Hail to the Spring King

0 Participations

On le sait, la presse musicale spécialisée britannique n’a pas son pareil pour balancer une nouvelle merveille indie chaque semaine avant de lui tourner le dos à la fin du mois. Mais dans le cas de Spring King, cela pourrait évoluer différemment. Les natifs de Manchester ont donné leur tout premier concert belge ce mercredi 28 septembre au Witloof Bar du Botanique. Il s’agissait même de la première visite dans notre pays pour le leader Tarek Musa qui commencera par s’extasier sur les bières et les gaufres locales avant de se lancer dans un premier titre, “Better Man”. Chanteur et batteur comme on n’en voit plus beaucoup ces jours-ci, il marque le tempo tout en conservant le centre de l’attention avec une voix un rien rebelle tout à fait adaptée aux compositions crasseuses mais lumineuses dont “It’s So Dark” et “Who Are You?” sont sans doute les plus emblématiques. Sans oublier “City” qui, pour la petite histoire, a été le tout premier titre diffusé par le célèbre présentateur Zane Lowe sur Beats 1, la station de radio en streaming d’Apple.

L’ambiance entre les membres du groupe respire la décontraction. Il s’agit d’un vrai gang parmi lequel le déjanté bassiste James Green n’est pas le dernier à lancer des vannes. Les deux guitaristes Peter Darlington et Andrew Morton assurent l’équilibre avec une mention particulière au premier nommé dont les solos de guitare brefs mais efficaces tout en s’assurant de ne pas voler la vedette valent le détour (“Detroit”, “Can I?”).

Musicalement, on se retrouve dans un surprenant environnement qui associe le garage punk sans concession aux mélodies ensoleillées héritées de la surf pop, accentué par les chœurs assurés par le reste de l’équipe (“Mumma”, “The Summer”). Le leader se déclare en effet un grand fan de surf music et c’est d’ailleurs sa playlist qui tournera à la fin du concert. D’origine polonaise, Il s’agit également d’un européen convaincu qui a tenu à présenter ses excuses par rapport au résultat du Brexit avant un très réussi “They’re Coming After You” entamé loin de son kit.

Intitulé “Tell Me If You Like To” et sorti en juin dernier, leur premier album va droit au but et son interprétation scénique ajoute une dose d’énergie qui va rendre leur prestation époustouflante. Et puisqu’ils privilégient un format dépassant rarement les trois minutes, on vous laisse imaginer le carnage, d’autant qu’un “Let’s Ride” sans garde-fou largement inspiré par The Clash va introduire un destructeur “Rectifier” en guise de clôture d’un concert pour lequel un rappel aurait été superflu. Ces Spring King sont là pour rester, on en est convaincus.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :