Dour Festival 2016 : horaires, dilemmes et sélection non exhaustive (Part 2)

0 Participations


Le Dour Festival 2016, c’est pour dans sept jours exactement. Le temps pour la météo de se montrer plus clémente et pour les festivaliers de préparer leur périple annuel. Deuxième étape de notre lecture tout à fait dirigée de la pléthorique affiche de cette année. Nous en sommes au samedi 16 juillet et pas encore rassasiés. Que du contraire, il s’agit sans doute de la journée la plus alléchante du lot et un chapiteau fera l’unanimité : le Labo. En effet, cet endroit sera the place to be lorsque JC Satàn, Destruction Unit, Protomartyr, The Soft Moon et Fat White Family s’y succèderont coup sur coup. De grosses claques dans la figure en perspective. Mais les autres scènes auront également du répondant. La Cannibal Stage, fidèle à elle-même, pogotera ferme au son des Rattlesnakes, le nouveau projet du tatoué Frank Carter (l’ex-leader de Gallows) et des Californiens de Lagwagon. Entre les deux, les fidèles serviteurs du Bal des Enragés feront la fête à la kermesse punk comme à leur bonne habitude. Sans oublier les légendaires Madball.

La Petite Maison dans la Prairie ratissera large puisque le rock psyché à tendance shoegaze des Scrap Dealers l’ouvrira avant que la soul festive de King Khan & The Shrines et la pop ensoleillée d’Allah-Las ne viennent le réchauffer. En fin de soirée, les Londoniens de Django Django auront à cœur de rattraper leur relative faible prestation à
l’AB
en décembre dernier. Sur la Last Arena, les Islandais de Sigur Rós confirmeront que le foot n’est pas le seul sujet de conversation sur l’île du nord de l’Europe alors qu’Underworld profiteront de leur deuxième jeunesse suite au triomphe de la tournée célébrant le vingtième anniversaire de leur album culte “Dubnofacewithmyheadman” et de la sortie de leur neuvième album voici quelques semaines.

Si les Pixies seront incontestablement LA tête d’affiche de cette vingt-huitième édition le dimanche 17 juillet sur la Last Arena, on ne bougera quasi pas de la Cannibal Stage ce jour-là. Celle-ci tremblera sur ses bases dès l’ouverture des portes avec les nerveux Liégeois de Cocaine Piss dont le tourbillon conviendra à merveille à l’endroit. Celui de Slaves (rien qu’à deux) devrait générer les mêmes effets. Dans un style plus mélodieux (encore que…), Together Pangea et The Bronx devraient récolter leur petit succès. Ce sont les fidèles Subways (quatrième passage depuis 2005) qui clôtureront la partie rock de la soirée sur cette scène. Sous la Petite Maison dans la Prairie, pointons les Canadiens de Suuns (très convaincants lors des dernières
Nuits du Bota
) et, pour les plus courageux, Factory Floor. Il sera en effet 1h40 du matin et, après cinq jours intenses, seuls les plus motivés tiendront encore debout.

Programme complet disponible sur le
site officiel
du festival ainsi que sur l’application (iOs et Android). Il reste des tickets pour toutes les journées mais ceux-ci partent comme des petits pains. À bon entendeur…

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :