Foggy Stuff au Blue Shell de Cologne

0 Participations

Seconde étape pour le groupe liégeois concernant sa prospection en terres teutonnes, où Foggy Stuff devait à nouveau combattre fièrement pour faire perdurer ses chances de continuer dans le prestigieux concours SPH-Bancontest. Après un premier passage réussi en novembre de l’année dernière au MTC Club de Cologne, les musiciens devaient à nouveau défendre leurs couleurs face à une armada germanique (cinq groupes) ! Un vrai challenge, un vrai défi que peu de groupes puissent se targuer de faire, car s’introduire en Allemagne reste un vrai parcours du combattant (merci Philippe le manager) ! Nouveau départ tôt ce samedi 9 janvier dans l’après-midi pour le petit groupe et le matos (notons que c’est Foggy Stuff qui apporte cette fois la batterie), avec une arrivée sur Cologne vers 15h30, car nous devions impérativement trouver une foutue vignette qui permet aux véhicules de circuler dans la grande ville en bord du Rhin. Sacrée gageure que voilà, puisque nous n’en trouverons pas, du fait que l’un des véhicules est trop polluant (rejets de CO2) et qu’il ne reste plus de vignettes disponibles ! Bon tant pis on encaissera la prune s’il le faut, et puis il nous faut bien trouver des places de parking et décharger le matos. C’est donc chose faite avec deux belles places près de ce fameux Blue Shell Club, l’un des multiples endroits rock’n’roll dont regorge cette grande ville.

Blue Shell Club Le Facebook

Nous sommes en Allemagne et 16 heures c’est 16 heures, donc les portes vont s’ouvrir pile à l’heure, alors qu’un attroupement se forme déjà devant le club. Les musiciens des six groupes sont bel et bien là, certains portants guitares, cymbales et amplis au bout des bras. Sur ce on démarre par le repérage des lieux, avec un club assez similaire au MTC mais manifestement plus petit même au niveau de la scène. Sinon côté bar on reconnait bien l’ambiance des clubs-boîtes de nuit, avec des rayonnages bien achalandés en bières et alcools en tout genre. L’organisateur prenant les choses en mains, c’est le moment de décompter les préventes et prévoir l’ordre de passage des groupes. Comme en novembre, Foggy Stuff décide de passer en premier.

Le sound-check étant prévu normalement pour les liégeois, c’est finalement Last Argument qui installe son matos après le montage de la batterie de Dylan. L’ingénieur du son souhaitant faire le check du matériel pointu du groupe allemand, la balance-son des belges prenant du retard, c’est finalement vers 18 heures et après quelques déboires sonores que tout est en place pour les petits belges.

18h30 c’est le démarrage avec comme la dernière fois l’interprétation du bouillant “Revenge”, qui lance d’emblée une équipe bien en place. Constatation quasi habituel pour un groupe qui présente à chaque fois un set bien préparé construit sur une architecture bien ficelée. S’ensuivent les autres morceaux phares de la formation avec “Hurricane”, “Crazy”, “Drone of the Empire” et “Earth On Fire”. Comme toujours Foggy Stuff propose à un public bien garni, un classic-rock-progressif de belle facture qui met parfaitement en évidence le niveau technique des trois musiciens.

On termine bien sûr par l’inévitable “Oppression”, qui introduit comme à chaque fois un solo pour chaque instrument. A la fois pêchu et pourtant mélodique grâce aux soli de Thierry, le set me semble du même calibre que celui du 14 novembre au MTC Club, avec un rendu sonore bien en place offrant au public un rock-progressif où, chaque protagoniste a pu sortir son épingle du jeu. Si Thierry reste bien évidemment le mentor du groupe et un clapant guitariste, si Denis (basse) progresse sans cesse améliorant même sa gestuelle sur scène, c’est Dylan (batterie et percussions) que j’apprécie de plus en plus vis à vis de son jeu technique et pointu. Il illumine chaque prestation grâce à un rendu efficace et une vitesse d’exécution haut-dessus du lot. Je sais qu’il est modeste mais je pèse mes mots car à son jeune âge, il force le respect par son travail d’équilibriste.

Pour la suite des opérations et en tenant compte des breaks de montage et démontage, c’est tout d’abord Far Down Further qui va suivre avec un rock-alternatif où, l’on perçoit des relents de Tool, Alice In Chains ou même de Pearl Jam. Belle prestation d’ailleurs qui met manifestement l’ambiance au vu des nombreux supporters présents qui suivent les chansons du groupe. C’est ensuite le tour de Fighting Buddha qui propose un crossover-rock ou heavy-rock psychédélique où, l’on perçoit souvent un beau travail à la guitare. On passe au punk-rock avec Taubengang, qui met le feu aux poudres, poussant les fans à un pogo d’enfer. A ce stade de la soirée et si la salle du Blue Shell est quasi remplie, la chaleur monte au fur et à mesure des prestations données. D’ailleurs Sober Truth va plomber l’atmosphère en distillant un groove-metal puissant et percutant, nous rappelant la grande époque du speed-metal ou du trash-metal. Après un tel déluge métallique, c’est finalement Last Argument qui clôture la soirée avec un post-hardcore où, les cinq musiciens finissent d’embrasser la salle et le public.

Le temps de démonter la batterie de Dylan et de recharger le matos dans les bagnoles, c’est bel et bien l’heure du verdict, avec sans surprise la nomination de trois des groupes allemands. Pour Foggy Stuff l’aventure du SPH-Bandcontest s’arrête là, mais ce n’est point fini car se profile à l’horizon une nouvelle escapade germanique le 12 février, avec un second passage au Blue Shell Club dans le cadre du Stars Of Tomorrow Festival. Ajoutons encore que les contacts se multiplient avec à la clé, une possible prestation lors d’un grand festival en Allemagne. Enfin si une prestation en Belgique se profile aussi à l’horizon, le groupe et son manager restent en liens très étroits avec divers agents et responsables de labels. L’histoire n’est pas finie…

Foggy Stuff Leur Facebook

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :