Concert Space-Rock OZRIC TENTACLES au Spirit ce 17.11.2004

0 Participations

Salle bien remplie au Spirit pour assister au concert d’un groupe qui a maintenant 20 ans et qui continue ce style planant, spacial, psychédélique, qui a acquis sa plus grande renommée dans les années 1970. Ozric Tentacles est clairement un prolongement du génial Gong et, plus spécifiquement, du Gong de l’époque à laquelle Steve Hillage a participé à partir de 1972 ; ce même Steve Hillage qui démarrera une carrière en solo avec la publication de « Fish Rising » en 1975 et suivra cette voie jusqu’à « Green » en 1978 avant de s’orienter plutôt vers un travail de production dans laquelle il trouvera une autre reconnaissance (Simple Minds, Khaled, …).

Un de mes meilleurs concerts fut d’ailleurs celui de Steve Hillage à l’Ancienne Belgique en 1979 où il fut réellement éblouissant.

Cela ne fait que 7 ans que j’ai découvert ce groupe. J’ai directement flashé même si ce n’est peut-être pas toujours pour les mêmes raisons que celles qui m’avaient attirées chez Gong, Khan et Steve Hillage.

Premièrement, Ozric Tentacles est sans vocaux ; deuxièmement, la technique d’un Ed Wynne n’est sûrement pas du niveau de celle de son ami Steve ; troisièmement, l’humour d’un Hillage ou la folie d’un Allen n’est vraiment pas présent.

Pourtant, cela m’a directement plu. Les envolées de guitare, les couvertures de synthétiseurs, les bruitages, les petites touches des nombreuses flûtes utilisées et aux sons si différents, la basse très carrée si bien en phase avec une batterie puissante en course constante. Tout cela est déjà bien senti sur disque mais, sur scène, on y ajoute le volume sonore, le merveilleux jeu de lumières très psychédélique, les stroboscopes, les fumigènes. Inutile de préciser que l’odeur dans la salle n’était pas celle de « petits fromages frais aux fruits des bois ».

Le guitariste Ed Wynne, le papy fondateur du groupe, est réellement le chef d’orchestre de cet ensemble dont il reste le principal compositeur du répertoire. Très sérieux dans ses nippes de style hippie, il est installé à la gauche de la scène avec ses claviers derrière lui qu’ils ne manipulent, en fin de compte, pas beaucoup. Il utilise surtout plusieurs guitares et parfois en glissando comme le fait un Daevid Allen ou le faisait, le maintenant décédé, Christian Boulé.

Comme Steve Hillage est toujours accompagné de sa chère Miquette Giraudy aux claviers et aux effets sonores, Ed Wynne a maintenant également sa Miquette dans la même fonction : Brandi Wynne. Très à l’aise, joviale, sautillante, elle reste toujours bien dans la ligne dictée par le boss dont elle surveille et exécute les désidératas.

Le seul autre vétéran encore dans le groupe, Jon Egan, utilise une multitude de flûtes ; parfois trois ou quatre sur le même morceau et toujours pour de petites touches qui donnent un cachet à l’ensemble même si sa participation semble plus mineure lorsque l’on sait que ses interventions sont souvent écrasées par la puissance sonore. En plus, il ne se préoccupe pas toujours de savoir s’il est devant un micro pour en jouer. Il semble être toujours un peu sur une autre planète. Il allait jusqu’à sembler ne pas bien se souvenir du nom du batteur. Malgré tout, il semblait moins « à la masse » que lors du précédent concert.

Le jeune batteur Greyum et le jeune bassiste Justin (sans plus de d’informations) ont bien rempli leur rôle même si, parfois, un peu plus de variétés n’aurait pas fait de tort. Le batteur, au touché très sec, est sorti de scène en nage. Il faut dire que pour suivre le rythme d’Ozric Tentacles, il doit falloir une bonne santé. Ces deux musiciens viennent de rejoindre tout récemment le groupe.

Un peu plus de deux heures de concert comprenant un seul rappel ont satisfait un public conquis comprenant pas mal d’Allemands et de Hollandais dans cette ville de Verviers à 30 Kms d’Aachen et à peine plus de Maastricht.

La sono était meilleure que lors de leur dernier passage et l’ensemble du concert également d’ailleurs.

Le dernier album du groupe, « Spirals in Hyperspace », est complètement dans la ligne des précédents albums. Par contre, si ce n’est pas le meilleur, il en vaut malgré tout l’écoute. Steve Hillage y a d’ailleurs participé pour un morceau avec Miquette Giraudy. Ozric Tentacles n’a jamais été un groupe novateur et ne le sera probablement jamais, mais ce qu’il fait est très souvent plaisant et bien fait. Ce qu’il a probablement apporté aux influences « seventies » que j’ai décrite plus haut est la coloration légèrement techno de sa musique.

Bizarrement, je dois avouer que, bien qu’écoutant régulièrement certains de leurs albums, j’ai eu une grande difficulté à resituer exactement les morceaux joués et leurs albums d’origine ce que me précisait également mon ami Yves qui m’avait fait découvrir le groupe à l’époque. C’est peut-être cela aussi Ozric Tentacles.

Une bonne soirée.

JPS1er

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :