John STEWART, le compositeur du Daydream Believer n’est plus

0 Participations

Un grand songwriter s’est éteint, samedi dernier, à San Diego, des suites d’une rupture d’anévrisme. Il avait 68 ans. Il restera à jamais l’auteur de “Daydream Believer”, immortalisé en 1967 par les Monkees. Davy Jones, Michael Nesmith, Micky Dolenz et Pete Tork lui doivent une fière chandelle. Number one du Billboard pendant des semaines!

Il est considéré comme un des pionniers de l’americana. Monsieur Stewart nous laisse en héritage une quarantaine d’albums. Ses premiers pas musicaux le voient dans un garage band, imitant le King ou Buddy Holly, The Furies.

Plus sérieux : The Cumberland Three, un groupe folk ayant gravé 3 albums en 1960/61. C’est en 61 que John rejoint le Kingston Trio, le groupe phare de la scène folk dans les early sixties. Il influencera Peter, Paul & Mary, John Denver et Mr Bob Dylan. Le monde entier chantera leur “Tom Dooley”.

Le groupe arrête en 1967 et John Stewart commence une carrière solo. Des dizaines d’albums acclamés par la critique US, dont “California Bloodlines” ou “Bombs away Dream babies” auquel collabore Stevie Nicks et Lindsey Buckingham (Fleetwood Mac, version américaine). J’ai la chance de posséder cette merveille.

Il a le statut de “cult hero”, de “outlaw rebel”, un non-conformiste qui ne plie pas devant les majors. Un grand chanteur et guitariste, chéri par les nombreux artistes ayant repris ses titres : “Runaway Train” par Roseanne Cash, “Strange Rivers” par Joan Baez. Nanci Griffith, Anne Murray, Mary Chapin Carpenter, même The Four Tops, …, la liste de ses interprètes est longue.

John préparait un nouvel album.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :