Festival d’Art de Huy, Calum Stewart & Heikki Bourgault Trio

0 Participations

Voilà on y est à ce fameux Festival d’écoute, auquel je me rends ce mercredi 19 août pour déguster de la musique celtique. Reçu par Emmanuelle Greindl (programmatrice du Festival), je pénètre dans un Couvent des Mineurs superbement décoré pour la circonstance. L’entrée offrant un espace feutré garni de mécanismes d’horlogeries d’église, cette première salle est en parfaite cohésion avec l’esprit de ce festival, les vieilles pierres conservant le cachet originel de cet endroit chargé d’histoire. C’est à 19h45 que nous pouvons pénétrer dans le cloître (ou le patio au vu de la définition précise des termes) et qui recouvert pour l’occasion d’une grande bâche, a malgré tout gardé ce côté pittoresque que le public peut contempler à sa guise.

Ce public qui sera positionné sur une tribune, permet à tout un chacun de profiter pleinement de la scène se trouvant en contrebas (je vous suggère de compulser le Facebook du Festival, où se trouvent déjà de nombreuses photos). Un public où l’on trouve peu de jeunes personnes, même constat finalement que pour le Spirit of 66, à se demander où sont les jeunes ! Premier jour et donc présentation oblige de l’évènement avec l’intervention chatoyante de Didier Mélon (La Première-RTBF), qui nous précise que tous les concerts seront retransmis avec même, un studio-radio installé sur la place de l’Hôtel de Ville de Huy. Autre intervenant avec Justine Dandoy (Directrice du Centre Culturel de Huy), qui nous précise la philosophie du festival (un petit festival), avec pour démarrer une soirée celtique.

Place à la musique si vous le voulez bien avec tout d’abord le duo Calum Stewart & Heikki Bourgault, duo nous venant à la fois d’Ecosse et de Bretagne ici accompagné d’un troisième larron Yann Le Bozec contrebassiste et lui-aussi breton. Concernant les deux vedettes, Calum l’écossais propose la flûte et la cornemuse irlandaise Uilleann Pipes (cornemuse à soufflet se jouant sur les genoux ou debout, à ne pas confondre avec la cornemuse écossaise) quant à Heikki le breton, il nous offre de la guitare acoustique. Tout en respectant la tradition des instruments anciens, le groupe devrait nous faire voyager à travers les Terres Celtes et la Bretagne.

Alternant la flûte et cette fameuse cornemuse irlandaise, Calum offre à travers la musique des histoires et des contrées propres à son Ecosse natale mais aussi à l’Irlande. Montrant une dextérité incroyable, chaque musicien excelle dans son domaine offrant un récital d’une grande pureté. Instrument assez méconnu et qui mérite d’être découvert, la cornemuse irlandaise illumine littéralement l’espace sonore, ici parfaitement maitrisé par notre artiste écossais. Jouant aussi bien à l’archè qu’avec les doigts, Yann montre à travers de nombreux exercices techniques tout son talent et pour ce qui est d’Heikki, il répond parfaitement à l’image d’un guitariste d’avant-garde. La musique celtique ici jouée, se construit à partir des origines des musiciens, avec un ensemble où chaque contrée est mise en valeur. D’ailleurs Yann et Heikki nous offriront un moment typiquement breton (La Légende de la Canne), avant de repartir au-delà de la Manche, pour nous parler de La Lune Rousse à l’équinoxe ou de l’eau de vie bien connue du coin. Au final, le trio nous offre la musique celtique sous diverses déclinaisons allant de la Bretagne vers l’Ecose et l’Irlande. Au final et grâce à un public qui a suivi les mélodies entrainantes, le groupe nous offre un rappel sous une véritable standing-ovation ! Voilà un début des plus prometteurs pour le festival. Lien à compulser :

Calum Stewart & Heikki Bourgault Trio Leur site officiel

Pour les photos :

Festival d’Art de Huy Le Facebook

A suivre…Urban Folk Quartet nous venant d’Irlande.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!