Nuits du Bota 2016 : la sélection de Music in Belgium (part 2)

0 Participations

Le lancement des Nuits du Bota aura lieu ce soir au Cirque Royal avec la prestation de Yann Tiersen. En attendant, voici le second volet consacré à l’analyse de la riche programmation de l’événement, parsemé des tuyaux de l’équipe de Music in Belgium. Rappelez-vous, nous nous étions arrêtés à la Nuit Belge du lundi 16 mai. Entre-temps, le line-up s’est enrichi d’invités pour le groupe phare de la soirée. En effet, les Bruxellois de La Muerte seront accompagnés sous le Chapiteau par Richard 23 et Patrick Codenys (Front 242) ainsi que par les excentriques Vive La Fête. Sans oublier une création vidéo baptisée A Thousand Lost Civilizations

Retour à la normale le lendemain, en tout cas en ce qui concerne la répartition des salles. Car, d’un point de vue artistique, une curiosité sera mise en avant au Cirque Royal avec la diffusion du film Les premiers, les derniers de Bouli Lanners. Mais ce qui rendra la soirée unique sera l’interprétation live d’une bande originale spécialement jouée en direct par des musiciens d’exception parmi lesquels Pascal Humbert (Détroit, 16 Horsepower), la violoniste Catherine Graindorge (Monsoon, John Parish) et Koen Gisen (An Pierlé, Kiss The Anus Of A Black Cat). Notons également la participation exceptionnelle de Bertrand Cantat pour l’occasion.

Sous le Chapiteau, la nouvelle sensation française Jain devrait faire honneur à son récent statut. Le concert est complet mais elle vient d’annoncer une date à l’Ancienne Belgique pour le 12 décembre. De notre côté, on se dirigera plutôt du côté de la Rotonde pour une affiche plus feutrée regroupant le singer-songwriter Jamie Lawson (la réédition de son single “Wasn’t Expecting That” a atteint le top 10 britannique) et Lylac (qui avait lancé son nouvel album au même endroit pas plus tard qu’en janvier dernier). À moins que ce ne soit Benjamin Francis Leftwich qui n’obtienne nos faveurs dans l’ambiance intimiste du Grand Salon de Concert…

Des Nuits du Bota sans le Mons Orchestra, ce ne sont pas vraiment des Nuits du Bota. Cette année, ce sera le Liégeois Benoît Lizen qui aura l’honneur de se faire seconder par ces musiciens hors pair. La confrontation de leurs deux univers rêveurs devrait valoir le détour le mercredi 18 mai. Il jouera en support des frangines de CocoRosie qui, pour la petite histoire, ont déjà joué avec le Mons Orchestra, lors de l’édition 2008.

Le même soir, au complexe du Botanique, il faudra choisir entre deux affiches alléchantes. L’Orangerie accueillera en effet Ry X et sa folk mélancolique ainsi que Warhaus, le projet parallèle de Martin Devoldere (la tête pensante de Balthazar) dont une des premières prestations scéniques s’est déroulée lors de la Nuit Belge en 2013. Quelques dizaines de mètres plus loin, le Grand Salon de Concert sera le théâtre d’une autre soirée mélodieuse avec Charlie Cunningham mais les yeux se tourneront surtout vers la jeune prodige Holly Macve, récente signature du très respecté label Bella Union.

Outre les hyper médiatisés Feu! Chatterton au Cirque Royal introduits par Nicolas Michaux (dont le deuxième album est unanimement plébiscité) et Radio Elvis, le jeudi 19 mai sera marqué par une triple affiche incontournable à l’Orangerie. Steve Gunn (ex-The War On Drugs et des Violators de Kurt Vile) sera de retour après son passage en support de Kevin Morby l’an dernier. Ses compagnons de virée seront Imarhan dans la catégorie rock touareg et XIXA dans celle des grands espaces américains. Deux membres de Giant Sand en leur sein devraient achever de vous convaincre.

Le même soir, le Grand Salon de Concert accueillera l’attachante Rozi Plain alors que la Rotonde verra Tom Barman se démener au sein de Taxiwars, son projet le plus récent, à mille lieues de son travail au sein de dEUS ou de Magnus.

Le vendredi 20 mai, une prestation éclipsera toutes les autres. Il s’agira non seulement du retour de Mogwai au Cirque Royal mais les Écossais viendront surtout y présenter “Atomic”, leur dernier album en date, qui est la BO d’un documentaire de Mark Cousins sur les bons et les moins bons aspects du nucléaire, Atomic: Living In Dread And Promise. Cerise sur le gâteau, ce documentaire sera diffusé pendant que Stuart Braithwaite et ses compères exécuteront les compositions en question. Bouchons obligatoires pour les oreilles mais il conviendra de garder les yeux bien grands ouverts…

À suivre…

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :