Panzerballett à Verviers, une toute grande leçon de technique !

0 Participations

Et l’adjectif est bien mince comparé à ce que le groupe basé à Munich, nous a offert en ce jeudi soir au Spirit of 66 ! Une vraie leçon de maitrise technique permettant aux musiciens d’offrir aux connaisseurs présents un show où, s’entrecroisent rock-fusion, jazz-fusion ou même jazz-métal. Un feu d’artifices de notes de musique partant dans tous les sens où le funk a rejoint le blues et le jazz. Que dire sur Panzerballett si ce n’est de lire les paragraphes suivants, qui vont certainement vous convaincre de continuer à plébisciter leur dernier album actuellement en bonne place dans notre dynatop ! Arrivé sur place comme tout premier spectateur, j’ai donc pu prendre le temps de tout d’abord visualiser l’imposant matériel amené par le groupe. Même la table de mixage qui va être utilisée, appartient au staff du groupe austro-allemand. Voilà déjà une première observation concernant le professionnalisme de ce groupe. Sinon on observe aussi une superbe batterie TAMA présentant un grand nombre de cuivres et de fûts, des guitares à 8 cordes et une basse à 6 cordes. Qui dit guitare à 8 cordes, dit jeu de virtuose à l’horizon !

20h30 c’est le départ dans l’univers de ces surprenants musiciens, avec sur scène un club des cinq manifestement soudé, qui entame le set avec une première composition qui met direct la gifle à l’assemblée présente. Au départ d’un heavy-rock, le saxophone d’Alexander Van Hagke apporte ensuite une touche jazz-fusion pour nous embarquer dans un morceau à la fois puissant et très technique. D’emblée je suis époustouflé par le jeu du batteur Sébastian Lanser, qui est véloce, rapide et d’une précision chirurgicale. Un travail efficace soutenu par le bassiste Heiko Jung, qui épaule ici les deux guitaristes jouant sur deux fronts sonores. Parfaitement complémentaires, Jan Zehrfeld (guitare solo et mentor du groupe) et Josef Doblhofer (guitare rythmique), travaillent en parfaite harmonie nous offrant un déluge de notes, ici renforcées par l’utilisation de guitares à 8 cordes. Dans l’ensemble et déjà après un seul morceau, on est conquis par la haute dextérité de chaque protagoniste, ceci s’expliquant très certainement par leur formation classique et leur longue expérience (déjà cinq albums) des divers courants musicaux comme le jazz, le funk ou le métal.

Le set va s’articuler en deux parties où, le groupe passe en revue son nouvel album “Breaking Brain”, mais aussi des compositions du précédent opus “Tank goodness”. Voilà donc une belle occasion d’apprécier tous ces morceaux parfois décalés où, l’introduction heavy-rock lance de nombreux passages où, le funk et le métal se mêlent au jazz-fusion. De nombreux moments d’accalmie permettent au saxophoniste de revenir à l’avant plan pour nous offrir du jazz pur jus. Notons encore la belle cohésion entre les deux guitaristes et le saxophoniste, qui offrent à l’avant de la scène un mur sonique de jazz-métal. Enfin et comme pour tout bon concert de fusion qui se respecte, on aura droit à de nombreux soli pour chaque instrument ! Au final, le groupe nous offre un jazz-métal-fusion qui nous ramène quelque peu vers les premiers pas du grand King Crimson !

Côté humour et si Jan nous gratifie de petits commentaires plutôt légers entre chaque composition, le groupe va interpréter deux subtiles reprises se trouvant sur l’album “Tank goodness”, puisqu’ils vont nous offrir en version “Live” “Mahna mahna” et le thème de la Panthère rose. Ce n’est pas tout puisque Josef nous jouera aussi quelques accords d’un grand classique d’AC/DC. Et si l’on voulait être vraiment complet, parlons enfin de la bonne humeur et la décontraction des musiciens.

Ah oui ces fameux musiciens, qui m’ont laissé sur le carreau, grâce à leur dextérité exceptionnelle et leur niveau technique quasi hors-normes ! Comme je l’ai dit concernant la formation plutôt classique de nos protagonistes, ils ont chacun démontré un savoir-faire unanimement reconnu par le public présent. Un groupe où la section rythmique est tenue par Sébastian (le véloce) et Heiko (le métronome), pour mieux porter le trio de virtuoses (ils le sont tous). Alexander est un foutu saxophoniste, qui est capable de nous sortir de longs passages mélodiques qui font honneur au monde du jazz. Josef n’est pas seulement le guitariste rythmique, il est aussi capable de nous décocher de nombreux soli de toute beauté. Parlons enfin du mentor et fondateur du groupe Jan, qui a su imprimer un tempo métallique surprenant à l’ensemble musical. Un guitariste qui a lui-aussi proposé un nombre impressionnant de passages techniques de haut vol.

Pour conclure voilà un groupe dont l’art sonore est à apprécier sans modération en “Live”, car le travail scénique donne alors toute sa splendeur au niveau technique des musiciens. Hautement pointu , le rock-fusion que nous a proposé nos amis de Panzerballett force le respect. A ce sujet, je pense sincèrement que le regretté Frank Zappa aurait apprécié cette musique hautement technique et hautement jouissive ! Pour l’heure, référez-vous à la chronique de notre collègue François Bequart, et compulser à loisir leur site officiel !

Panzerballett leur site officiel

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :