En attendant le PPM Fest 2014 : l’interview découverte de Dragonland

0 Participations


Olof Mörck est presque un habitué de cette rubrique, puisqu’il a déjà répondu aux questions de l’interview découverte PPM Fest l’année dernière pour nous présenter Amaranthe. Le guitariste suédois se fait aujourd’hui le porte parole d’une autre formation entièrement différente et nous souhaile la bienvenue dans le monde de Dragonland ! MiB : Pouvez-vous présenter Dragonland aux lecteurs de Music In Belgium ?

Dragonland : Nous avons formé Dragonland en 1999 à Gothenburg en Suède. Depuis, nous avons publié cinq albums. Le dernier d’entre eux “Under The Grey Banner” est sorti en 2011. L’histoire du royaume fictif de Dragonland tient une place centrale dans notre musique. Nos textes sont matures et ambitieux et font référence à la littérature et à la mythologie classique. Nous nous sommes toujours évertués à fournir des expériences immersives de premier ordre avec nos enregistrements, c’est pourquoi nous n’avons donné que de très rares concerts. La prestation du PPM sera notre premier concert depuis des années et notre but est d’en faire une expérience mémorable

MiB : Quel est, à votre avis, la dénomination qui convient le mieux pour définir votre style musical ?

Dragonland : Jadis, nous avons hésité à utiliser le terme ‘Fantasy Power Métal’ parce qu’on l’associe trop facilement aux clichés les plus stagnants du genre. Bien que nous jouions une forme de Power Metal et que l’imaginaire (NDT : Fantasy) soit un élément clé de notre musique, nous avons une approche unique quant à la composition des lyrics et de la musique. Nos compositions sont supposées être entièrement transcendantes. Elles doivent emmener l’auditeur dans un voyage au travers d’un univers rempli de querelles, d’intrigues politiques et d’êtres fantastiques. Finalement, au lieu d’utiliser des étiquettes, nous préférons encourager les amoureux de l’imaginaire et les amateurs de métal, de musique classique et de bandes originales de films à donner une chance à notre musique. Celles et ceux qui le feront seront surpris par la complexité et la profondeur de notre travail, ce qui, généralement, n’est pas une des caractéristiques du genre auquel nous sommes associés.

MiB : Pourquoi avez-vous choisi de vous appeler Dragonland ?

Dragonland : Ce nom a été choisi il y a quinze ans. Depuis le premier jour, nous avons décidé que ce serait le nom de l’environnement dans lequel se déroulerait la saga ‘Dragonland Chronicles’. Les dragons sont des êtres mythiques capables de prouesses incroyables. Que le royaume soit nommé d’après le nom de ces créatures implique qu’il s’agit d’un monde merveilleux où tout peut arriver. Ce qui est aussi le cas de la musique de Dragonland.

MiB : Quelles sont vos influences principales ?

Dragonland : Nos influences sont vastes et vont du métal extrême (et d’autres formes de musiques heavy) à une palette extensible de compositeurs classiques en passant par les compositeurs de musiques de films actuels. Toutefois, ce ne sont que quelques éléments centraux de notre musique. Tout dépend de l’histoire que nous désirons illustrer musicalement. C’est pour cela que l’histoire de la musique programmatique occidentale est une influence majeure. Les “Quatre Saisons” de Vivaldi, “L’enfer de Dante” de Lizst ou la “Danse Macabre” et le “Carnaval des Animaux” de Sain-Saëns sont des exemples exceptionnels de musique programmatique et descriptive qui n’utilisent pas de vocaux ni de lyrics. Nous sommes fermement persuadés que le voyage musical ne doit pas s’effectuer que par les lyrics, mais principalement par la musique. Les mots doivent uniquement servir de guide. La plupart des groupes qui développent un concept tentent d’expliquer leur histoire au travers de textes bavards, en utilisant des mélodies similaires pour chaque situation. Notre démarche est entièrement opposée.

MiB : Quels sont les cinq albums sans lesquels la musique de Dragonland n’aurait pas vraiment été la même ?

Dragonland :

  1. Bal-Sagoth : “Battle Magic”
  2. Ludwig van Beethoven : “Symphony No. 3 Eroican”
  3. Bal-Sagoth : “The Power Cosmic”
  4. Sonata Arctica : “Silence”
  5. Felix Mendelssohn : “Violin Concerto in E Minor”

MiB : Quelles sont les cinq formations les plus représentatives de la scène à laquelle vous appartenez ?

Dragonland : Comme nous faisons énormément d’efforts pour nous tenir en dehors des clichés élimés du power métal, nous ne nous sommes jamais sentis très proches des groupes affiliés au genre. Nous avons bien quelques similarités superficielles, comme des vocaux hauts-perchés, des doubles grosses-caisses et des éléments symphoniques, mais si tu passes au-delà de cela, tu découvriras que nous avons très peu de chose en commun avec l’étalage habituel des groupes power métal. Harmoniquement et thématiquement, nous sommes beaucoup plus proches de groupes comme Bal-Sagoth (mais avec des vocaux plus mélodiques). Vraiment, pour nous, l’élément ‘métal’ est plus un choix sonore que nous appliquons à nos compositions pour les rendre plus puissantes lorsqu’elles ont besoin de l’être. Si tu enlève cet élément ‘métal’, les compositions fonctionneraient tout aussi bien en tant que pièces purement orchestrales.

MiB : Quel est votre meilleur ou votre pire souvenir (au choix) concernant le groupe ?

Dragonland : Le souvenir dont tout le monde est friand dans le groupe sera toujours notre première tournée japonaise, il y a dix ans de cela. Les shows immenses que nous y avons donné et les grandes expériences culturelles que nous avons vécues son des choses que nous chérirons durant de nombreuses années encore. Et aussi, lorsque nous avons terminé l’enregistrement de l’album “Under The Grey Banner” et que nous avons pu constater que tout s’imbriquait parfaitement dans une unité majestueuse, … Eh bien, ce fut un moment tout à fait plaisant !

MiB : Quels sont vos projets pour le futur ?

Dragonland : Nos plans pour 2014 sont nombreux, mais surtout secrets ! Nous pouvons quand même révéler que nous travaillons sur une certaine forme de projet, et lorsque nous jugerons que le monde est prêt, nous ferons une annonce ; probablement dans les six mois qui viennent. Nous ferons aussi quelques shows sélectionnés avec soin. Peut-être donnerons-nous notre premier concert sur un continent qui n’a pas encore été visité par Dragonland. Vous en saurez plus très bientôt.

MiB : Qu’attendez-vous de votre prestation au PPM Fest ?

Dragonland : Personnellement, j’ai de grandes attentes depuis que j’y ai joué en 2013 avec mon autre groupe Amaranthe. Pendant le final de notre set, une partie de l’audience scandait le mot DRAGONLAND de manière très audible. Quelqu’un a même jeté sur la scène un drapeau belge sur lequel ‘Dragonland’ était écrit. Il semblerait donc que nous ayons un public parmi les gens qui visitent ce festival. Et puis, ce sera la toute première fois que nous interpréterons des titres d’“Under The Grey Banner” sur scène. Il est donc inutile de dire que nous sommes tous très excités.

MiB : Pour terminer : y a-t-il une question spécifique que vous auriez aimé que je vous pose et que j’ai oubliée ?

Dragonland : Non, tes questions étaient plutôt satisfaisantes et, au nom de Dragonland, je voudrais te remercier pour l’intérêt que tu portes à notre musique. Nous sommes impatients de jouer cette année au PPM Fest ! En attendant, Adieu !

Tous les détails concernant la date et l’heure précise de la prestation de Dragonland seront bientôt disponibles sur le
site officiel
du PPM Fest.

Retrouvez ici nos interviews découvertes de
Persefone
(Andorre),
Grenouer
(Russie),
Monument
(Angleterre),
Ravenscry
(Italie),
Furyon
(Angleterre),
Sunburst
(Grèce),
Borealis
(Canada),
Epysode
(International),
In Extremo
(Allemagne),
Royal Hunt
(Denmark),
Triosphere
(Norvège),
Rage
(Allemagne),
Serenity
(Autriche) et
Emergency Gate
(Allemagne).

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :