. La gent féminine va donner tout ce qu’elle peut avoir dans les tripes. Le groupe va continuer avec le très musclé « Believer » qui va introduire une étonnante reprise de Megadeth, « Symphony Of Destruction », les guitares y ont la part belle et la voix est grunge à souhait. Nous arrivons au dernier morceau du concert, le groupe semble pressé de partir. 3 Doors Down entame « The Better Life ». Le concert aura à peine duré un peu moins de 70 minutes, c’est un peu court.

Un peu plus de cinq minutes à attendre et c’est le retour triomphal de nos rockeurs préférés qui vont interpréter leurs hits mondiaux qui les a fait connaître : « Kryptonite » et « When I’m Gone ». Une petite photo de famille, dos au public et on est parti. Un bon concert, une belle soirée pleine d’intensité et de rock, mais un public un peu mou, c’était peut-être dû à la chaleur.

Laisser un commentaire

Music In Belgium
%d blogueurs aiment cette page :