Un EP pour les greco-anglais de TEARS

0 Participations

Le groupe anglais Tears, qui n’a rien à voir avec l’autre groupe The Tears emmené par deux ex-Suede, vient de sortir un premier EP. Tears est un groupe anglais dont les musiciens sont tous grecs. Ils viennent de Southampton, dans le sud de l’Angleterre. Leur musique est plutôt à rapprocher d’un rock progressif teinté d’un peu de métal.

Ils viennent de sortir un EP intitulé “Falling Certainty”. Cinq titres, dont trois forment en fait un seul morceau, composent ce mini-album.

Le groupe est formé de Corkidas Constantinos (claviers), Deligiannis Tassos (batterie), Matagos Yannis (guitares, chant) et Politis George (basse). Si Matagos Yannis assure le chant des parties I et III du morceau principal “Self Destruction”, c’est un invité, Mylonas Panagiotis, qui chante sur les autres.

Le premier, “Things Imaginary”, est assez acoustique par son ambiance. Le chant s’y fait très sensible. “Self Destruction” est divisé en trois parties. L’introduction est assez lyrique accompagnée d’un peu de piano. Ensuite, nous entrons dans une partie plus rock avec même des tons heavy. La guitare y est tantôt agressive tantôt mélodique. Le chant prend parfois la couleur d’un métal progressif. Le dernier acte sera plus doux avec une guitare plaintive et mélancolique. C’est petit à petit que le morceau prend de l’ampleur.

“Time Master” est lui complètement métal. Ce titre dynamique nous emporte. Il est aussi particulièrement bien produit comparé aux autres. Il explose littéralement. Enfin, le CD se termine par le court instrumental “A Beginning After Each End” où la guitare est reine.

En conclusion, on peut dire que Tears nous offre un premier EP pas mal du tout malgré quelques défauts de production. C’est aussi un peu normal pour un premier CD auto-produit. Mais, ils démontrent un potentiel intéressant. Le problème risque de venir de leur nom Tears depuis que deux ex-Suede ont formé un groupe appelé The Tears qui a sorti récemment son premier opus. Il ne faudrait pas les confondre… Pourtant, Tears existent depuis plusieurs années déjà. Ils devraient donc avoir la paternité du nom. Mais, ils n’ont pas le poids des autres…

La pochette:


Le site de Tears

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :