Sabaton met le feu au Poppodium 013 de Tilburg

0 Participations


Une fois n’est pas coutume, je franchis la frontière pour me rendre dans la sympathique petite ville néerlandaise de Tilburg. Au menu de cette soirée du 11 mars, un programme très viril avec à l’affiche trois excellents groupes de métal : Bloodbound, Alestorm et Sabaton. C’est la première fois que je reviens au 013 depuis les travaux d’agrandissement et je suis admiratif du résultat. La grande salle a gagné en taille et sa capacité a été portée à 3000 spectateurs. On ne doit pas être loin du compte ce soir. La scène est géante et les éclairages de première qualité. De plus, le concert est quasi sold-out et la salle pleine à craquer, ce qui promet de l’ambiance.


C’est donc au groupe suédois Bloodbound que revient l’honneur d’essuyer les plâtres ce soir. Emmené par son charismatique leader Patrik “Pata” Johansson qui arbore de très mignonnes petites cornes sur son crâne dégarni, le combo champion du heavy métal classique assure la promotion de son tout nouvel album live «One Night Of Blood: Live At Masters Of Rock MMXV» sorti en 2016 et gratifié de la note de 19/20 par nos collègues de Siprit of Metal. Ce soir, Bloodbound joue sept titres phares de son répertoire: Iron Throne, When Demons Collide, When The Kingdom Fall, Moria, In the Name of Metal, Stormborn et Nosferatu. Une prestation hors norme qui aurait bien mérité d’être plus longue, voire de figurer plus haut dans le programme. Bref, la soirée ne pouvait pas mieux commencer.


Après une courte pause, c’est au tour du groupe folk métal britannique Alestorm de prendre possession de la scène. Si Bloodbound est d’un style métal plutôt conventionnel, Alestorm est un groupe qui mise beaucoup plus sur le folklore, l’imagerie de l’univers des pirates et le côté festif. À quoi s’attendre d’autre quand on s’appelle « tempête de bière »… Et la fête commence donc avec, aux commandes, Christopher Bowes (chant, synthé guitare), Máté Bodor (guitare), Gareth Murdock (basse), Elliot Vernon (claviers) et Peter Alcorn (batterie). Au milieu de ces titres festifs qui sentent bon la mer et les tavernes de marins, le chanteur se déchaine faisant tournoyer son kilt et n’hésitant pas lever la jambe jusqu’à permettre à certains privilégiés des premiers rangs de percer enfin le mystère du kilt écossais… Autre fait saillant, un canard gonflable géant va quitter la scène et parcourir la salle pendant toute la durée du set. Assez inhabituel.

Le public entonne avec bonne humeur les titres qui transforment le 013 en une espèce de karaoké géant. Pendant cette prestation très joviale, nous avons pu entendre les histoires de pirates suivantes: Keelhauled, Over the Seas, Magnetic North, Shipwrecked, Nancy the Tavern Wench, Walk the Plank, The Sunk’n Norwegian, Drink, Hangover, Captain Morgan’s Revenge et Rum.
Ne vous laissez surtout pas abuser par leur air de pochtron fêtard éméché, car les musiciens sont d’une précision parfaite pour jouer ce magnifique échantillon de comedia del arte à la sauce pirate metal folk. Et le public adore ça et le montre bruyamment.


Tout est donc fin prêt pour accueillir les héros de la soirée, les conquérants de Sabaton qui viennent promouvoir la sortie de leur double Blu-ray ou DVD+CD intitulé «Heroes On Tour». La mise en scène reste pareille à elle-même avec deux roadies en tenue de soldat qui viennent finir d’installer et inspecter tout le matériel sur scène. La batterie surmonte un châssis de tank. Les éléments du décor sont autant de références à l’univers militaire, sujet de prédilection du groupe suédois. L’effectif se compose toujours de Hannes Van Dahl à la batterie, Joakim Brodén au chant, Pär Sundström à la basse, Thobbe Englund et Chris Rörland, tous deux à la guitare.

S’il y a bien un mérite qu’il faut reconnaître aux fougueux Suédois, c’est leur capacité à chauffer une salle à blanc en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. C’est encore le cas ici à Tilburg où le public réagit au quart de tour en accompagnant de manière frénétique les rythmes martiaux que le groupe déclinera toute la soirée. La plupart des titres de la setlist figurent sur le double live. Toujours très respectueux de leur public, Joakim et ses petits camarades ont malgré tout prévu quelques petites surprises comme «Swedish Pagans» (non prévu dans la setlist mais joué à la demande du public) ou encore «Hellrider» que le groupe n’avait plus joué depuis une éternité. Ils se permettront même de reprendre à leur façon le «Wind of Change» des Scorpions


Sabaton livre donc une prestation d’excellent niveau avec un set d’une belle longueur: The «March to War» (intro), «Ghost Division», «Far from the Fame», «Uprising», «Swedish Pagans», «Midway», «Resist and Bite», «Wolfpack», «Hellrider», «Gott mit uns» (en suédois), «The Lion From the North», «Carolus Rex», «Soldier of 3 Armies», «Attero Dominatus», «The Art of War», «Wind of Change», «To Hell and Back». En rappel: «Night Witches», «Primo Victoria» et «Metal Crüe».

Je suis frappé par l’accueil exceptionnellement chaleureux que nos voisins bataves réservent au groupe qui le rend d’ailleurs fort bien à ce public chaleureux. La mécanique est parfaitement huilée et toute la scénographie militaire fonctionne avec une efficacité qu’envierait n’importe quel chef d’armée. Le seul petit reproche après avoir vu trois ou quatre fois Sabaton en moins de 2 ans, c’est que certaines paroles adressées au public (y compris certaines feintes) reviennent à chaque concert, ce qui tue quelque peu la spontanéité. Mais le spectacle reste d’un très haut niveau et le public est vraiment conquis. Or n’est-ce pas là précisément le but commun aux artistes et aux militaires: conquérir de nouveaux territoires…

Les autres photos de

Alestorm
|
Bloodbound
|
Sabaton

Photos © 2016 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :