Michael LANDAU Group au Spirit of 66 le 20 avril 2007

0 Participations

Dans une salle bien remplie, le guitariste Michael Landau et ses deux acolytes, le bassiste Jimmy Johnson et le batteur Gary Nowak, ont livré une prestation de belle facture, glissant aisément d’un « Blues-Rock » nerveux et acéré vers un « Jazz-Rock » typiquement américain. Si les trente premières minutes de ce concert apparaîtront décevantes par la faute de compositions plus banales, la suite sera d’un tout autre calibre et verra alors la machine s’envoler vers des sommets qu’elle ne quittera plus.

Sans surprise, le niveau technique des trois cocos est impressionnant. De surcroît, ces professionnels de haut vol (voir article) se connaissent depuis longtemps et se sont souvent croisés. Leur plaisir à jouer ensemble est évident. Les petits sourires complices qu’ils s’échangent à volonté en sont la meilleure preuve.

Michael Landau tient la direction des opérations. S’il est à l’aise et souriant, il parle peu. Il chante sur certains titres, pas mal du tout d’ailleurs, et rappelle alors Jorma Kaukonen (Hot Tuna) dont il a les mêmes intonations. En fait, il se consacre en priorité à ses guitares qu’il met à toutes les sauces possibles et imaginables, étalant toutes ses capacités techniques et maniant la distorsion sans économie. Il est en constante démonstration. Dans le créneau « Blues-Rock », il peut être rapproché de Jimi Hendrix, Stevie Ray Vaughn et Robin Trower ; lorsqu’il oblique vers la « Fusion », on pense plutôt à Eric Johnson ou Scott Henderson ; lorsqu’il y est, à John Scofield et Frank Gambale.

La « Fusion » est le domaine privilégié du bassiste Jimmy Johnson et du batteur Gary Nowak. Tout leur jeu en transpire, ce qui offre un support plus que confortable à leur patron du moment. De plus, ils constituent un spectacle dans le spectacle tant leurs interventions sont magistrales et attirent l’attention. Pourtant, Gary Nowak ne s’aventure même pas en solo, la richesse et la force de son jeu suffisent. Quant à Jimmy Johnson, il cumule avec autant de bonheur et de savoir-faire un rôle de soliste et d’accompagnateur. La rythmique idéale !

La fin de la première partie permettra de s’intéresser à deux CDs de Michael Landau. D’abord, la réédition d’un excellent album de 1996 plus orienté vers la “Fusion” : « Tales from the Bulge » avec également déjà Jimmy Johnson, David Garfield, Steve Lukather et quelques autres. Ensuite, le nouvel album « Live » qui devrait être un bon reflet du concert du jour et dont j’espère bientôt parler.

Une bonne soirée !

JPS1er

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :