KEANE à Forest National le 8 novembre 2006

0 Participations

Quelques mois après leur passage au Pukkelpop, les anglais de Keane sont revenus en Belgique dans le cadre de leur tournée européenne. Devant un Forest National déjà bien garni, voici que commence la première partie du concert. Elle est assurée par un groupe américain; The Long Winters, originaires de Seattle dans l’état de Washington. Il est toujours délicat d’ouvrir une telle soirée, pourtant ce groupe s’en sort plutôt bien. Me semblant d’abord peu élaboré, leur rock arrive finalement à faire passer quelques mélodies intéressantes et accrocheuses. Pour l’anecdote, le chanteur-guitariste et claviériste John Roderick connaîtra sur scène une chose qui ne lui était jamais arrivée auparavant: casser deux cordes durant la même chanson!


La lumière revient, les minutes s’écoulent et le public s’impatiente… Des techniciens s’affairent sur scène et les pianos de Tim Rice-Oxley, qui feraient pâlir d’envie tout amateur de pianos électriques « vintage », sont débarrassés de leur couverture protectrice. Les stars de la soirée ne vont plus tarder…

C’est justement Tim Rice-Oxley qui est le premier à arriver sur scène. Dès qu’il se met à frapper les touches de son piano, on peut reconnaître la plage instrumentale sans titre qui apparaît juste avant «Crystal Ball» sur le dernier album de Keane. Ce morceau, baptisé «The Iron Sea», sert donc d’introduction au concert.

Le batteur Richard Hugues et le chanteur Tom Chaplin arrivent ensuite sur scène, et «Put It Behind You», extrait de «
Under The Iron Sea
»
, commence. Le seul mot qui convienne pour décrire l’entrée en matière de Keane est «énergie», tant la fougue déployée sur scène est impressionnante. Tom Chaplin court d’un côté à l’autre de la scène en chantant et Tim Rice-Oxley se déchaîne au piano. Pour moi qui les connais surtout par leurs ballades du genre «Bedshaped», ce côté spectaculaire sur scène demande un petit temps d’adaptation. Cette première chanson passe très vite et Tom Chaplin annonce déjà la couleur pour la deuxième: ce sera «Everybody’s Changing», un des tubes de «
Hopes And Fears
»
.


Après quelques morceaux bien sûr extraits des deux albums de Keane; notamment «Bend And Break», «Nothing In My Way», ainsi que le très beau «We Might As Well Be Strangers», voici que Tom Chaplin s’installe au piano et nous explique que le groupe va jouer sa chanson préférée du dernier album: «Try Again». Après ce petit moment d’émotion, le chanteur nous surprend en se saisissant d’une guitare; instrument plutôt inhabituel pour Keane. Les autres musiciens se rapprochent alors de lui pour jouer «Your Eyes Open» dans une version acoustique très réussie. Un nouveau moment intime vient ensuite, avec «Hamburg Song». Tom Chaplin, assis devant son orgue, nous explique que la chanson revient sur une période durant laquelle il s’est mal comporté…

Parmi les chansons suivantes, «A Bad Dream», extraite du dernier album, constituera une autre belle page du concert, avec Chaplin et Rice-Oxley tous les deux au clavier. Le public sera encore ravi par des tubes comme «This Is The Last Time», ainsi que «Somewhere Only We Know» et «Is It Any Wonder?»; dernière chanson avant le rappel.

Après quelques minutes d’acclamations du public, Keane revint donc jouer «Atlantic», son dernier single «Crystal Ball», et le superbe «Bedshaped»; morceau final d’«Hopes And Fears» qui mit aussi un terme à cette bien belle soirée.

Tantôt énergique, tantôt intime, le groupe Keane fait du bon travail en studio et est très spectaculaire sur scène. Pourtant, se présenter en configuration batterie-piano-voix est loin d’être banal pour faire du rock. Cependant, de nombreux sons pré-enregistrés accompagnent quand même le trio: des boucles de basse jouées par Rice-Oxley, mais aussi des sons semblables à ceux d’une guitare, faits paraît-il à partir de pianos et de synthés branchés sur des multi-effets de guitare. Partis comme ils le sont, il se peut fort que les Keane fassent encore parler d’eux très longtemps…

A bientôt,

Les autres photos de
Keane

Photos © 2006 Sébastien Boutry

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :