Le tiercé 2005 du fidèle collaborateur

0 Participations

Cette année, sur le plan international, ce sont les valeurs sûres qui ont émergé mais les jeunes n’ont pas attendu pour tenter de faire leur nid, sans atteindre il est vrai, et c’est normal, le niveau atteint par les plus grands. Mais cette nouvelle vague fera des dégâts dans les années à venir, c’est sûr. Le renouveau du rock garage/lo-fi/post punk est en marche. Certains resteront sur le carreau au fil du temps mais c’est une constante : problèmes d’ego, couples qui se défont, problèmes avec les firmes de disques, manque de succès malgré la qualité, … ont toujours été le lot des groupes en vue. Qui parle encore de Blodwyn Pig ou de Colosseum, dont les albums trônaient dans la vitrine d’un magasin de disques au même niveau que le premier Led Zeppelin dans Carnaby Street en 1969 ? Il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

Albums de l’année 2005

  1. «
    Maarifa Street / Magic Realism 2
    »
    Jon Hassell
  2. «
    blackAcetate
    »
    John Cale
  3. «
    Mighty Rearranger
    »
    Robert Plant

Jon Hassell et John Cale sont nettement au-dessus du lot et Robert Plant vient juste après. Loin de se reposer sur leurs lauriers, ils continuent leur recherche musicale innovante et ils l’insèrent dans leur recherche philosophique pour tenter de donner un sens à leur vie.

Dans le même esprit, aux confins du rock, les œuvres majeures de Troy Donockley et Dave Bainbridge, Enya, Kate Bush et DésAccordes (conduit par Erik Baron) s’inscrivent aussi dans une recherche spirituelle ou philosophique, ce qui n’exclut pas la convivialité. Nous ne nous lassons pas de le répéter, le rock n’est pas seulement de la musique mais une contre-culture, un langage universel qui se décline de différentes manières. Elever l’esprit, répandre la beauté dans un monde où sévit parfois la violence aveugle est on ne peut plus respectable et peut aider les gens à vivre. Qu’ils en soient remerciés !

Mais le rock, c’est aussi du fun, de la poésie, de la politique et le refus de l’establishment. Quelques crans plus bas, The Subways, Editors, Art Brut, Kaiser Chiefs, , Maxïmo Park, The Kills, Elbow, Billy Corgan, The White Stripes, Franz Ferdinand, Garbage, Black Rebel Motorcycle Club, The Dandy Warhols, Paul Weller et Bloc Party méritent aussi d’être très bien classés. Et les Arctic Monkeys se pointent déjà pour prendre la relève avant la sortie de leur premier album ! Feu de paille ou lame de fond ? Chacun appréciera selon ses propres critères.

Meilleurs morceaux de 2005

  1. «
    Downtown
    »
    Colder
  2. «
    T Bone
    »
    The Rakes
  3. «
    The Everthere
    »
    Elbow

Tous les trois sont vraiment très bons.

Meilleur single belge

« Handbag Bird »Thin Line Men.

Ce titre génial est le brillant représentant d’un album très réussi malgré le peu de moyens dont dispose le groupe.

Pochette de l’année 2005

Le livret de « Surgery » par les Warlocks s’impose. Une magnifique couverture stylisée et inquiétante pour un très bon album !


Artistes de l’année 2005

International


The Kills

Ce duo de rêve, qui en est à son deuxième album, pratique une musique punk rock érotique minimaliste mais innovante tournée vers la scène.

Belge


Millionaire

Des groupes belges, l’album de Millionaire me paraît le plus marquer une évolution positive. dEUS est aussi un très bon choix.


Slang
mérite une mention spéciale pour sa qualité très au-dessus de la moyenne. Classé jazz, il est hors scope. Vraiment dommage, il est de loin le meilleur et pourrait figurer en très bonne place sur le plan international.

Révélations de l’année 2005

International


The Subways
. Ce groupe anglais dont la moyenne d’âge tourne autour de 18 ans pratique un rock rafraîchissant qui laisse augurer du meilleur.

Belge

Parmi les groupes belges,
Thin Line Men
me paraît le mieux correspondre aux critères d’évaluation pour avoir montré de très grandes qualités malgré le manque de moyens.

Tiercé belge 2005

  1. «
    Paradisiac
    »
    Millionaire
  2. « Pocket Revolution »dEUS
  3. «
    Ease Your Mind
    »
    Sioen

Le mauvais point de l’année est toujours pour l’industrie du disque

Certains dispositifs de protection contre la copie limitent les possibilités d’écoute de certains cd achetés en toute légalité ! Inadmissible et injustifiable ! Au lieu de faire preuve d’imagination, les firmes de disques préfèrent punir ceux qui achètent leurs produits en toute légalité pendant que les adeptes des copies à grande échelle se gaussent de ces moyens ridicules et se frottent les mains. Chaque année, on peut reproduire la même litanie et nous la reproduirons tant qu’il n’y aura pas de changement.

Laisser un commentaire

Music In Belgium
%d blogueurs aiment cette page :