Dez Mona une formalité, une mise en jambe pour Piano Club, Puggy le triomphe !

0 Participations

La douzième édition du Brussels Summer Festival (B.S.F.) avait lieu à Bruxelles du 9 au 18 août, elle s’est terminée en apothéose avec le groupe bruxellois dans le vent dont tout le monde parle : Puggy. Après plusieurs Ancienne Belgique complets, nos trois artistes attachants ont encore fait trembler le Mont des Arts, précédés des prestations plus qu’excellentes de Dez Mona et de Piano Club. Ce festival est devenu incontournable dans la liste des festivals d’été et une référence sûre qui a drainé selon l’organisation plus de 120.000 personnes. Il faut préciser qu’il y avait 10.000 personnes dans la plaine pour accueillir les artistes.

Le Brussels Summer Festival (B.S.F.) avait soigné l’affiche du dixième et dernier jour de festival au Mont des Arts. La mise en bouche était de qualité avec la prestation de Dez Mona. Dez Mona s’est formé en 2003 à Bruxelles sous l’impulsion de Nicolas Rombouts (basse) et Gregory Frateur (chant). C’est le premier groupe à se produire à l’Ancienne Belgique de Bruxelles sans avoir sorti un seul album. En 2005, Dez Mona sort son premier opus “Pursued Sinners” enregistré en compagnie de Sam Vloemans (trompette) et Roel Van Camp (accordéon, DAAU). L’année suivante, le duo se produit à la Cigale de Paris pendant le défilé de mode de la styliste Véronique Branquinho. En 2007, il recrute Steven Cassiers (batterie) et Bram Weijters (piano). Le quintette revient alors avec son deuxième album “Moments Of Dejection or Despondency” qui sort chez le label Radical Duke fondé par DAAU. En 2009, Dez Mona signe chez le label 62TV Records. Il enregistre son troisième album “Hilfe Kommt” aux studios ICP de Bruxelles avec le producteur Paul Webb (Talk Talk). Le mixage est assuré par Phil Delire (Alain Bashung, Indochine). En 2010 sort “Saga” qui est un opéra baroque suivi en 2012 du dernier opus “A Gentleman’s Agreement” qu’ils vont défendre devant nous. Il est à noter que la musique de ce groupe est bien structurée, le timbre de voix du chanteur est tout à fait particulier et vous fait penser à du Anthony Johnson, du Nick Cave ou du Nina Simone et vous emmène donc dans des ambiances particulières. L’utilisation d’instrument tel qu’accordéon et contrebasse vous feutre leur musique qui un peu jazzy, gospel, classique, rock alternatif et pop. Je ne connaissais pas ce groupe et j’ai apprécié. Il passe d’ailleurs en première partie de My Little Cheap Dictaphone au Salon de Silly le 18 octobre 2013.

Pour la prestation des Liégeois de Piano Club, bien habitué des salles bruxelloises et du BSF, la foule est présente et cela commence à serrer fortement aux premiers rangs. Ce groupe est l’un des fers de lance du collectif liégeois Jaune Orange. Piano club est actif depuis 2007 et est emmené par le chanteur/guitariste Anthony Sinatra et le bassiste/guitariste Gaëtan Streel accompagné de Julien Paschal et Salvio Ladelfa. Piano Club a deux albums à son actif “Andromedia” sorti en 2010 et le tout chaud “Colores” qui est un opus puissant et ils sont là pour le défendre. Leur musique est mélodique à souhait avec les voix d’Anthony et de Gaëtan. Cet album respire le bonheur, la bonne humeur et est teinté de plein d’humour. La prestation de Piano Club sera un judicieux mélange de chansons extraites des deux opus. Le public est à point, mais le groupe aussi et la montée en puissance va être graduelle. Ils savent s’adapter à n’importe quelle scène et il faut dire que les scènes ils connaissent, et Anthony sait mettre l’ambiance. Il n’est pas étonnant que ce groupe soit avec Puggy l’un de nos principaux produits d’exportation.

Le terrain est prêt pour nos trois Bruxellois dans le vent, le public est chaud et à point (merci Anthony), le Mont des Arts est prêt à exploser et le public nombreux attend de pied ferme le groupe Puggy qui va encore nous faire une prestation scénique de qualité et tout en puissance. Puggy, qui n’est plus à présenter, ratisse et rameute un public de 7 à 80 ans. Le set interprété sera “Stop Me”, “I Do”, “Goddess Gladys”, “Last Day On Earth (Something Small)”, “How I Need You”, “Goes Like This”, “When You Know”, “Teaser” et, pour clôturer, un “To Win The World” du meilleur cru. Un rappel d’enfer avec “Father And Son” de Cat Stevens et le magistral “Something You Might Like”.

Les concerts de Puggy ne se ressemblent jamais et sont toujours différends. La décontraction et la bonne humeur sont toujours de la partie et se communiquent même derrière la table de mixage où Clément et Benoît s’amusaient comme des petits fous. Puggy sera le 7 septembre 2013 à l’Autumn Rock de Braine-le-Comte en tête d’affiche et il ne reste que quelques places. Ils seront également en tournée chez nos voisins français à Anzin le 11 octobre 2013 et au Poulpafone festival de Boulogne-Sur-Mer avec Willy Moon, Girls In Hawaii le 4 octobre 2013 et l’entrée est de 8 euros. Il faudra être aussi là pour les soutenir pour leur premier Forest National le 22 février 2014.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :