L’aventure punk

0 Participations

Décrite de manière originale et dans un langage minimaliste adapté au propos, la « révolution » punk est vue de l’intérieur par un acteur qui garde suffisamment ses distances pour en faire l’analyse, la resituer dans son contexte et nous la restituer à sa manière. Patrick Eudeline a vécu cette période souvent détestée pour son besoin de destruction de tout ce qui était une entrave à la création, notamment les connaissances techniques nécessaires pour faire de la musique et la sophistication du matériel. Après son passage, n’importe qui pouvait faire de la musique sans avoir de l’argent et sans savoir jouer d’un instrument. C’était le but recherché.

Cette entreprise de destruction, sous-titrée « Tous les coups sont permis », est décrite de l’intérieur en prenant comme exemple la France et l’Angleterre mais en négligeant largement les Etats-Unis. Outre l’absence d’information étoffée sur le contexte musical et ses acteurs, cela constitue le principal reproche que l’on peut adresser à ce livre écrit dans un style original qui privilégie les impressions sensorielles et les répétitions pour mieux nous plonger dans le contexte d’un mouvement qui, revu par des artistes tels que Kurt Cobain et Nirvana, revient sans cesse à la surface sous le nom de punk underground ou de post punk.

Patrick Eudeline – L’aventure punk (Editions Grasset, 2004, 137 p. – ISBN 2 246 29052 x)

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :