Grandissime concert de LA MASCHERA DI CERA, Spirit of 66, 21-11-2004

0 Participations

L’année dernière, le 14 septembre, je découvrais un groupe italien de Rock Progressif. J’en sortais profondément impressionné en classant ce concert dans le top 5 des meilleurs concerts auxquels j’avais assisté durant les cinq dernières années (voir mes commentaires du 20/09/2003, toujours d’actualité, sur ce site). Je récidive après ce concert, car le groupe, composé des cinq mêmes membres, s’est encore bonifié ; probablement aussi grâce à cette stabilité. Il est à noter qu’un CD a été enregistré lors de cette soirée de 2003 et était disponible. J’espère pouvoir le commenter plus en détail prochainement.

Devant un public insuffisant au regard de la qualité proclamée de cette ensemble, La Maschera di Cera s’est littéralement déchaîné. Pour rappel, les influences de King Crimson, Van der Graaf Generator , Genesis, Yes, Colosseum, Graham Bond, Jethro Tull sont les plus marquées. Je parle bien “d’influences”, pas de “copies”. Essentiel !

Sans répéter dans le détail ce que j’écrivais en 2003, j’insisterais quand même sur l’éblouissant chanteur Alessandro Corvaglia dont les qualités vocales sont sidérantes. Que ne peut-il pas faire avec sa belle voix au timbre si particulier? En plus, on le voit également à la douze cordes ou, plus anecdotiquement, accompagnant aux claviers son petit camarade Agostino Macor.

Ce claviériste, Agostino Macor, toujours aussi taciturne, nous a étalé une palette de sonorités qui ferait frémir pas mal de pointures des claviers du monde du Progressif.

Les interventions à la flûte de Andrea Monetti sont restées aussi magistrales. J’ai également apprécié son intervention très Free-Jazz en trio avec Fabio Zuffanti et le batteur Maurizio di Tollo qui m’ont rappelé une fois de plus toute la richesse d’un Jazz actuellement trop peu considéré.

Le fondateur du groupe Fabio Zuffanti, grand compositeur, au jeu de basse toujours très puissant, métallique même, semblait inquiet au début du concert. Il fut très vite rassuré par l’accueil du public et son jeu en fut bien vite libéré. J’apprécierais de le voir plus spécifiquement avec un autre de ses enfants, Finisterre dont je vais découvrir « La Meccanica Naturale » après le superbe « In Ogni Luogo » que j’écoute souvent.

J’ai trouvé le jeu du Maurizio di Tollo plus abouti que l’année dernière.

A noter que le groupe a remercié le patron des lieux, Francis Géron, et les deux représentants de Prog-Résiste, Piero Romainville et Gilles Arend, en les appelant sur scène et en leur remettant « un petit souvenir » en remerciement du soutien constant qu’ils accordent au groupe depuis si longtemps. C’est assez rare que pour le signaler.

Le groupe a terminé son spectacle, épuisé, après deux rappels d’anthologie.

Un regret : l’album « Il Grande Labirinto », que je n’ai toujours pas eu dans les mains, n’était pas disponible. M’enfin !!!

A quand la prochaine ?

Très bonne soirée.

JPS1er

Mon article précédent : Concert-découverte inoubliable ce 14.09.2003 au Spirit of 66

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :