Le bilan 2013 made in Wouty

0 Participations

Douze mois, cela passe drôlement vite. A peine janvier entamé que les premières grosses sorties de l’année annoncent déjà les festivals d’été qui, une fois terminés laissent entrevoir le mois de décembre et ses traditionnels bilans. Voici un résumé tout à fait subjectif de ce qui nous a fait vibrer en 2013… Albums de l’année

Si “AM”, le cinquième album des Arctic Monkeys a fait l’unanimité auprès de la plupart de nos confrères, c’est le “Holy Fire” de Foals qui a finalement eu notre préférence après une ultime écoute destinée à les départager. La plume d’Alex Turner a résolument permis au groupe de Sheffield d’asseoir son autorité sur le rock indépendant tout en conservant sa crédibilité (les imparables “Do I Wanna Know ?” et “Why’d You Only Call Me When You’re High ?” ont tourné en boucle) mais les atmosphères et la cohésion du troisième opus des lascars d’Oxford ont finalement fait la différence.

Alors qu’ils prônaient un math rock intello en 2008 avec “Antidotes”, Yannis Philippakis et ses compères ont modelé leur style en le rendant digeste au moyen de “Total Life Forever” deux ans plus tard et de récolter le fruit d’un travail patient et soigné grâce à “Holy Fire”, arrivé en février. Mis à part peut-être le single “My Number” qui leur a donné un top 30 anglais, il est difficile d’extraire un titre en particulier tant ceux-ci s’imbriquent parfaitement les uns dans les autres. S’il fallait tout de même en choisir l’un ou l’autre, on opterait pour le prenant “Inhaler” et le déroutant “Providence”, alors que le titre d’intro (“Prelude”) ne pouvait que mener à un album impeccable de bout en bout.

2013 a beau avoir vu la sortie de bon nombre d’albums très réussis, notre top 3 se complète avec un coup de cœur signé Johnny Marr. “The Messenger”, son premier véritable album solo (celui enregistré sous Johnny Marr + The Healers en 2003 ne compte pas) sorti en février, a eu du mal à quitter notre platine. Impossible en effet de ne pas tomber sous le charme de la plage titulaire, de “Generate! Generate!” ou du magnifique “Say Demesne”. A découvrir d’urgence et, au vu de sa prestation au Pukkelpop, une date en salle serait un beau cadeau pour 2014.

Notre top 10 complet:

1. Foals“Holy Fire”
2. Arctic Monkeys“AM”
3. Johnny Marr“The Messenger”
4. Nick Cave & The Bad Seeds“Push The Sky Away”
5. Jacco Gardner“Cabinet Of Curiosities”
6. Arcade Fire“Reflektor”
7. Editors“The Weight Of Your Love”
8. The National“Trouble Will Find Me”
9. Queens Of The Stone Age“…Like Clockwork”
10. White Lies“Big TV”

Albums belges de l’année

Ici aussi, une petite surprise dans nos choix puisque tout le monde s’attendait à voir “Everest”, l’album du retour des Girls In Hawaii, grimper sur la première marche du podium. Mais c’est “Le Franc Belge” de Daan qui les a coiffés sur le fil. “Misses” (qui donne toujours autant de frissons), “Not Dead” ou “Switzerland” ont d’indéniables qualités mais l’ensemble sur disque à tendance à coller à son titre (ces écarts sont toutefois effacés en live). En d’autres termes, c’est la cohérence du septième album de Daan qui a fait la différence, en plus de la surprise de l’entendre chanter majoritairement dans un français impeccable, dévoilant des influences empruntées au Gainsbourg des années 60. Avec des musiciens hors pair comme les siens, il pourrait même composer une farandole que cela sonnerait toujours bien…

C’est “More”, le troisième album des Bruxellois de Soldout qui ferme la marche, même s’ils sont loin d’avoir révolutionné leur style. Ceci dit, tant qu’ils composeront des singles comme “94” ou “Off Glory”, on ne leur en tiendra pas rigueur.

Concerts de l’année

2013 aura été une année riche en concerts tous plus intéressants les uns que les autres mais c’est la prestation de Foals (oui, encore eux) à l’AB le 15 mars qui a supplanté la concurrence. Intense, énergique, époustouflante, puissante, les relatifs nous manquent pour la caractériser, d’autant que l’ami Yannis Philippakis est entre-temps devenu un leader affirmé. Et lorsque l’on se rend compte que ce sont les prometteurs Jagwar Ma qui ont assuré la première partie, il ne fallait pas chercher beaucoup plus loin la soirée de l’année.

Derrière eux, on a choisi les Girls In Hawaii qui ont enflammé cette même Ancienne Belgique le 22 novembre. Quel contraste avec leur prestation en demi-teinte de la veille au Cirque Royal. Comme quoi, le public a toujours son mot à dire et l’ambiance dans la salle dépend majoritairement de lui.

La troisième position revient aux Arctic Monkeys qui ont dicté leur loi dans un Forest National plein à craquer le 9 novembre. On les a souvent vus en live (dont la première fois à la Rotonde du Botanique 8 ans plus tôt) mais il leur manquait toujours ce petit quelque chose qui pouvait faire la différence. Nul ne sait si les extraits de “AM” dont on parle plus haut ont été les éléments déclencheurs, mais les anciens classiques du groupe faisaient limite pâle figure à leurs côtés. Prochaine étape, mettre Rock Werchter à genoux en juillet prochain.

Notre top 10 complet:

1. Foals (AB – 15.03)
2. Girls In Hawaii (AB – 22.11)
3. Arctic Monkeys (Forest National – 09.11)
4. Andy Cairns (Botanique – 14.06)
5. Daan (Het Depot – 03.05)
6. White Lies (AB – 29.11)
7. Ozark Henry (AB – 23.05)
8. The National (Forest National – 16.11)
9. Cat Power (AB – 26.06)
10. The Walkmen (VK – 30.04)

Festivals slots de l’année

Toujours plus nombreux, toujours plus pros et variés, les festivals belges ne manquent pas d’arguments et le nombre croissant d’étrangers qui y plantent leur tente chaque année en est une preuve évidente. Cette année, c’est le Pukkelpop qui nous a une fois encore apporté le plus d’émotion et les meilleures surprises. Ainsi, comment passer à côté de l’émouvante prestation des Girls In Hawaii (encore!) qui ne s’attendaient certainement pas à recevoir un accueil aussi chaleureux de la part du public de Kiewit. Que celui qui n’a pas ressenti une boule dans la gorge au beau milieu des acclamations lève le doigt. Avec en filigrane la première écoute de nouveaux titres à deux semaines de la sortie d’“Everest”. Un moment dont on se souviendra longtemps encore.

Un gros mois et demi auparavant, c’est Richard Hawley qui a pris le public du Barn (la nouvelle scène de Rock Werchter) par les sentiments en exécutant un set lumineux et chaleureux grâce à sa voix hors du temps et à sa guitare magique qui ont élevé les extraits du magnifique “Standing At The Sky’s Edge” sorti l’an dernier au stade de majestueuses compositions. Ceux qui nous ont suivis n’ont pas été déçus.

Retour au Pukkelpop et au Marquee pour le médaillé de bronze, Johnny Marr, qui a présenté son excellent “The Messenger” à une foule injustement clairsemée. Il faut dire qu’il jouait en même temps que Nine Inch Nails sur la grande scène et ceci explique vraisemblablement cela. Toujours est-il que ceux qui ont choisi de rester pour enfin voir l’ex-guitariste des Smiths dans un rôle de leader en ont eu pour leur argent. Des extraits dudit album ont côtoyé des classiques du groupe Mancunien (dans des versions presque meilleures que celles de Morrissey) alors qu’une brillante cover d’“I Fought The Law” faisait office de cerise sur le gâteau. Mais qu’est-ce qu’un organisateur attend pour le booker dans une salle ?

Notre top 5:

1. Girls In Hawaii (Pukkelpop)
2. Richard Hawley (Rock Werchter)
3. Johnny Marr (Pukkelpop)
4. BRNS (Nuits Botanique)
5. dEUS (Les Ardentes)

Covers de l’année

Dernière rubrique qui nous tient à cœur, celle mettant en exergue les reprises en concerts de titres d’autres artistes. Au hit parade de la popularité, ce sont les Daft Punk qui raflent la couronne cette année puisque leur “Get Lucky” a été maintes fois revisité. La version downtempo de San Cisco (au Pukkelpop tout d’abord, au Bota ensuite) montre qu’il s’agit d’une composition travaillée qui risque de traverser les époques. Le duo électro a également vu son “Digital Love” curieusement réarrangé par Noah & The Whale au Pukkelpop, avec des violons et tout et tout.

Pointons encore la voix caverneuse de Tom Smith qui a osé reprendre le “Dancing In The Dark” de Bruce Springsteen lors de la prestation d’Editors en tête d’affiche du festival de Werchter. Le Boss, qui allait fouler la même scène une semaine plus tard, aurait apprécié. Clôturons avec White Lies qui ont donné une nouvelle vie au “I Would Die 4 U” de Prince & The Revolution, sans guitare mais avec une vision synthétique lors de leur passage à l’AB en novembre.

Une année se termine, une autre débute. Et si l’on analyse les premières prévisions pour 2014, celle-ci risque d’être aussi chargée que passionnante. On sera bien entendu à pied d’œuvre pour vous la faire vivre intensément…

Une pensée sur “Le bilan 2013 made in Wouty

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :