Nuits du Bota 2016 : la sélection de Music in Belgium (part 3)

0 Participations

Troisième et dernière étape de nos tuyaux concernant la généreuse affiche des Nuits du Bota qui adoptent leur rythme de croisière dès ce soir avec l’ouverture simultanée de toutes les salles du complexe qui vont fonctionner plein tube jusqu’au 22 mai. Le deuxième week-end de l’événement verra l’Orangerie proposer une soirée 100% féminine le samedi 21 avec la venue d’Emily Jane White (une habituée des lieux) dont les textes engagés se fondent le plus naturellement du monde dans ses compositions délicates. À ses côtés, Sarah Blasko et Monika équilibreront les échanges avec un environnement uptempo.

Un peu plus loin, la Rotonde se parera d’un drapeau italien avec les excellents JoyCut dont la new wave vision électro avait presqu’éclipsé la prestation de Traams en 2014 et Wrongonyou dans un style rêveur radicalement différent. Il n’y avait que la pop d’Italian Boyfriend pour faire la jonction entre les deux (même si la péninsule ne s’invite que dans leur nom). N’empêche, il s’agira des troisièmes Nuits consécutives pour le projet de César Laloux (BRNS, The Tellers).

Au Cirque Royal, Katerine fera intelligemment le pitre comme à sa bonne habitude. Un Cirque qui accueillera le lendemain (dimanche 22) Jeanne Added, une des révélations françaises de 2015 (elle a notamment été encensée par Les Inrockuptibles). L’artiste complète et libérée aura à cœur de faire oublier sa mésaventure de l’année dernière, lorsqu’elle a été contrainte de jouer après tout le monde alors qu’elle était prévue en début de soirée, pour une sombre histoire d’embouteillages. On vous conseille également de jeter un œil à DBFC, le quatuor qui la précédera sur les planches.

Au Bota, entre l’efficace pop expérimentale des Canadiens de Suuns à l’Orangerie et les compositions mélancoliques de Spain à la Rotonde, le choix sera cornélien. Sauf si on embrasse la troisième option, celle du Grand Salon de Concert avec la toute jeune Julien Baker qui risque bien d’inonder l’endroit intimiste de l’émotion qui transparaît de ses compositions matures.

Cette année, les Nuits connaîtront un prolongement avec des événements ponctuels jusqu’au début du mois de juin. Ainsi, il conviendra de ne pas louper les tumultueux Australiens de Royal Headache qui décoifferont à n’en point douter la Rotonde le dimanche 29 mai avec leur titres punk rock francs et directs. Ils partageront l’affiche avec les Suisses de The Animen dans un style plus conventionnel mais tout aussi rock ‘n’ roll.

Du rock ‘n’ roll, il en sera aussi question le 1er juin à l’Orangerie avec le passage de Ty Segall et de son nouveau projet The Muggers. Comme à chaque visite du génial et prolifique Californien, les tickets se vendent comme des petits pains et le concert est sold out depuis des lustres. Les sauvages de La Jungle en première partie ne feront que mettre un peu plus d’huile sur le feu. Les déçus pourront aller faire un tour du côté de la Rotonde où l’ambiance sera nettement plus sage (encore que…) avec Eleanor Friedberger (ex-Fiery Furnaces) et les Canadiens de Plants And Animals.

Le 2 juin, Liima, le nouveau projet d’une poignée de membres des regrettés Efterklang, feront virevolter la Rotonde alors que le lendemain, au même endroit, les britanniques d’Arthur Beatrice ralentiront le tempo. La dernière Nuit aura lieu le mardi 7 juin avec, pour finir en beauté à l’Orangerie, Julia Holter dont le quatrième album (“Have You In My Wilderness”) a été plébiscité dans les référendums de l’année dernière ainsi que celle de D.D Dumbo, une des dernières signatures du cultissime label 4AD au Witloof Bar.

Vous l’aurez remarqué, cette année encore, il sera impossible de s’ennuyer lors des Nuits du Bota. On s’y croisera plus d’une fois…

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :