Je suis NCMF vs l’interview découverte d’Asgard

0 Participations


Dans un élan d’enthousiasme, j’avais décidé d’apporter mon soutien au Heavy Sound Festival et de proposer, comme je l’avais déjà fait pour d’autres événements du genre, une série d’interviews ‘découverte’ des groupes à l’affiche. Cette cause s’avère être aujourd’hui moralement indéfendable. Si, jusqu’ici, je n’avais pas fait grand cas de la relative froideur avec laquelle l’organisation du festival avait accueilli ma démarche, j’ai beaucoup plus de mal à accepter l’attitude irrespectueuse dont elle a fait preuve à l’égard de nos amis du No Compromise Metal Fest. Le NCMF se donne énormément de mal afin de proposer des prestations exclusives. Se les approprier à coup d’euros sonnants et trébuchants (alors que des centaines d’autres groupes ne demandent qu’à jouer) ne me semble pas être digne de l’idée que je me fais d’une certaine fraternité métallique. Je n’irai donc pas au Heavy Sound cette année, et ce, même si certains de mes héros s’y produisent. Je suis NCMF.

Le groupe italien Asgard, qui avait accepté de répondre aux questions de l’interview découverte, n’a rien à se reprocher dans cette sombre histoire. C’est donc avec plaisir que nous publions notre entretien avec le vocaliste Federico “Mace” Mazza.

MiB : Pouvez-vous présenter Asgard aux lecteurs de Music In Belgium ?

Asgard : Salut. Merci de nous avoir offert l’opportunité de faire cette interview. Nous jouons un Métal Old School intense, rehaussé de vocaux haut-perchés. Ce n’est sans doute pas un hasard si de nombreux chroniqueurs comparent notre musique à celle d’Agent Steel ou au
“Wall Of Jericho” d’Helloween. Nous essayons de mélanger la violence du Thrash et du Speed Métal à la Anthrax et Raven avec des mélodies et des structures comparables à celles que tu peux retrouver sur les premiers albums de Crimson Glory et Queensrÿche. En tout cas, c’est ce que nous essayons de faire (rires). Nous avons démarré ce groupe il y a onze ans, mais cela nous a pris un peu de temps pour trouver un line-up stable et motivé. Le véritable démarrage de notre carrière a eu lieu en 2009, lorsque nous avons ouvert pour Grim Reaper et Praying Mantis. Notre premier album “The Seal Of Madness” est sorti deux ans plus tard sur MyGraveyard Productions. Il a reçu un accueil si chaleureux de la part de la communauté Métal Old School que nous avons pu commencer à nous produire en dehors de l’Italie, dans des festivals tels que le Swordbrothers, le Metal Assault, l’Up the Hammers et le Pounding Metal. Nous y avons partagé la scène avec des ‘super-légendes’ telles que Crimson Glory, Raven, Sanctuary, Vicious Rumors, Sodom, Tankard, Ostrogoth, Flotsam & Jetsam et bien d’autres encore. Notre second album “Outworld” est sorti en avril 2013. Comme le premier, il a été encensé par la critique et les fans. Nous avons tourné une vidéo du titre “Cyber Control” (un chef d’œuvre brillant, avec de solides acteurs ‘Hollywoodesques’, des effets spéciaux explosifs et des paysages irréels. En la visionnant, tu te demanderas pourquoi elle n’a pas été nommée pour un Oscar)

MiB : Pourquoi avez-vous choisi de vous appeler Asgard ?

Asgard : Je comprend le sens de ta question : ‘il y a déjà beaucoup de groupes appelé ‘Asgard’ qui existent’. Nous savons que ce n’est pas original, mais nous avons une bonne excuse. Nous étions tous très jeunes lorsque nous avons démarré ce groupe. 17 ou 18 ans maximum. Nous étions tous fans d’épées, de dragons, de sagas Viking, de Manowar, etc. Ce n’est que quelques années plus tard que nous avons compris que des milliers d’autres groupes avaient eu la même idée cool (certains sont même célèbres, comme l’autre Asgard italien ou l’Asgard Allemand). Malheureusement, il était trop tard pour changer de nom. Ou alors, ce qui est plus probable, nous étions trop fainéants pour le faire (rires!) !

MiB : Quelles sont vos influences principales ? Quelle est la source d’inspiration de vos lyrics ?

Asgard : Eh bien, nous adorons tous les ‘suspects habituels’ (NDT : Usual Suspects) de la scène métal. Mais chacun d’entre-nous a aussi ses préférences et ses influences personnelles que, par chance, nous arrivons à intégrer dans nos chansons sans que cela ne cause de disputes particulières. Reno (basse), par exemple est un fanatique de Thrash Métal (et tu pourras l’entendre clairement si tu écoutes son autre groupe, nos potes de Game Over). Rudy (batterie), au contraire, est fan de choses progressives et articulées (Devin Townsend?). C’est un professeur de batterie professionnel (même si Asgard ne lui demande que de jouer des multiples de 4/4). Dave (guitares) est le plus grand fan de Manowar au monde. Quant à Albi (guitares) c’est un fan authentique de Power Métal traditionnel et de musique folk italienne. Quant à moi, je suis en aficionado de groupes Rock Progressif dans le style de Marillion et Pink Floyd. Nos lyrics sont, en général, écrits par Albi et moi. Contrairement aux textes du premier album, qui étaient relativement faciles et directs (bière, invasion d’extra-terrestres, loup-garou métal, héros chevauchant des chevaux pour aller se venger), ceux d’“Outworld” ont été plus travaillés. L’album est, en fait, semi-conceptuel . Toutes les chansons sont connectées et suivent le thème commun de la folie (même si tu y trouves encore des allusions aux dinosaures, aux envahisseurs post-atomiques et aux tyrans assoiffés de sang). Nous avons également fait une adaptation de l’histoire d’Antigone sur la chanson “The Sound Of Shadows”.

MiB : Quels sont les cinq albums sans lesquels la musique de Asgard n’aurait pas vraiment été la même ?

Asgard :

  1. Agent Steel : “Unstoppable Force”
  2. Helloween : “Keepers Of The Seven Keys 1 &2”
  3. Megadeth : “Rust In Peace”
  4. Manowar : “Battle Hymns”
  5. Queensrÿche : “Operation Mindcrime”

MiB : Quel est, à votre avis, le plus grand groupe italien ?

Asgard : Il y a tant d’excellents groupe italiens qui ne sont pas bien connus à l’étranger. Pour les groupe classiques, Strana Officina et Sabotage sont mes préférés. Je donnerais aussi une mention spéciale à Death SS, Crying Steel, Domine et Dark Quarterer. Il y a aussi un panel étonnant de groupe émergeants, qui sont tous d’excellents amis et des musiciens talentueux. Je pense à Game Over, Ruler, Axevyper, Stonewall, Blindrage, Demolition Saint, Voodoo Highway, Sign Of The Jackal, HI-GH et bien d’autres encore. Je pense que l’Italie possède l’une des meilleures scènes underground du monde, que ce soit en quantité, en qualité, au niveau des sorties ou en matière de concerts.

MiB : Sur quel support préférez vous écouter de la musique (Vinyle, CD, mp3) ? Lequel des trois recommandez vous pour la musique de Asgard ?

Asgard : Nous avons apporté énormément d’attention à la qualité sonore de nos albums. Simone Mularoni (DGM, Empyrios) des Dominations Studios a fait un boulot fantastique en créant un son qui soit à la fois clair et puissant et qui ne sonne pas du tout comme du ‘plastique moderne’. Pour cette raison, notre musique donne un rendu parfait sur CD ou mp3 (et de préférences à un niveau sonore outrageant). Mais il est vrai que notre musique sonnerait très bien sur vinyle. Nous n’en avons pas publié d’albums à ce format, mais nous allons certainement le faire!).

MiB : Quel est votre meilleur ou votre pire souvenir (au choix) concernant le groupe ?

Asgard : C’est difficile de choisir un souvenir particulier. Nous avons des tas d’excellents souvenirs de concerts, de voyages et de fans déjantés. Nous ne pouvons pas en choisir qu’un seul. De toute façon, nous avons beaucoup de chance parce que, jusqu’à maintenant, nous n’avons aucun mauvais souvenir à raconter.Si je devais en choisir un, je prendrais le Pounding Metal Fest en Espagne, lorsque nous avons repris “Telon de Acero” de Muro. Rien de spécial la dedans, sauf que nous avons été rejoints sur scène par Patillas (l’ancien guitariste de Muro) qui travaillait sur le fest comme stage manager et qui a chanté la chanson avec nous. Avant cela, nous ne savions pas qui il était !

MiB : Si vous pouviez échanger votre vie contre celle de n’importe quel autre musiciens Métal, qui choisiriez vous d’être ? Pourquoi ?

Asgard : Je choisirais Jon Oliva (mais au régime). Parce qu’avec Savatage, il a crée bien plus que des chansons Heavy Métal. Chaque note jouée sur “Hall Of The Mountain King” amène son lot de larmes et de frissons. Sinon, je choisirais Rock’n Rolf. Parce qu’on ne peut tout simplement pas créer un groupe tel que Running Wild et puis tout arrêter ! Si j’étais Rock’n Rolf, je pourrais ressusciter Running Wild !

MiB : Quels sont vos projets pour 2015 et le futur proche ?

Asgard : Nous avons plusieurs shows excitants qui sont confirmés pour cette année. Nous retournerons en Allemagne, au Baaaaam Festival avec Vicious Rumours et Refuge
(NDR : membres originaux de Rage) et nous jouerons en France pour la toute première fois. Ce sera au Rising Fest (avec Brainstorm et Stormwarrior en headliner). En plus, nous travaillons sur notre troisième album qui, espérons le, sera terminé en 2016.

MiB : Bien qu’il ait été détrôné par des grosses machines comme le Graspop Metal Meeting, par exemple, le Heavy Sound Festival garde une place particulière dans le cœur des headbangers belges. Connaissez-vous le festival et son glorieux passé ?

Asgard : Honnêtement, je n’ai découvert que récemment l’histoire du Heavy Sound et je suis plus qu’honoré d’y jouer. Je suis sur que l’équipe du HSF ramènera le festival au niveau de son glorieux passé. Metallica est déjà confirmé pour 2016, non ? Je suis allé au Graspop en 2008 et, d’une manière générale, je crois que les festivals belges ont une arme secrète qui leur permet de dominer tous les autres festivals : les bières Trappistes !

MiB : Le Heavy Sound Festival est désormais consacré à une scène que l’on pourrait décrire comme du Heavy Métal Old School ? Considérez vous que vous faites partie de cette scène ? A votre avis, qu’est ce qui définit le Heavy Métal Old School ?

Asgard : Nous nous considérons seulement comme un groupe dévoué au Heavy Metal qui joue et enregistre des albums. Si les fans considèrent que nous faisons partie de cette scène, nous en sommes honorés. D’habitude, le terme ‘Old School Heavy Metal’ fait référence à des groupes classiques ou à des groupes qui jouent un style qui reste loyal au Heavy Métal traditionnel, au Speed ou au Thrash. Si l’on prend cela en considération et que l’on y ajoute le fait que nous ne sommes pas intéressés par les styles de métal les plus récents, nous faisons sans doute partie de cette scène. Mais nous pensons plus au Heavy Metal Old School comme à une attitude qui prend ses racines dans le métal des eighties.

MiB : Qu’attendez-vous de votre prestation au Heavy Sound Festival ?

Asgard : Nous attendons une journée d’amitié Heavy Métal, noyée dans la Trappiste du matin au matin suivant. L’un des moments que nous attendons le plus, c’est de revoir Ostrogoth sur scène après le triste départ de WhiteShark (R.I.P.). Nous avons eu l’immense honneur de pouvoir tourner en leur compagnie et avec Ruler l’année dernière et c’était génial. Nous sommes heureux et reconnaissants d’avoir eu l’opportunité de rencontrer WhiteShark et de le voir sur scène. Il ne sera jamais oublié et je suis sur qu’Ostrogoth cassera la baraque en son honneur au HSF.

MiB : Que peuvent attendre les fans de l’expérience Asgard live ?

Asgard : Nous sommes très excités à l’idée de partager notre show avec le Heavy Sound Festival. Nous serons probablement l’un des premiers groupes à monter sur scène, donc venez tôt si vous voulez recevoir votre dose d’adrénaline ! Vous serez les témoins d’une éruption de lave speed métal en fusion, avec une batterie en furie et des vocaux haut-perchés interstellaires. Ajoutez y des affreux spandex et vous aurez la recette d’un show d’Asgard !
Tout est décrit dans notre titre “Asgard Invasion”. Il faut le prendre comme une prophétie (rires) !

MiB : Pour terminer : y a-t-il une question spécifique que vous auriez aimé que je vous pose et que j’ai oublié ?

Asgard : Oui : ‘Quelle bierre voudriez vous boire au HSF’ ? Sponsorisée, bien sur par Michel de Music In Belgium. Et la réponse aurait été : ‘Des litres de Westvleteren, la meilleure et la plus chère des Trappistes de Belgique’.
Je blague, bien sur, comme il nous a fallu un délai ridicule pour répondre à tes questions, c’est nous qui devrions t’offrir à boire, bien sur… désolé pour cela !
Merci encore pour cette interview. Nous sommes impatients de rencontrer tous les Defenders belges au Heavy Sound! On se verra sur scène !

Asgard sur la toile :
Facebook

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :