En attendant le PPM Fest 2014 : l’interview découverte de Grenouer

0 Participations


Pour notre seconde interview découverte estampillée PPM Fest 2014, nous partons à Saint-Pétersbourg, en Russie, afin de rencontrer Andrey ‘Ind’ Merzlyakov, le vocaliste de Grenouer. MiB : Pourrais-tu présenter Grenouer aux lecteurs de Music In Belgium ?

Grenouer : C’est un grand plaisir pour moi de pouvoir rencontrer les amateurs de musique du Benelux. C’est particulièrement important pour notre groupe car nous avons signé un contrat discographique avec un label belge : Mausoleum Records. Et bien, Grenouer est un vieux gang russe formé au début des années 90. À l’origine, nous donnions dans le métal extrême (et ses dérivatifs) mais, graduellement, nous avons développé quelque chose de totalement différent et j’ai dit adieu aux hurlements, aux cris et autres growls. Nous avons enregistré sept albums et je suppose que ce serait trop de boulot de les écouter tous. Je vous conseille donc plutôt de mettre la main sur un exemplaire de notre dernier album “Blood On The Face” qui représente clairement ce que nous faisons aujourd’hui ou, si vous préférez, de jeter un coup d’œil aux dernières vidéos que nous avons postées sur Youtube
ici
,
ici
et
ici
.

MiB : Quel est, à votre avis, la dénomination qui convient le mieux pour définir votre style musical ?

Grenouer : Tout est, au final, une histoire de guitares heavy gonflées à bloc et de lignes de chant mélodique. La combinaison des deux pourrait être décrite comme du ‘Adult-Oriented-Metal’, quelque chose qui incorpore des éléments anciens et modernes – Crossover, Nu Metal, Rock Alternatif, Grunge, Hard Rock et A.O.R.. Je suis un fan inconditionnel du Hard’n’Heavy des eighties et cela m’influence, cependant, il serait tout à fait incorrect de comparer notre musique à celle d’un groupe comme Crashdiet, par exemple. Dans une certaine mesure, nous sommes plus proche des Deftones, de Tool ou de Sevendust. Mais, cela aussi c’est une interprétation plutôt vague de notre créativité. En fait, nous préférons nous concentrer sur l’écriture de chansons décentes plutôt que de spécifier notre style musical.

MiB : Pourquoi avez-vous choisi de vous appeler Grenouer ?

Grenouer : Au début de notre histoire, nous avions besoin d’un nom aux connotations maléfiques et le mot ‘Grimoire’ avait été évoqué. Nous l’avons ensuite modifié en quelque chose de plus unique. Grenouer est un mot ‘démocratique’, sans signification particulière et je trouve qu’il s’adapte à tous les styles musicaux que nous désirons jouer. Il a un petit goût de mystère et d’intrigue dans la plupart des langages. Nous avons découvert un peu trop tard qu’en français, il sonnait un peu trop comme le mot ‘Grenouille’ (rires).

MiB : Quelles sont vos influences principales ?

Grenouer : Les groupes qui m’ont transformé en ‘dévot du Métal’ sont plutôt typiques : Kiss, Mötley Crüe, Black Sabbath, Led Zeppelin, AC/DC, Bon Jovi, Alice Cooper, Aerosmith et bien d’autres. Et puis la scène métal s’est développée et mes goûts ont évolué, mais pas uniquement dans la direction du heavy. J’ai apprécié le Thrash, le Hardcore et le Death et j’ai aussi suivi avec enthousiasme l’arrivée de Faith No More, Fishbones, Living Color, Primus, Jane’s Addiction, etc. La scène métal s’est libérée et diversifiée. De plus, je suis assez ouvert à différents styles de Rock et même à la Pop de qualité.

MiB : Quels sont les cinq albums sans lesquels la musique de Grenouer n’aurait pas vraiment été la même ?

Grenouer :

  1. Stone Temple Pilots : “Shangri-La Dee Da”
  2. Medication : “Prince Valium”
  3. Dark New Day : “Twelve Year Silence”
  4. Linkin Park : “A Thousand Suns”
  5. Seether : “Holding Onto Strings Better Left to Fray”

MiB : Quelles sont les cinq formations les plus représentatives de la scène à laquelle vous appartenez ?

Grenouer : J’espère que tu ne parles pas de la scène russe ! Nous ne nous sentons pas vraiment chez nous au milieu de la scène locale. Nous n’utilisons pas de lyrics en langue russe, nous ne suivons pas les spécificités nationales et nous ne tenons pas compte des tendances locales. Ici, ce qui est populaire, c’est de jouer de manière brutale ou ultra-compliquée. La musique de Grenouer va plutôt dans le sens de la mélodie et de l’émotion. Tous nos albums ont été publiés par des labels étrangers, ce qui nous donne l’impression d’être plus cosmopolites. Cinq groupes ? Par un heureux hasard, trois des groupes que je me dois de citer sont italiens : Figure Of Six, Logical Terror, et Overunit Machine. Un autre vient de Finlande Suburban Tribe, qui, je le regrette, a déjà splitté et je finirais par Chassis, un groupe génial qui vient de Pologne.

MiB : Quel est votre meilleur ou votre pire souvenir (au choix) concernant le groupe ?

Grenouer : Les meilleurs souvenirs sont liés aux tournées. Vivre la vie des musiciens, fouler la scène, respirer la musique, vibrer et rencontrer des gens géniaux et des fans et laisser la routine de côté. Les pires souvenirs viennent des changements de line-up et de la malhonnêteté qui entoure le monde de la musique ; lorsque les gens trichent, te manipulent et te maltraitent. Je suis un mec de la vieille école. Je me rappelle clairement de la scène métal underground du début des années 90. A l’époque se faire arnaquer était une véritable honte. Bien sur, je rencontre aussi des tas de gens décents et positifs !

MiB : Quels sont vos projets pour le futur ?

Grenouer : Grenouer est en train de tourner des clips vidéos et travaille sur de nouvelles chansons. Nous sommes occupés à négocier avec des bookers pour arranger des tournées. Rien de neuf, mais tout cela prend du temps et demande beaucoup d’efforts et d’investissements.

MiB : Qu’attendez-vous de votre prestation au PPM Fest ?

Grenouer : Nous sommes très excités à l’idée de participer au PPM Fest. Des groupes merveilleux, une scène énorme, la foule et l’organisation parfaite ! Toutes les expériences que nous avons eues dans le passé, lorsque Grenouer a joué dans des grands festivals ‘outdoor’ ont été formidables. Cette fois, donner un concert dans un grand festival ‘indoor’ va certainement nous laisser une forte impression. Grenouer tient absolument a remercier Tony Carlino, Didier Schohier et Mausoleum Records pour lui avoir offert une telle opportunité et un tel support. C’est un très grand honneur pour nous !

MiB : Pour terminer : Y a-t-il une question spécifique que vous auriez aimé que je vous pose et que j’ai oubliée ?

Grenouer : Une question ennuyeuse, mais importante au sujet des endroits où ont été enregistrés nos derniers albums. L’album précédent “Lifelong Days” (sorti dans le monde entier sur le label Locomotive Recors) a été entièrement enregistré et mixé en Finlande aux studios Astia avec Anssi Kippo (célèbre pour son travail avec Children Of Bodom). Il a été suivi par l’ EP cinq-titres “Computer Crimes” (publié mondialement par Copro Records) enregistré, lui aussi aux studios Astia. Nous avions pensé y ajouter quelques titres bonus pour la version russe, et finalement c’est devenu notre nouvel album. Trois des cinq titres de l’EP ont été remaniés et nous y avons ajouté six nouveaux titres. Cette fois, nous avons enregistré chez nous, à Saint-Pétersbourg et les pistes ont été envoyées en Italie pour le mixage et la production. Dualized et Eddy Cavazza de dysFUNCTION Prods ont assuré cette tâche avec un haut niveau de professionnalisme et de créativité. Ils ont trouvé le son qui nous va à la perfection et ont beaucoup contribué à la vue d’ensemble. Nous sommes très contents du résultat et nous leurs en somme vraiment reconnaissants. La touche finale a été le mastering. Celui-ci a été effectué à Helsinki, au Finnvox Studio par Mika Jussila en personne. Notre album est donc un gracieux mélange savoir faire italien, finlandais et russe.

Merci beaucoup pour l’intérêt que tu as porté à notre groupe. Nous attendons avec impatience de rencontrer tous les fans de métal Belges au PPM Fest !

Grenouer est présent sur
Facebook

Nous pourrons découvrir la musique de Grenouer sur scène au PPM Fest de Mons. Le festival aura lieu les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 avril 2014. Tous les détails concernant les jours et les heures des prestations seront communiquées prochainement sur le
site officiel
du PPM Fest.

Retrouvez ici notre interview découverte de
Persefone (Andorre)
.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :