THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND ou le bon, la brute et le truand sur la route du Spirit of 66

0 Participations


The Experimental Tropic Blues Band était au Spirit of 66 ce samedi 9 février. Connus pour leurs concerts où règne la folie, les musiciens de ce trio de choc devaient séduire un endroit où le public est habitué à voir passer les pointures du rock. C’est dire si leur tâche n’était pas gagnée d’avance. En première partie, il y avait les liégeois de Two-Star Hotel qui viennent de sortir l’album
Sweat & Glitter
. Ils proposent un punk-rock bien énergique mais terriblement ancré dans celui des années 80. Leur look, tous en noir avec veste rouge, leur donne un côté glam-punk qui concorde bien avec le titre de leur petit dernier. Le plus frappant a été le batteur à la rythmique métronomique. Invariablement, durant tout le show, il m’a fait penser à Ringo Starr. Une fiabilité à toute épreuve, un rythme carré, pas beaucoup d’inventivité ni de diversité, mais terriblement efficace. Ensuite, ce sont les guitares et le chant qui mènent la danse. Un des guitaristes prend des mimiques robotisées troublantes.


A part cela, l’ensemble fait penser aux Clash ou aux Hives. Pourtant il y a une chose qui irrite vraiment, c’est leur manque de dialogue avec le public à tel point que quand ils finissent une chanson, ils disent déjà merci avant même que nous n’ayons eu le temps d’applaudir. Merci pour quoi alors… Bref il leur faut d’urgence apprendre à manoeuvrer la salle sans quoi ils vont se refermer sur eux-mêmes. C’est d’ailleurs un peu ce à quoi nous avons assisté durant leur concert.

Mais passons aux choses sérieuses, ceux pour qui nous avions décidé de faire ce long déplacement afin de les voir dans des conditions idéales, celles du Spirit of 66. The Experimental Tropic Blues Band écument les scènes belges depuis un petit temps déjà et leurs concerts ne passent pas inaperçus. Nous voulions prendre la température et …, le thermostat a explosé ! Le “tri haut de choc” est composé d’un batteur (Devil D’Inferno) et de deux guitaristes (Dirty Wolf et Boogie Snake).


Leur premier album studio est sorti l’an dernier. Cet
Hellelujah
est même tout à fait stupéfiant, sans mauvais jeu de mots. Un bon conseil, si ce n’est déjà fait il vous faut l’acheter au plus tôt. Il offre au rock-boogie-blues une remarquable cure de jouvence.

Les trois gaillards arrivent sur scène et dégainent sans préliminaire. Si vous trouvez que Boogie Snake à une gueule d’ange, soyez convaincus, les apparences sont trompeuses ! Voilà, c’est parti la locomotive est lancée. La voix rauque et profonde de The Dirty Wolf est terriblement dévastatrice. Celle de The Boogie Snake est plus classique ce qui ne l’empêche pas d’être terriblement efficace. A eux deux, ils offrent au groupe deux voix incroyables d’un bel équilibre. Ils nous captiveront tout au long du show. Le plus sage sera le batteur Devil D’Inferno, mais Ô combien efficace !

Les morceaux de l’album défilent, quelques nouveaux également. Le moral dans les chaussettes ? Leur Boogie-Rock nous remue les tripes et nous fait tout oublier. Jamais nous ne ressentons le manque d’une basse par exemple. Les deux guitares font l’affaire et leurs riffs sont d’une efficacité redoutable. Certains morceaux nous hypnotisent tant le groove de la rythmique est puissant. Et puis, contrairement à Two-Star Hotel, ils savent manipuler la foule et cela se sent. Le public n’a pas besoin de se faire prier et réagit au quart de tour. Il est ensorcelé par notre trio qui se démène autant que faire se peut.


L’évangile selon The Experimental Tropic Blues Band: un psaume est inventé sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics rendant la tentation toujours plus grande d’en brûler une. Pauvres prêcheurs prier pour eux!! Tout ceci pour le titre “Hallelujah” c’est marrant mais nettement moins quand cela incite certains à en allumer. Dans le même esprit, The Dirty Wolf s’est pris pour un prêcheur et s’est mêlé au public donnant l’absolution à quelques brebis égarées, même si celles-ci sont déjà bien rodées au rite (ou se saoulent de pêchés!).

Le concert de The Experimental Tropic Blues Band nous a enchanté tant il était aussi dans la démesure. Les deux guitaristes se donnent à fond, The Boogie Snake n’hésite pas à s’aventurer parmi les spectateurs complètement transcendés par l’ambiance (à moins que ce ne soit l’alcool…), The Dirty Wolf nous décoiffe avec son chant dévastateur (il y a eu aussi son strip-tease échauffant l’esprit des nanas présentes).


Que du bon? Nous l’aurions aimé… Tout s’est terminé en eau de boudin. Le second rappel était visiblement celui de trop. Deux morceaux et un vrai massacre. Si eux arrivent à transcender leur public, il leur faudra aussi apprendre à s’arrêter à temps afin de ne pas s’auto-détruire. Ce fut si bon et ils nous laissent sur une mauvaise image. Dommage. Mais ils sont jeunes et d’un enthousiasme débordant, ce même enthousiasme qui selon le dosage peut faire passer un groupe d’un côté à l’autre (même en ayant tout dans leurs mains). Nous leur souhaitons d’Expérimenter un meilleur équilibre entre le Tropic et le Blues afin que le Band puisse conduire leur locomotive sans dérailler.

Mais ne terminons pas sur cette mauvaise note, ils ont tout pour réussir. Ne soyons pas égoïstes, il faut les laisser piétiner d’autres scènes internationales. Leur album “Hellelujah”, sorti il y a un an, est vraiment exceptionnel et je vous le conseille vivement.
Le TOP 2007 du Rédac’Chef
les citait comme meilleurs artistes Belges 2007. Nous pouvons confimer que leurs concerts valent sans aucun doute le déplacement, aussi ne les manquez pas. Pour nos amis Français, sachez qu’ils lanceront bientôt leur locomotive sur les routes de France.

Le Rédac’ Chef

Les autres photos de

The Experimental Tropic Blues Band
|
Two-Star Hotel

Photos © 2008 Ingrid Ballieu

Une pensée sur “THE EXPERIMENTAL TROPIC BLUES BAND ou le bon, la brute et le truand sur la route du Spirit of 66

  • février 13, 2008 à 15:38
    Permalink

    Oui Experimental Tropic Blues est un grand Band malgré les excès…
    -la séance striptease commence pourtant à bien faire…
    Il a fait le même coup lors d’un concert de My Little Cheap Dictaphone à Bxl.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :