2e jour du PUKKELPOP 2007: Within Temptation, Sophia, Arcade Fire…

0 Participations

L’affiche du 17 août 2007 était d’une qualité exceptionnelle au festival Pukkelpop 2007: Sophia, Arcade Fire et The Smashing Pumpkins, mais aussi Within Temptation, The Hives et Chris Cornell. Pour ne pas faire double emploi avec la revue de Kevin, parue sur cette même journée du festival, j’essaierai de me focaliser sur d’autres groupes, principalement Sophia.

La prestation de Within Temptation est déjà commencée lorsque nous arrivons devant la main stage. Dans leur style metal-gothique, les Néerlandais semblent bien à l’aise sur la scène.

En effet, le groupe joue devant un décor tout à fait approprié où se trouvent tours, cathédrales et gargouilles sur fond de ciel jaune-orange, et la chanteuse, Sharon den Adel, parle dans sa langue maternelle au public entre les chansons. Même sans être un grand amateur de ce groupe, quelques morceaux retiennent mon attention: «Stand My Ground», de l’album «
The Silent Force
»
(2004), «What Have You Done» et «The Heart Of Everything», du dernier opus paru («
The Heart Of Everything
»
, 2007), ainsi que deux plus anciens titres de l’album «Mother Earth» (2000): «Mother Earth» et «Ice Queen». Pour ce dernier titre du concert, la chanteuse séparera la foule en deux groupes qui reprendront chacun à leur tour les chœurs de la chanson.

Toujours sur la main stage, place ensuite au «garage-punk-rock» de The Hives. Dans ce concert fort bruyant, je reconnais notamment le single «Walk Idiot Walk» (2004).

L’ensemble du groupe, et à sa tête le chanteur Howlin’ Pelle Almqvist, est survolté. Ce dernier, dont la ressemblance tant physique que gestuelle avec Mick Jagger est assez frappante, n’arrêtera pas de réclamer plus de bruit de la part du public.

L’artiste venant ensuite sera une meilleure surprise pour moi: Chris Cornell. Je retiendrai un morceau au refrain imparable de sa période Audioslave: «Be Yourself», ainsi qu’une très surprenante reprise de «Billie Jean» de Michael Jackson à la guitare acoustique. Nous quittons l’ancien chanteur de Soundgarden avant la fin de son concert pour nous rendre devant la scène marquee et y voir Sophia.

Sur cette scène marquee, Robin Proper-Sheppard est loin d’être seul comme aux Nuits Botanique 2006. En plus du chanteur/guitariste occupé à faire ses réglages de sons, on peut aussi voir: un quatuor à cordes, une section de quatre instruments à vent (clarinette, clarinette basse, flûte et hautbois), un contrebassiste, un trompettiste, un batteur, un claviériste et un guitariste. Une choriste viendra aussi faire son soundcheck. En tout, quinze personnes se partageront la scène pendant ce concert! Un show unique à l’occasion de ce Pukkelpop était en effet annoncé sur le site du groupe… Tous ces instruments vont donc permettre à Sophia de jouer en live des morceaux instrumentaux de leur dernier album («
Technology Won’t Save Us
»
(2007)), et de présenter d’autres titres (anciens ou nouveaux) avec des arrangements orchestraux…

Les fans belges sont gâtés! Seulement les fans… Car certains membres de l’audience, venus pour découvrir Sophia, ont dû être surpris de l’absence de chant dans le premier morceau («Technology Won’t Save Us»). La suite sera également du dernier album: «Lost», «Birds» et «Where Are You Now?». Le groupe passe ensuite, l’espace de deux chansons, à l’album «
People Are Like Seasons
»
, paru en 2004, avec «Oh My Love» et «Desert Song No. 2», avant de revenir à une deuxième plage instrumentale du dernier opus: «Twilight At The Moscow Hôtel». L’album «Collections: One», recueil de dix chansons inédites paru en 2004, ne sera pas mis de côté puisque le morceau suivant sera: «Easy (If You Want Me)». Nous aurons également droit à des extraits de «The Infinite Circle», album de 1998: «Bastards» et «Directionless». Celle-ci sonnera déjà la fin du concert juste après «The Sea» (de l’album live de 2001: «De Nachten»).
A noter que «Oh My Love» et «Bastards» sont aussi présents en version acoustique sur le CD bonus paru avec «Technology Won’t Save Us».
Ce fut une prestation très spéciale de Sophia, mais peut-être était-ce aussi un concert trop «compliqué» pour ce genre de festival. En effet, sonoriser correctement tous ces musiciens dans des conditions où des groupes doivent s’enchaîner était un fameux challenge. Le son n’était donc pas parfait. Je citerai simplement la trompette qui devenait inaudible dès que les violons jouaient. Ceci dit, c’était un concert à ne pas manquer pour les fans de Sophia!

Arcade Fire a déjà commencé à jouer lorsque nous revenons devant la scène principale. On peut déjà entendre «No Cars Go», de l’album «
Neon Bible
»
paru en 2007. La nuit est tombée et la foule est dense, il est impossible de s’approcher de la scène. Le spectacle y semble impressionnant, non seulement par le nombre de musiciens présents (une dizaine), mais aussi par la variété d’instruments employés. Cuivres, accordéon, violons et grandes orgues (!) s’ajoutent en effet aux instruments conventionnels comme guitares, claviers et batterie. Les voix du groupe sont Win Butler (également à la guitare) et Régine Chassagne, qui passera aussi de l’accordéon à la batterie, puis de la batterie aux claviers pendant le concert! Petit bémol pour la suite de la soirée, à partir de ce concert, le son a semblé devenir un peu faible et irrégulier pour les gens se trouvant comme nous assez loin de la scène… Peu importe… Arcade Fire est à voir ou à revoir absolument (à Forest National le 2 novembre 2007)! La suite de la play-list était bien sûr extraite des deux albums d’Arcade Fire parus à ce jour «
Funeral
»
(2004) et «Neon Bible» (2007): «Haïti», «Laika», «Black Mirror», «Intervention», «Ocean Of Noise», «The Well And The Lighthouse», «Tunnels», «Power Out» et «Rebellion Lies».

Les derniers à monter sur la main stage seront les Smashing Pumpkins. Il est 0h30 quand Billy Corgan et les siens commencent leur show, avec «United States», un morceau du dernier album «
Zeitgeist
»
(2007). Pour moi qui ne connais que très peu ce groupe, la longueur du premier morceau est impressionnante (il fait en effet près de 10 minutes sur l’album!).

Billy Corgan y joue même un extrait de l’hymne américain. De ce nouvel album, il y aura également «Starz». J’ai également identifié «Cherub Rock», «Starla», «Hummer», «Bullet With Butterfly Wings», et «Glass And The Ghost Children» (magnifique, aussi assez longue avec un solo de guitare de Billy Corgan, cette chanson restera mon meilleur souvenir de ce concert des Smashing Pumpkins). Le chanteur annonce une autre chanson du nouvel album lorsque nous décidons de prendre congé du Pukkelpop 2007. Ce morceau, «Death From Above», est en fait un bonus de «Zeitgeist» qui sera interprété en piano-voix, de quoi me faire presque regretter de partir… D’autant plus qu’en sortant de l’enceinte du festival, nous pourrons distinguer au loin «Tonight, Tonight», le grand classique extrait de l’album «Mellon Collie and the Infinite Sadness» et connu même des non-fans.

A bientôt,


Les autres photos de Within Temptation


Les autres photos de The Hives


Les photos de Chris Cornell


Les autres photos de Sophia

Photos © 2007 Sébastien Boutry

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :