Triplé suédois au Lotto Arena

0 Participations


Dimanche 8 janvier 2017. À peine sorti des traditionnels excès alimentaires de la période des fêtes de fin d’année, il est grand temps de reprendre mes bonnes vieilles habitudes. Pour cela, rien de tel qu’un bon petit concert de métal. Alors cap sur Anvers et le Lotto Arena avec tout mon matériel photographique.

À mon arrivée, la salle du Lotto Arena est remplie aux deux tiers: tout le parterre et le premier étage de gradins sont relativement peuplés. Le second étage de gradins n’a pas été ouvert au public. Légère déception en termes d’affluence donc car on aurait pu s’attendre à ce que Sabaton remplisse le Lotto Arena. En même temps, nous sommes dimanche soir… Ceci explique peut-être cela.

Sur scène, le groupe suédois Twilight Force a déjà commencé son set. Difficile d’arriver encore à temps au photo pit. Tant pis, je décide de prendre mes clichés depuis la foule. Le public accueille avec bonhomie le power métal épique des Suédois originaires de Falun. Il faut dire que leur musique est festive et que les grimages et costumes de scène contribuent largement à distribuer une bonne humeur ma fois fort communicative. Le groupe assure la promo de son nouvel opus intitulé «Heroes of Mighty Magic». C’est bien écrit, les compositions portent le label de qualité «Made in Sweden» et c’est entraînant. Mais j’ai toujours peine à croire que cette musique qui ne se prend pas trop au sérieux puisse s’inscrire dans la durée. Le groupe me fait penser à d’autres comme Alestorm, Gloryhammer ou, dans une moindre mesure, Finntroll. Le genre de groupe qui met l’ambiance avec une bonne tranche de rigolade festive, mais qui sert un plat musicalement peu roboratif. Bref, on les voit avec bonheur la première fois, on les revoit sans déplaisir la seconde fois et on ne les écoute plus que distraitement du coin du bar la troisième fois.

Mais le temps de six titres (quatre extraits du nouvel album: «Battle of Arcane Might», «To the Stars», «Riders of the Dawn», «Flight of the Sapphire Dragon», et deux titres de l’album precedent «Tales Of Ancient Prophecies» (2014): «Gates of Glory» et «The Power of the Ancient Force»), les preux chevaliers venus des contrées Viking réussissent à créer une ambiance sympathique. Bref, un premier groupe qui remplit son contrat.


Une de mes plus grosses déceptions musicales récentes avait été la prestation franchement insipide du groupe Accept lors du festival Christmas Bash Geiselwind en décembre 2015. C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai pris place dans le photo pit pour la prestation du groupe allemand. Dès les premières notes, mes craintes ont tôt fait d’être dissipées pour céder la place à un enthousiasme sans réserve. Oui, la magie opère: Mark Tornillo (voix), Wolf Hoffmann et Uwe Lulis (guitares), Peter Baltes (basse) et Christopher Williams (batterie) ont tôt fait de séduire le public présent avec leurs musique carrée et efficace.

La setlist a été choisie avec beaucoup de finesse puisqu’elle parvient à faire la synthèse entre les grands succès anciens du groupe et ses titres plus récents. Les fans, jeunes et moins jeunes, sont aux anges en (ré)entendant des morceaux, pour la plupart cultes, comme
«Stampede»
(«Blind Rage» – 2014),
«Stalingrad»
(«Stalingrad: Brothers in Death» – 2014),
«Restless and Wild»
(«Restless and Wild» – 1982), «London Leatherboys» («Balls to the Wall» – 1983),
«Final Journey»
(2014), «Princess of the Dawn» (1982),
«Fast as a Shark»
(1982), «Metal Heart» («Metal Heart» – 1985),
«Teutonic Terror»
(«Blood of the Nations» – 2010) et «Balls to the Wall» (1983).


Bien sûr, Udo Dirkschneider (U.D.O.) a quitté le navire, mais son remplaçant Mark Tornillo (ex-TT Quick) s’en tire avec tous les honneurs. Sa voix fait largement le poids tant dans les compositions plus récentes que dans les grands classiques du groupe. Le guitariste Wolf Hoffmann et le bassiste Peter Baltes s’en donnent à cœur joie sur scène et chauffent le public qui devient incandescent lorsque déferlent les notes des morceaux cultes que sont «Restless & Wild», «Fast As A Shark» (heidi, heido,,,) et le gigantesque «Metal Heart». Les gens entonnent ces classiques à tue-tête. Le Lotto Arena est chaud boulette, prêt à accueillir les héros de la soirée…

Pour la petite histoire, les fans d’Accept sont à la fête puisque le groupe sort ces jours-ci un album live intitulé «Restless & Life» qui contient l’intégralité de leur concert au Bang Your Head!!! Festival 2015.


Mais il est temps d’accueillir les héros de la soirée. Depuis le départ du guitariste Thobbe Englund qui a annoncé en juillet dernier qu’il quittait le groupe pour suivre son propre parcours musical, le groupe lui a trouvé un remplaçant de qualité en la personne de Tommy Johansson (ReinXeed). Sabaton part en tournée pour assurer la promotion de son dernier album en date
«The Last Stand»
dont vous avez pu lire la chronique sur notre site.

Sur scène, la formation est centrée sur le chanteur Joakim Brodén, entouré de son fidèle batteur Hannes Van Dahl, Pär Sundström à la basse et Chris Rörland à la guitare. La scène est comme toujours composée d’éléments de décor à caractère guerrier. La grande innovation pour ce concert-ci est le recours à des figurants costumés pour évoquer Sparte et des effets pyrotechniques spectaculaires.

Sabaton prépare le terrain en diffusant «In the Army Now» de Bolland & Bolland, repris par Status Quo, et l’instrumental «The March to War». Le groupe entre immédiatement dans le vif du sujet avec son grand classique «Ghost Division» (extrait de l’album The Art Of War de 2008).

Immédiatement, le public scande les paroles à s’en faire exploser les cordes vocales. Le premier extrait du nouvel album est «Sparta» avec figurants et changement de costume pour Joakim. Le public manifeste bruyamment son enthousiasme pour ce nouveau titre qui marche plutôt bien en live. Le groupe enchaîne avec un deuxième nouveau titre: «Blood of Bannockburn» (2016).


Après avoir présenté Tommy, le petit nouveau, Joakim cause avec le public et annonce la venue De Sabaton au Grasspop 2017, sous un tonnerre d’applaudissements, il va sans dire.
La musique reprend ensuite ses droit avec deux classiques, «Swedish Pagans» (2008) et «Carolus Rex» (extrait de l’album éponyme de 2012), avant de revenir à l’actualité du groupe avec «The Last Stand» qui a donné son nom à l’album. Vient ensuite «Far from the Fame» (extrait de «Heroes» – 2014), suivi de «Winged Hussars» (2016).


Sabaton aime surprendre son public. La prevue: une version acoustique Presque “feu de camp” de son titre «The Final Solution», avec Tommy Johansson aux claviers. Après le toujours très efficace «Night Witches» (2014) arrive le moment où Joakim fait mine de vouloir jouer un air de guitare… Il abandonnera finalement pour interpréter «Resist and Bite».

«The Lion From the North» (2012), «The Lost Battalion» (2016) et «Union (Slopes of St. Benedict)» (2008) clôturent la prestation des Suédois, toujours aussi dynamiques et charismatiques sur scène.

Pour les rappels, le public anversois à droit à «Primo Victoria» (de l’album éponyme de 2005), «Shiroyama» (2016) et «To Hell and Back» (2014).

Une très belle réussite que cette soirée métal à la sauce suédoise. Très belle entrée en matière pour une année 2017 qui s’annonce musicalement très chargée.

Les autres photos de

Accept
|
Sabaton

Photos © 2017 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :