Blind Ego et Subsignal, la crème du progressif allemand !

0 Participations

Je l’avais dit que certains vendredi 13 ne sont pas toujours synonymes de malchance, et même si la neige et le verglas étaient de la partie, j’ai malgré tout passé une soirée fabuleuse au 66. Rien d’étonnant finalement puisque deux fleurons de l’école progressive allemande faisaient halte au bon vieux Spirit, une occasion à ne pas rater pour tous les progressistes qui se respectent. Deux très bons concerts dans deux styles différents, qui prouvent que le rock teuton se porte bien, la preuve avec la multitude de formations actuellement en activité. Première étape des plus périlleuses, c’était de rallier sans encombre Verviers alors confronté à une véritable tempête de neige sur le coup de 20h. Finalement les pneus ont bien fait leur boulot, ce qui me permet de passer la porte du club largement à l’avance pour d’une part me procurer les deux derniers albums de Subsignal (“Paraiso” et “The Beacons of Somewhere Sometime”) et d’autre part, de contempler à loisir l’imposant matériel présent sur scène. Un moment d’attente qui me permet d’apercevoir Kalle Wallner (RPWL, Blind Ego) mais aussi Yogi Lang (RPWL) qui sera d’ailleurs le mixeur et ingénieur du son de ce soir (voilà déjà un gage de qualité).

Bien sûr le mauvais temps a dissuadé beaucoup de monde à faire le déplacement, il n’empêche que les habitués sont là comme Brigitte et le reste de sa famille, Suze Merlin (promotrice bien connue du monde du prog), mais aussi mes amis Dylan et Thierry tous deux membres du groupe Foggy Stuff. Manifestement une assemblée de connaisseurs pour accueillir sur le coup de 20h30 la formation allemande Subsignal dont c’est je pense le premier passage à Verviers. Composé d’Arno Menses (chant et que l’on retrouve aussi sur l’album de Blind Ego), Ralf Schwager (basse), Markus Steffen (guitare), Markus Maichel (claviers) et Dirk Brand (batterie et percussions), le groupe entame un set de près d’une heure trente où il jongle entre rock-progressif et métal-progressif. En effet la musique de Subsignal s’inspire de nombreux courants musicaux mais aussi, de nombreuses références provenant de styles parfois bien différents.

Si l’ensemble s’apparente bel et bien au progressif, on sent ça et là des pincées de funk ou de métal rendant le rock de nos amis alléchant, attrayant et mélodique. L’ensemble de la discographie est passée en revue, choix judicieux du groupe qui ponctionne des compositions dans chaque album, à travers un show très professionnel malgré quelques petits soucis techniques. Les points forts de la formation sont incontestablement le niveau vocal élevé d’Arno Menses, les très belles harmonies vocales portées par Ralf et Markus Maichel, le tout enrobé d’un travail technique pointu de la part de Markus Steffen à la guitare et surtout de Dirk Brand à la batterie. J’en terminerai avec ce dernier, un batteur d’exception (professeur de batterie, ayant joué avec John Wetton, Geoff Downes…) qui nous gratifie d’un solo dantesque, un travail à la batterie et aux percussions qui égale un Simon Phillips ou un Mike Portnoy !!!

Subsignal

Subsignal Le Facebook

Moins d’une demi-heure s’épare la fin de l’excellent set de Subsignal du démarrage de celui de Blind Ego, qui va littéralement terrasser l’assemblée par son rock-progressif puissant et poussif, finalement proche d’un hard-rock ou même d’un heavy-métal ! Pour en arriver là il fallait bien sûr une équipe de choc avec évidemment Kalle Wallner (guitares), Michael Schwager (batterie et percussions), Sebastian Harnack (basse, membre de Sylvan), Julian Kellner (guitares et membre de Dante) et le chanteur américain Scott Balaban. Une véritable machine de guerre qui imprime d’emblée un rythme d’enfer, des tempos appuyés louvoyant entre rock’n’roll, métal et même blues. La mise en place sent le professionnalisme à plein nez (sans être péjoratif), avec des compositions qui maintiennent tout du long une chape de plomb sur scène et dans la salle. Ici aussi le groupe voyage à travers sa discographie, tout en mettant en évidence son dernier opus “Liquid” sorti en 2016. Presque tout l’album est joué avec comme cerise sur le gâteau, la montée sur scène d’Arno Menses pour accompagner Scott sur le très beau single “Blackened” !

Une splendide équipe où Kalle et Julian ont rivalisé d’adresse pour nous offrir des passages heavy ou mélodiques aux guitares. Sebastian que je venais de voir il y a peu en Hollande avec Sylvan, est un tout bon bassiste. J’ai parlé de Dirk mais Michael Schwager est aussi à sa manière un tout grand batteur, en fait il y a eu deux grands batteurs ce soir ! J’en viens au chanteur américain Scott Balaban qui m’a rappelé le grand Jean Pageau de Mystery. Une performance vocale hors-normes d’un chanteur, qui me rappelle les grands vocalistes des années 80 ou 90. Au final Blind Ego nous a offert un set puissant transcendant un classic-rock résolument moderne où, blues et métal ont teinté l’ensemble pour un résultat haut en couleurs. Remarquable !

Blind Ego

Blind Ego Le Facebook

Voilà donc une fabuleuse soirée qui prouve une fois de plus que l’école progressive allemande est aujourd’hui une des meilleurs au monde. Une école capable de produire d’excellents groupes pour produire une musique à la fois variée et complexe, mais surtout toujours flamboyante !

Merci à tous les musiciens et merci à Francis.

Spirit of 66

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :