Freddy NIEULAND the (day)dream is over

0 Participations

Freddy Nieuland, batteur de Wallace Collection, est décédé ce jeudi 10 janvier des suites d’une pénible maladie. Il avait 63 ans. Wallace Collection ! Ce nom reste dans les mémoires de tout rocker belge qui se respecte. 1969, Londres, enregistrement dans les studios d’Abbey Road de l’album “Laughing Cavalier”, le premier album d’un groupe belge sans oeillères. Il ne veut pas être célèbre à Zottegem ou Blégny, il vise le monde… Il se choisit le nom d’un célèbre musée, proche de sa maison de disques (EMI), sérieuse à l’époque : Wallace Collection est né.

“Daydream” (chanté par Freddy, derrière ses caisses), le coup dans le mille ! Succès mondial… Numéro 1 dans plus de 20 pays, des dizaines de covers (même Claude François!). La gloire pour Sylvain Van Holme (guitares,chant), Raymond Vincent (violon, ex musicien de l’Orchestre National de Belgique) compositeur du fameux “Daydream”. “…I fell asleep amidst the flowers for a couple of hours on a beautiful day…” basé sur un mouvement d’un quatuor à cordes de Tchaikovsky. Un des premiers hits aux couleurs du classique, avec “Rain & Tears” de Aphrodite’s Child, Marc Hérouet (claviers), Christian Janssens (basse), Jacques Namotte (violoncelle, copain de Raymond dans l’ONB) et Freddy Nieuland (batterie).

Wallace Collection joue dans la cour des grands : The Nice, Procol Harum ou les hollandais The Ekseption. Je les ai vus dans un festival à Plumpton (près de Brighton), ils partageaient l’affiche avec The Who ou Yes

Le sextet avait déjà un solide background avant l’aventure Wallace. Raymond et Jacques au sein de l’orchestre philarmonique, Sylvain, Freddy et Marc dans Sylvester’s Team. Christian les rejoint pour former “16th Century”.

Les concerts se multiplient, d’autres singles dans nos charts : “Dear beloved secretary”, “Serenade”, “Fly me to the earth”… Mais très vite des dissensions, trop d’egos dans ce band ! Des changements de personnel incessants nous conduisent au split en 1971.

Quatre albums subsistent de cette première mouture du Wallace :

  • Laughing Cavalier
  • Serenade
  • Wallace Collection
  • BO du film ‘La Maison’

Chaque membre continue sa route ! Freddy veut maintenir le Wallace, puis joue avec André Brasseur. Raymond fonde Esperanto, un groupe international brillant, qui influence des groupes tels que Electric Light Orchestra. Il splite en 1975. Marc lance Salix Alba. Christian (un des premiers à quitter le navire) va vivre au Luxembourg. Jacques retourne à ses premières amours, le classique, tandis que Monsieur, I never sleep, Sylvain devient un producteur célèbre (Jo Lemaire, Stellla, The Kids, The Machines, …), et crée le Two Man Sound (avec Lou Deprijck et Pipou).

Le Wallace se reforme plusieurs fois. En 2006, ils jouent à Antwerpen pour le 18e Golden Years avec les Troggs et les Hollies. 20.000 personnes les ont applaudis pour le 0110 organisé par Tom Barman.

Bon sommeil amidst the flowers Freddy, ton daydream est immortel !

3 pensées sur “Freddy NIEULAND the (day)dream is over

  • janvier 13, 2008 à 01:10
    Permalink

    J’espère que demain Marc Ysaye pourra passer ne fût-ce qu’un extrait de documents audio que je lui ai envoyés, comme “Rose” de Sylvester’s Team ou le formidable “Hold The Line”, face B de l’unique 45t de Bird and The Bees, le groupe qui a succédé à Sylvester’s Team juste avant le Wallace et dans lesquels jouaient, outre Sylvain et Freddy, Roland Dechamp (RIP) et Jean-Marc Destrebeck.

    Quel dommage que – Belgique oblige – ces titres géniaux n’aient jamais été officiellement réédités nulle part. Alors que sous d’autres cieux, de petits labels spécialisés auraient déjà réédité depuis bien longtemps ces disques qui sont le patrimoine du rock belge.

    RIP Freddy… je viens d’uploader quelques vidéos sur youtube, pour qu’on se rappelle aussi que tu étais un excellent batteur.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :