L’interview exclusive de AXXIS pour Music in Belgium (2e partie)

0 Participations


Lors de son passage à Anvers en ce début d’année, nous avons rencontré le groupe allemand Axxis qui présentait son nouvel album. Hier nous vous proposions la première partie de la longue interview du chanteur Bernard Wiess, voici la seconde partie. Si vous avez manqué la 1e partie de cette interview, venez vite la
lire
.

Marco Wriedt rejoint la conversation.

Music in Belgium – Tu parles de se copier soi-même, je ressens cela même avec de grands groupes. Prends Gamma Ray par exemple, ils sont très bons, mais si j’écoute cinq albums j’ai l’impression d’entendre cinq fois le même truc à peu de chose près.
Bernard Wiess – Ha, ha !! Mais ils ont de très bonnes chansons quand-même !!

MiB – Une autre chose que j’aime bien dans les trois groupes qui jouent ce soir, c’est l’attitude globalement positive. Vous souriez sur scène, vous faites des blagues, vous vous amusez…
Marco Wriedt – Ca manque ces temps-ci, tous les groupes sont si sombres, brutaux, négatifs. C’est un bon exemple du fait qu’il y a encore des gens positifs qui veulent passer un bon moment et ne pas déprimer tout le monde par exemple.

MiB – Cela se ressent aussi dans vos textes. Vous y abordez des sujets plus profonds, parfois même la religion, Dieu. Helloween a fait de même dans « Keeper Of The Seventh Keys » dont le sujet global est la rédemption en quelque sorte. On sent que vos textes ont un sens, c’est n’est pas juste du remplissage pour les musiques en fait.
BW – On a fait plein de choses différentes avec Axxis, c’est pour ça que je reste avec ce groupe au fil des ans. On a même mis une touche reggae sur une chanson metal.
MW – Dans un autre album tu peux entendre un son plus alternatif, voire un peu grunge. Et ce nouvel album combine un peu tous les genres, rock, metal, progressif ou même parfois des trucs plus pop comme « Nine Lives ». Il y a toujours eu de la diversité dans la musique d’Axxis.

MiB – Et c’est une chose que j’apprécie beaucoup aussi. Tu prends Motorhead ou AC/DC, ils font tout le temps la même chose. Même Iron Maiden ne se renouvelle pas , ils ont de bons shows mais c’est tout, le reste c’est du réchauffé. Très peu sont ceux qui osent prendre des risques et tenter quelque chose par peur de décevoir leur public. Parfois il est mieux d’avoir un groupe qui essaie et se ramasse plutôt qu’un autre qui assure la sécurité et n’évolue pas. L’album « Risk » de Megadeth par exemple était vraiment mauvais.
BW – Hahahaaaa !
MW – Moi je l’ai bien aimé.

MiB – Un autre exemple c’est Metallica.
MW – Là t’as les bonnes personnes en face de toi, parce que nous on préfère les albums des années ’90. Mon préféré c’est « Reload », je suis probablement la seule personne au monde dans ce cas !!


MiB – Comment Marco a-t-il intégré le groupe ? Vous avez passé des auditions ?
BW – Oui, nous avons vu pas mal de pointures défiler, mêmes des gars très connus, mais ils n’arrivaient pas à capter l’essence d’Axxis, ils n’arrivaient pas à exécuter telle ou telle chanson dans le bon groove. C’est notre bassiste Rob qui a déniché Marco dans un magasin d’instruments de musique.
MW – En fait je me sentais pas bien dans ma vie à ce moment, les choses n’avançaient pas pour moi en musique, ça n’allait nulle part. Je connaissais Rob en tant que client du magasin, et je connaissais Axxis mais Rob n’était pas présent sur les albums d’Axxis que j’avais. Donc quand il m’a demandé si je voulais auditionner avec eux, j’ai été très surpris. Je suis arrivé avec deux heures de retard car je m’étais trompé de route, j’ai joué un peu de tout en me disant que je n’avais aucune chance vu mon âge et qu’ils chercheraient sûrement quelqu’un de plus expérimenté. Mais on s’est trouvé beaucoup d’affinités musicales, j’aime beaucoup la musique des seventies, contrairement à la majorité des jeunes de mon âge.
BW – Au départ je ne pensais pas que ça marcherait vu qu’il avait 22 ans, puis on s’est rencontré et c’était tout à fait le contraire de ce que j’avais imaginé.

MiB – Vous avez écrit ce nouvel album en très peu de temps, pourtant il n’y manque rien. Explique-nous un peu ça.
BW – J’ai été impliqué dans une pièce musicale appelée le Prometheus Brain Project et ai été éloigné d’Axxis pendant 6 mois. Alors quand nous avons reçu la proposition de tourner avec Helloween on ne pensait même pas encore à vraiment faire un nouvel album. Mais tout s’est très bien passé, on a pu faire vite et bien.
MW – On a directement commencé à enregistrer quand j’ai intégré le groupe, mais ça a collé très vite, on était sur la même longueur d’ondes.

MiB – Que pensez-vous de la scène metal en général actuellement ? Dans certains pays ça marche encore très fort alors qu’ailleurs les groupes ont du mal à se faire entendre dans des clubs. Il y a aussi ces vagues successives comme la new wave of british heavy metal dans les années ’80, ensuite la vague allemande, puis scandinave… Ca monte de plus en plus vers le nord, bientôt nous aurons une vague de metal inuit si ça continue (Bernard Wiess plié de rire, Marco qui n’a pas suivi…).
MW – Le principal support vient de radios via le net puisque les radios en FM ne passent plus rien de valable et MTV passe des ringtones à la place de musique. Le live est aussi crucial parce que là tu ne peux pas faire semblant, il faut jouer partout, dans tous les bouges imaginables. En 1989 il nous est arrivé de jouer dans une salle ou il n’y avait que 10 personnes. Maintenant à chaque fois qu’on y retourne, c’est sold out. Il aura fallu des années pour ça. Tous les groupes veulent réussir rapidement et prennent le train en marche, c’est pour ça qu’ils jouent tous la même chose, ils espèrent accrocher le temps d’une mode.

MiB – Beaucoup de musiciens jouent dans plusieurs projets à la fois afin de pouvoir survivre. Est-ce le cas pour vous aussi ?
BW – Notre batteur Andre Hilgers joue avec Rage aussi, ce qui est une très bonne chose et ça lui a permis de pouvoir quitter son travail et se consacrer entièrement à la musique. On est beaucoup plus libre aussi pour travailler quand on l’entend.
MW – Moi je donne des cours de guitare, ce qui me donne aussi pas mal de liberté dans mon planning.

MiB – Une dernière petite question… Si vous deviez choisir 5 albums qui vous ont marqué, ce seraient lesquels ?
BW – Ca c’est une question qu’on aime bien. Je vais peut-être commencer sinon il va dire exactement les mêmes titres que moi, haha !! Il y a certainement Kiss et leur « Live II », j’étais impressionné par leur maquillage et mes parents n’aimaient pas trop. Ensuite il y a Iron Maiden, surtout « Number Of The Beast », Queen et « Live Killers », le « Black Album » de Metallica , et aussi Zeno.
MW – Aucun ordre particulier, mais Queen et « Live Killers », Meat Loaf et « Bat out Of Hell III », « Images & Words » de Dream Theater, celui-là est vraiment grandiose. Aussi « The Lamb Lies Down In Broadway » de Genesis et enfin peut-être « Rush Of Blood To The Head » de Coldplay, qui contient d’excellentes compositions.

MiB – Pensez-vous être en quelque sorte à un tournant dans la carrière d’Axxis grâce à cette tournée ?
BW – C’est fort possible et on l’espère. Il aura fallu des années pour arriver à ce résultat et ici nous avons enfin une authentique opportunité de traverser les frontières.

C’est tout le bien qu’on leur souhaite. Un grand merci à Bernard et Marco pour cet entretien qui parfois tenait plutôt de la conversation à bâtons rompus que de la stricte interview. Nous avons passé un très agréable moment en leur compagnie. Si vous n’avez pas encore écouté leur album «
Doom Of Destiny
»
, n’attendez plus et allez chez votre disquaire.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :