The Dead Daisies et The Answer à Paris : live report

0 Participations


La Tour Eiffel, Notre Dame, Pigalle, le Moulin Rouge. Tout cela, Alain Boucly n’en a vraiment rien à battre. Quand il monte à Paris, c’est pour aller headbanger au son de The Answer et The Dead Daisies !

Paris, 8 décembre 2016. Le Trabendo est quasiment sold out pour accueillir une affiche 100% Hard Rock “à “l’ancienne” avec The Answer et The Dead Daisies. Ces derniers, pourtant annoncés en tête d’affiche, vont ouvrir cette soirée spéciale “Classic Rock”. The Dead Daisies, que l’on pourrait définir comme une super réunion de musiciens renommés a, contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’étoffe d’une véritable groupe où chacun des musiciens semble prendre énormément de plaisir. Le line up, d’un très haut niveau, est composé de John Corabi au micro (Motley Crüe, The Scream), Brian Tichy derrière les futs (Ozzy Osbourne, Foreigner, Billy Idol), David Lowy à la guitare rythmique (Mink, Red Phoenix), Marco Mendoza (Whitesnake, Thin Lizzy, Black Star Riders) à la basse, et Doug Aldrich (Dio, Whitesnake, Glenn Hughes) à la guitare lead.

L’intro ne tarde pas à faire résonner les entrailles du Trabendo. Nos lascars débarquent un par un au son du “War Pigs” de Black Sabbath. Visiblement décidés à en découdre, le groupe lance “Long Way To Go”, un extrait du dernier album “Make Some Noise” qui donne le ton d’entrée de jeu grâce à une puissance de feu imparable. Pas moins de sept titres de cet excellent opus auront l’honneur de figurer sur la setlist, au nombre desquels, le très heavy “Make Sone Noise” sur lequel John Corabi nous gratifie de prouesses vocales.

Le show monte en puissance au fur et à mesure des enchainements avec, notamment, quelques reprises bien senties, dont le “Fortunate Son” des Creedence Clearwater Revival et le “Join Together” des Who. Le public répond comme un seul homme au sollicitations de John, mais aussi à celles de ses compères. Ces derniers arpentent la scène de long en large et la bonne humeur est de mise. D’autant que la proximité entre le groupe et son audience est idéale. Difficile de ne pas être conquis en voyant ces musiciens d’exception se donner à fond.

L’arrivée de Doug Aldrich au sein de The Dead Daisies a apporté un supplément technique indéniable. Le guitariste au CV impressionnant met sa richesse de style au service de chaque morceau afin de le bonifier. Son jeu est à la fois sobre et précis et il enchaine des solos d’une rare efficacité, prouvant ainsi qu’il est digne des meilleurs Guitar Heros. Doug va à l’essentiel, sans jamais en faire de trop, ce qui est la marque des plus grands. Et que dire de sa prestance ? “La Classe”, tout simplement ! L’occasion est donnée à Brian Tichy de démontrer toute sa fougue, lors d’un one man show spectaculaire derrière la batterie. Toute l’agressivité du cogneur ressort à chaque frappe, avec en prime un record de lancer de baguettes ! La seconde partie du set, tout aussi musclée, est conclue par une reprise du “Helter Skelter” des Beatles, passé à la moulinette heavy rock. “American Band”, la cover du Grand Funk Railroad, enfonce le clou, en dégageant une énergie sans faille. The Dead Daisies démontre une cohésion parfaite et semble prendre un plaisir immense à envoyer ses brûlots à la face d’une audience complètement sous le charme. Quelle plaisir de voir ce groupe qui, à des années lumières d’une simple réunion de stars, ne laisse planer aucun doute sur la sincérité de sa démarche.

Après une telle prestation, il est difficile pour The Answer de tenir la comparaison. Cependant, la quatuor emmené par Cormac Neeson s’investit à fond pour distiller son Hard Rock Bluesy influencé par les années 70 / 80. Venu défendre “Solas”, son dernier album sorti il y a à peine deux mois, le quatuor irlandais varie les ambiances en alternant les titres bien pêchus avec les mélodies plus calmes, mais tout aussi efficaces en live. La preuve avec “In This Land”, sur lequel la mandoline de Cormac nous offre des accords aériens du plus bel effet. A deux titres près, la totalité de l’album “Solas” sera interprétée, à commencer par le tempo envoutant du morceau éponyme, sur lequel la voix rauque du frontman s’exprime pleinement. Le côté irlandais n’est pas en reste sur “Untrue Colour” qui n’est pas sans rappeler un certain Thin Lizzy. On se refait pas !

Le désormais classique “Come Follow Me” dynamise la seconde partie du set grâce à son tempo rapide et au chorus incisif de Paul Mahon qui assure remarquablement. Les nuances de “Spectacular”, extrait de “New Horizon” sorti en 2013, vont une nouvelle fois mettre en avant la performance vocale de Cormac Neeson. Faisant preuve d’une une capacité hors du commun à tenir une scène et à communiquer avec son public, The Answer parvient à convaincre et ce, même si ce n’était pas vraiment gagné d’avance. Bravo à eux d’avoir pour avoir pris le risque de jouer autant de nouveaux titres.

La réussite de cette soirée prouve que le Hard Rock continue à rassembler et à fédérer un nombreux public. La claque prise avec The Dead Daisies restera longtemps dans les mémoires ! Une séance de rattrapage aura lieu lors du Hellfest 2017. Un nouveau grand moment en perspective !

Merci à Olivier Garnier pour l’accréditation.

Photos © 2016 Alain Boucly

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :