Pendaison de crémaillère au Ragnarok avec Sleeping Romance

0 Participations


Ma destination du jour est la province de Limbourg, plus précisément la petite localité de Bree-Opitter où est située une toute nouvelle salle appelée Ragnarok. Celui qui se cache derrière ce nouveau temple de la musique n’est autre que Koen, l’organisateur du Rommelrock et le propriétaire de la salle Jan Hertog que le bourgmestre de Maasmechelen a fait fermer sous des prétextes fallacieux après avoir perdu un procès contre le propriétaire des lieux… Le Ragnarok n’est pas encore tout-à-fait terminé, le matériel des ouvriers est encore visible dans un recoin de la salle, mais la salle accueille ce soir ses premiers artistes qui vont essuyer les plâtres devant un parterre d’une bonne trentaine de spectateurs venus découvrir les lieux.


En ouverture de programme, la formation helvétique Askara, un quatuor originaire de Bâle fondé en 2012. Ses membres sont la chanteuse et claviériste Myriam Schmidt, le bassiste et growler Elia Schmidt, le guitariste Benj Wiesli et le batteur Raphael Grünig. C’est la première fois que le groupe se produit sur le sol belge où il vient assurer la promotion de son album autoproduit intitulé «Horizon of Hope» (2016). Au menu, plusieurs extraits de l’album dont le morceau du clip
«Broken Wing»
. Musicalement, les créations d’Askara peuvent être classée dans la catégorie du métal gothique progressif. Comme souvent avec les chanteuses claviéristes, le set est un peu statique, même si le bassiste Elia ne ménage pas ses efforts. La voix de Myriam est agréable malgré quelques petits problèmes de précision qu’il m’a semblé détecter. Mais le groupe est en pleine progression et s’écoute sans déplaisir. Je les reverrai avec grand plaisir lors d’un prochain passage dans notre plat pays.


Après une courte pause, c’est au tour du groupe suédois Within Silence d’investir la scène avec son power métal mélodique. Le chanteur Martin Klein nous distille les compositions du groupe très marquées « made in Scandinavia », entouré des guitaristes Martin Cico (rythmique) et Richard Germanus (lead), du batteur Peter Gacik et du bassiste Viktor Varga. Après le succès de leur premier opus «Gallery Of Life» sorti en 2015, les voilà de retour avec l’album de la confirmation, intitulé «Return From The Shadows», sorti tout récemment. Malgré l’enthousiasme et les qualités indéniables du répertoire du groupe, ma méforme du jour m’empêche de rentrer dans leur univers musical et je m’ennuie un peu. Il faudra que je prenne la peine d’essayer de revoir ce groupe dans un meilleur jour…


Quand arrive enfin l’instant tant attendu des retrouvailles avec le groupe italioen Sleeping Romance, le début du concert s’avère bien laborieux en raison de problèmes techniques à répétition, la voix de la chanteuse Federica Lanna étant quasiment inaudible. Federico Truzzi devra insister auprès de l’ingé son avant que les choses ne rentrent dans l’ordre. Avec beaucoup de professionnalisme, toute l’équipe (citons aussi le bassiste Lorenzo Costi, le batteur Francesco Zanarelli et le guitariste Fabrizio Incao) reprend le cours normal du concert, malgré des problèmes persistants de retour dans les oreillettes… C’est cette fois en tant que headliner que Sleeping Romance passe par la Belgique dans le cadre de sa tournée «Alba».


La salle n’est pas remplie, mais l’ambiance est bonne et le public apprécie la setlist (toujours trop courte à mon goût) avec, après la traditionnelle ouverture, d’entrée de jeu un gros tube:
«Where the Light Is Bleeding»
. Les Transalpins enchainent avec un autre titre illustrant parfaitement leur sens inné de la mélodie:
«Lost in My Eyes»
. Mécontent de ce morceau abîmé par les problèmes techniques, Federico Truzzi décide de le recommencer, à la plus grande joie du public qui n’en espérait pas tant ! Petit retour en arrière avec
«The Promise Inside»
, extrait de l’album «Enlighten». Le morceau suivant était lui aussi sorti à l’époque sous forme de single :
«Fire & Ice»
.


Après l’excellent «Touch the Sun», le groupe embraie avec le superbe «Forgiveness» et le très Within Temptation-ien
«My Temptation»
. La soirée s’achève déjà presque avec les deux derniers morceaux:
«Free Me»
et le titre générique du dernier album «Alba». C’est sous des applaudissements nourris que se termine donc ce premier concert dans la nouvelle salle Ragnarok d’Oppiter. Le temps d’échanger quelques mots avec les héros de la soirée et il est déjà temps de rentrer avant que mon carosse ne se transforme en citrouille…

Photos © 2018 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :