Un coup de blues avec Tony Joe White et Reena Riot

0 Participations

C’est mon premier concert de la rentrée au 110 boulevard Anspach dans cette belle salle qu’est l’Ancienne Belgique où un coup de blues va régner pendant une heure trente. Il faut dire que la première partie est assurée par une jeune Gantoise bourrée de talent que je découvre pour la première fois, il s’agit de Reena Riot. Elle doit chauffer la salle pour le vieux bluesman qu’est Tony Joe White. Reena est seule avec sa guitare et sa voix et Tony sera en mode acoustique avec juste un batteur pour l’accompagner. Le set de Joe va être court soit moins de 60 minutes et sans un seul rappel.

Pour chauffer la salle, nous avons en première partie Reena Riot aka Naomi Sijmons. C’est la fille de Fons Sijmons, bassiste de The Scabs, donc de bonnes sensations en perspective. Reena vient de sortir son premier E.P. 5 titres, intitulé “Reena Riot” tout simplement. Elle a déjà fait plusieurs premières parties de Mauro et Roland, le plus vieux et prestigieux bluesman de notre plat pays. Elle participe et chante sur plusieurs chansons du nouvel opus de Roland intitulé “New Found Sacred Ground” où la voix de Reena est puissante et empreinte d’une très grande maturité. Elle n’a pas du tout à rougir de ses influences prestigieuses ayant baigné très jeune dans la musique et cela n’est que bénéfice.

Elle est seule sur scène avec pour tout accompagnement sa voix blues puissante et pleine de maturité. Elle a d’ailleurs été finaliste du concours Humo’s Rock Rallye 2012. Reena est accompagnée de sa guitare électrique. Elle va nous interpréter un “Loust And Found” de toute beauté, suivi d’un “What This Could Be” qu’elle accompagne de sa voix blues à souhait. Tu fermes les yeux et tu te retrouves à voyager dans le Bayou. On passe ensuite à “The Dog”, poignant et plein de sensibilités, pour passer ensuite à “Take A Steer” qui démarre tout en douceur pour une montée en puissance réelle avec une voix très soutenue qui va nous mener vers les sommets. J’apprécie et, je pense, le public présent également. Je suis toujours ébahi par les brillantes premières parties proposée à l’Ancienne Belgique et celle-ci est une très belle découverte. Reena va poursuivre avec un “Army Roots” de toute beauté, suivi de “I Belong To You”. Sa voix est puissance, un croisement entre P.J. Harvey et Bonnie Raitt avec des teintes de Beverly Jo Scott, ma reine du blues préférée. Reena terminera par un cover de Ike And Tina Turner nommé “Funkier Then A Mosquito’s Tweeter”, a capella en tapant du pied et dans les mains. Elle sera, avec le phénomène Roland Van Campehout, le 8 octobre 2013 à 21h au café Rits dans le cadre du Stoemp. C’est gratuit et il n’aura pas de places pour tout le monde.

La tête d’affiche est néanmoins impressionnante, car il s’agit d’un grand Monsieur du blues, Tony Joe White. Tony est né en Louisiane en 1943 et a plus de trente albums à son actif. Il sera présent ce soir pour défendre son dernier opus sorti il y a peu, “Hoodoo”. Tony a écrit “Rainy Night In Georgia” pour Brook Benton, qui en a fait un succès. Il a également écrit les paroles anglaises de “The Guitar Don’t Lie”, originellement composée sous le titre “Le marché aux Puces” par Joe Dassin et Claude Lemesle ensuite reprise par Joe Dassin en 1980 et traduite en “La guitare fait mal” par Etienne Roda-Gil pour Johnny Hallyday en 1991. Tony Joe White a également écrit pour Ray Charles, Dusty Springfield, Wilson Pickett, Waylon Jennings, George Jones et Tina Turner. Il obtient un succès immédiat en 1969 avec la chanson “Polk Salad Annie”, reprise par la suite par le King Elvis Presley.

La soirée sera cool et acoustique. Tony est assis au centre de la scène avec sa guitare, son harmonica, son chapeau de cow-boy et ses lunettes noires calées sur le nez avec juste, derrière lui, son batteur Bryan Owings en simple accompagnement. Le concert va être excellent et de très grande qualité musicale, mais trop court, un peu moins de 60 minutes et sans rappel. Le public sera comme moi déçu. Grâce à ses mélodies rock et blues et son accent du Sud, Tony va nous transporter dans des paysages qui rappellent les ranchs du Texas et le Bayou de la Louisiane. Il faisait face à un public averti qui reprenait ses plus gros succès avec attention et application. Il faut avouer que Tony Joe White est une légende et il se fait de plus en plus rare en concert.

3 pensées sur “Un coup de blues avec Tony Joe White et Reena Riot

  • septembre 19, 2013 à 18:20
    Permalink

    Bonjour,

    Je pense que vous faites erreur en mentionnant Jeff Hale comme batteur.
    Tony Joe est accompagné sur cette tournée par le batteur Bryan OWINGS.

    Serge

  • septembre 20, 2013 à 19:50
    Permalink

    D’accord pour la qualité de Reena Riot meme si on lui souhaite de s’acheter une guitare qui sonnera mieux !!
    Grosse deception pour tony joe vu en 2011 au new morning et qui ce soir joue divinement mais a perdu sa voix et plante tout le monde après 1 h (dans ce cas on previent avant que le show sera court)
    fatigué ou lassé de jouer ?
    ne pas dire au revoir à son public c’est vraiment pas cool !!
    il nous reste les disques……

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :