MAPS en visite au Botanique – 18.09.2007

0 Participations

En cette période de rentrée, le Botanique ne déroge pas à la règle. Un des premiers événements intéressants de la nouvelle saison était la venue de Maps à la Rotonde ce mardi. Maps, un groupe de Northampton qui a sorti voici quelques mois son premier effort, We Can Create, un album acclamé par la critique puisqu’il a été nominé pour le Mercury Music Prize, une récompense prestigieuse décernée par l’industrie musicale britannique.

Cela dit, Maps n’est pas vraiment un groupe, mais le projet d’une seule personne, James Chapman, qui compose, arrange, joue et enregistre tout chez lui dans sa chambre. Il a toutefois enrôlé quatre compères pour défendre ses compositions en live. Pas de première partie, mais au bout d’un moment un bruit de fond qui a commencé à devenir assourdissant et pendant lequel les musiciens sont montés sur scène. Le début du concert est calqué sur celui de l’album avec “So Low, So High” (dans une interprétation un peu trop léchée), “You Don’t Know Her Name” (pendant lequel le chanteur a descendu quasi une bouteille de bière) et “Elouise” (qui, avec son final de feu à deux batteries, a réveillé un public relativement discret jusque-là).

Musicalement, on peut dire que les influences de James Chapman sont nombreuses, mais s’il y en a une récurrente, c’est bien la période shoegazing, avec toutefois un mur de guitares moins prononcé et surtout un sens mélodique beaucoup plus développé, essentiellement basé sur des claviers. On pense parfois à Grandaddy, lorsque trois voix se chevauchent et aboutissent à des harmonies travaillées qui sont un véritable régal pour l’oreille.

Le problème, c’est que la recette, aussi originale soit elle, s’essouffle sur la longueur. Et ce, malgré quelques excellents moments (“Back + Forth”, “It Will Find You”). Par contre, le rappel vaudra à lui seul le déplacement. Introduit par le chanteur comme étant leur premier maxi (dont il ne posséderait même pas une copie), on a eu droit à “That’s Something”, un morceau de folie qu’on dirait tout droit sorti de la période Madchester, avec une ligne de basse que n’aurait pas renié Mani (Stone Roses, Primal Scream). Un titre qui a véritablement tranché avec le reste de la set-list et qui a mis tout le monde d’accord. Un tuyau pour le deuxième album ?

Une pensée sur “MAPS en visite au Botanique – 18.09.2007

  • septembre 21, 2007 à 11:43
    Permalink

    Bof,
    Maps était sympa mais un peu ‘light’,des pareils le U K nous en a balancé 11398.
    Tous les titres sont structurés sur le même moule,aucune passion.
    Ouais le bis était + énergique mais dans 1 mois on se souviendra plus de ce concert.
    Les mecs paraissaient d’ailleurs tired et le wiskard devait faire son effet.
    Gentil electropop dansant.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :