DEPECHE MODE à Arras le 29 juin 2006

0 Participations

Quelques jours avant son passage au Rock Werchter, Depeche Mode était en concert dans le Pas-de-Calais, à Arras. Voici près de 9 mois que la tournée «Touring The Angel» de Depeche Mode a débuté. Entre deux séries de concerts sur le continent américain, le groupe était déjà passé en Europe l’hiver dernier, avec notamment une date au Palais des Sports d’Anvers en janvier. De retour sur le vieux continent, Depeche Mode a rassemblé une vingtaine de milliers de personnes pour un concert en plein air, sur la Grand-Place d’Arras.

Le cadre était splendide, le temps était estival et le son était très bon, mais pénétrer dans l’enceinte du concert n’a pas été une mince affaire. Pensant être dans les temps, nous nous retrouvons pris dans une interminable file d’attente qui nous fait manquer l’intégralité de la première partie. Attendant pendant plus d’une heure à quelques mètres du point de contrôle des tickets, ce n’est qu’en me mettant sur la pointe des pieds que je peux apercevoir un écran géant montrant Goldfrapp sur scène… Pas trop grave, mais dommage quand même…

Vu l’heure à laquelle nous foulons enfin le pavé de la magnifique Grand-Place d’Arras, une véritable forêt humaine y a déjà pris place. Il sera donc impossible de s’approcher de la scène. Qu’importe… L’ambiance sur cette place classée au patrimoine de l’UNESCO fait penser à un grand festival. C’en est d’ailleurs presqu’un puisque Muse et The Hooks succéderont à Depeche Mode et Goldfrapp au même endroit deux jours plus tard… C’est Placebo qui avait inauguré l’expérience en 2004.

Après qu’une musique d’ambiance électronique ait chauffé la foule, voici qu’enfin les musiciens montent sur scène. Le «noyau dur» de Depeche Mode; Martin L. Gore (guitare, chant, claviers), Dave Gahan (chant) et Andy Fletcher (claviers), est accompagné du batteur Christian Eigner et du claviériste Peter Gordeno. Le concert débute avec quatre chansons dont trois sont extraites du dernier album «
Playing The Angel
»
: «A Pain That I’m Used To», «A Question Of Time», «Suffer Well» et «Precious».


Le groupe fait ensuite un passage obligé par l’album «Songs Of Faith And Devotion», avec «Walking In My Shoes». En plus de «A Question Of Time», deux autres extraits de «Black Celebration» viendront encore: «Stripped» et le très surprenant «It Doesn’t Matter Two» interprété à la guitare acoustique par Martin Gore. Avant cela, le guitariste avait déjà chanté «Home», seul extrait de l’album «Ultra».

On revient ensuite à «Songs Of Faith And Devotion» et au dernier album, avec «In Your Room», «Nothing’s Impossible», «John The Revelator» et «I Feel You». Après cela, Depeche Mode va plonger dans ses anciens succès de «Music For The Masses» et bien sûr de «Violator». Les dernières chansons avant le rappel seront donc: «Behind The Wheel», «World In My Eyes», «Personal Jesus» et «Enjoy The Silence».

Le rappel fera bien sûr la part belle aux premières années de Depeche Mode. En effet, Martin Gore revient sur scène pour jouer «Shake The Disease» en version acoustique, avant que Dave Gahan ne revienne à son tour pour annoncer une chanson du tout premier album de Depeche Mode («Speak and Spell»). On s’attend à «Just Can’t Get Enough» mais il n’en sera rien puisque c’est «Photographic» qui sera jouée. Les gars de Basildon ne pouvaient pas partir sans jouer leur «Never Let Me Down Again»; autre extrait de «Music For The Masses».

Après toutes ces années, Depeche Mode reste une valeur sûre de la pop issue des années 80. Le groupe a sorti un très bon album, beaucoup plus «costaud» que ne l’était son prédécesseur «Exciter», et parvient toujours à surprendre le public. Bravo à eux !

A bientôt,

Photo © 2006 Sébastien Boutry

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :