ALAN PARSONS Live PROJECT à Eindhoven le 16 septembre 2007

0 Participations

Avalanche de tubes pour les fans du «Alan Parsons Project» au Effenaar à Eindhoven. Pour assister à un concert d’Alan Parsons en cette fin d’été 2007, il fallait donc absolument quitter la Belgique. Quatre dates européennes étaient annoncées du 13 au 16 septembre: deux en Allemagne et deux au Pays-Bas. J’ai donc franchi les 200 km me séparant d’Eindhoven pour enfin voir sur scène ce géant du pop/rock/prog/expérimental et son groupe.

Je vous présente ci-dessous la play-list du concert. Ils étaient six sur scène: Manny Focarazzo (Claviers, Chant), John Montagna (Basse, Chant), Steve Murphy (Batterie, Chant), Alan Parsons (Guitare, Chant, Clavier), Godfrey Townsend (Guitare, Chant, Clavier) et Kip Winger (Chant, Guitare). Tous ont assuré la voix principale d’au moins une chanson. Durant ce concert, Alan Parsons, vêtu d’un long manteau (d’abord rouge, puis blanc/argenté aux rappels) s’est tenu à l’arrière plan entre la batterie et les claviers, s’avançant de temps en temps pendant des parties instrumentales. Pas de projections sur grand écran, seulement quelques lights et surtout: la musique d’Alan Parsons.

  1. I Robot (I Robot, 1977)
  2. Damned If I Do (Eve, 1979) (Chant: Kip Winger)
  3. Don’t Answer Me (Ammonia Avenue, 1984) (Chant: Alan Parsons)

«Don’t Answer Me» s’est terminé sur un air de «Let It Be» des Beatles (n’oublions pas qu’en plus d’avoir été l’ingénieur du son de «Dark Side Of The Moon» de Pink Floyd, Parsons a travaillé avant pour l’album «Abbey Road» des Beatles).

Pour introduire le morceau suivant («Breakdown»), Alan Parsons préparera le public à reprendre «Freedom, freedom, we will not obey, Freedom, freedom, take the wall away», à la manière d’une chorale, pour que ce passage ait, selon lui, un air de «Night of the Proms». C’est en effet un événement auquel Alan Parsons a déjà participé plusieurs fois.

  1. Breakdown (I Robot, 1977) (Chant: Steve Murphy) / The Raven (Tales of Mystery and Imagination, 1976) (Chant: Kip Winger)

A noter aussi dans «Breakdwon»: un petit clin d’oeil à Led Zeppelin lors d’une intervention basse/guitare (le riff de «Heartbreaker»).

  1. Lucifer (Eve, 1979) / Mammagamma (Eye In The Sky, 1982) (Medley aussi appelé Luciferama)
  2. Day After Day (The Show Must Go On) (I Robot, 1977) (Chant: Manny Focarazzo)
  3. La Sagrada Familia (Gaudi, 1987) (Chant: Kip Winger) (+Steve Murphy & John Montagna)
  4. Time (The Turn of a Friendly Card, 1980) (Chant: Kip Winger)
  5. Psychobabble (Eye In The Sky, 1982) (Chant: Steve Murphy)
  6. I Wouldn’t Wanna Be Like You (I Robot, 1977) (Chant: John Montagna)
  7. We Play The Game (A Valid Path, 2004) (Chant: Alan Parsons) (+John Montagna)
  8. Don’t Let It Show (I Robot, 1977) (Chant: Kip Winger)
  9. Prime Time (Ammonia Avenue, 1984) (Chant: Godfrey Townsend)

A la fin de ce morceau, Townsend et Focarazzo sont partis dans un duo mémorable, avant que le guitariste n’achève à lui seul le travail, avec un nouveau clin d’oeil: à «Laila» d’Eric Clapton.

  1. Sirius / Eye In The Sky (Eye In The Sky, 1982) (Chant: Alan Parsons)

Rappels:

  1. Can’t Take It with You (Pyramid, 1978) (Chant: Kip Winger)
  2. Old And Wise (Eye In The Sky, 1982) (Chant: Kip Winger)
  3. Games People Play (The Turn of a Friendly Card, 1980) (Chant: Alan Parsons puis Godfrey Townsend & Kip Winger)

A la fin du concert, Alan Parsons est venu signer des autographes et échanger quelques mots avec les fans. Lorsque ce fut mon tour, mon prénom lui rappela la chanson de Cockney Rebel (Sebastian). Il m’expliqua alors qu’il avait travaillé avec ce groupe pour leur 2e album… Un moment inoubliable, presque un rêve qui s’est réalisé… Dommage que les photos aient été interdites.

A bientôt,

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :