BLACK CROWES : une déferlante de rock sudiste

0 Participations

J’ai assisté ce mardi 25 juin au second concert sold out des Américains de Black Crowes. Lors de cette soirée, les frères Robinson des noirs corbeaux ont essayé de nous inculquer une solide leçon de rock sudiste du meilleur cru. Le 110 du Boulevard Anspach est en mode rock’n’roll pour une seconde fois en 4 jours. Black Crowes est composé des frères Chris Robinson qui officie au chant à la guitare et à l’harmonica et Rich Robinson au chant et à la guitare, d’Adam MacDougal aux synthétiseurs et aux choeurs, de Jackie Green à la guitare et aux choeurs, de Steve Gorman à la batterie et enfin de Sven Pipien à la basse et aux choeurs.

The Black Crowes est un groupe de rock américain fondé en 1989 à Atlanta, en Georgie. Leur rock sudiste est très fortement influencé par des pionniers tels que The Allman Brothers Band et Lynyrd Skynyrd, mais aussi largement ancré dans la musique des Faces, de groupes des années 1960-1970 tels que les Rolling Stones (période Mick Taylor) ou bien encore Led Zeppelin. Leurs influences se dirigent aussi vers les Velvet Underground dont ils feront quelques reprises comme celle de la chanson “Oh! Sweet Nuthin”. En 1990, les lecteurs de Rolling Stone les désignent comme le meilleur nouveau groupe américain. Ils ont vendu plus de 30 millions d’albums à travers le monde et furent qualifiés par Melody Maker de plus grand groupe de Rock’n Roll du monde. Le groupe Black Crowes a déjà livré il y a quelques jours un premier concert sold out et, ce soir, le concert n’est pas loin d’être complet. La tournée 2013 s’intitule Lay Down With Number 13. Pendant plus de deux heures, le groupe Black Crowes va nous revisiter toute sa carrière déjà longue de plus de 23 ans et nous tenir en haleine. En 23 ans, c’est la cinquième visite des corbeaux noirs dans notre capitale européenne.

Le groupe nous met en forme avec “Moving On Down The Line” qui est extrait de leur excellent septième opus Warpaint sorti en 2008. Chris, de sa voix éraillée, nous amène dès le début dans le sud profond. “Twice As Hard” est un extrait du premier album des noirs corbeaux “Shake Your Money Maker” sorti il y a plus de 23 ans. C’est un solide retour en arrière qui vous procure de bonnes sensations. Avec “Sting Me” qui est extrait du second album “The Southern Harmony and Musical Companion” paru en 1992, on baigne totalement dans un hard rock bien carré teinté de blues. Nous sommes en plein dans les années 70. C’est pour moi le meilleur album du groupe. Pour “Been A Long Time (Waiting On love)”, extrait de “Before The Frost… Until The Freeze” sorti en 2009, on continue dans la même veine avec des envolées de guitares. “Feelin’ Alright” est une magnifique reprise du groupe Traffic, on est en plein dans le psychédélique et le hippie.

On baigne dans le blues avec “Good Friday” ; la voix très spéciale de Chris s’accorde très bien avec l’ambiance dégagée par l’harmonica. Black Crowes va jouer “Another Roadside Tragedy” suivi de “Wiser Time”, ces deux chansons sont résolument hippie et je n’accroche pas. “Whoa Mule”, qu’est-ce que je peux adorer cette chanson. Ici on s’écarte grandement de l’univers Black Crowes et on part vers l’Inde. “She Talks To Angels” est un superbe morceau qui relève pour moi fortement cette soirée. Black Crowes va terminer ce long concert avec “Remedy” et “Thorn In My Pride”. Un court moment d’interruption pour en venir au rappel avec “Feathers” suivi de “Shine Along”. Je regrette fortement que le groupe n’ait pas interprété des morceaux comme “Kicking My Heart Around” et “By Your Side”, deux perles extraites de l’opus “By Your Side” qui m’a fait réellement découvrir ce groupe exceptionnel.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :