BOUTIK ROCK – les révélations du 21 février 2008

0 Participations


Deuxième nuit du marathon Boutik Rock, organisé au Botanique par Court Circuit, chargé de la promotion du rock en Communauté française. Une ambiance ‘foire du rock’, où les stands ne proposent pas des boudins ou hot-dogs, mais les nouvelles démos ou les prochaines dates de concerts de nos groupes made in Wallonie/Bruxelles. Si tu dois payer un godet à tous les gens que tu connais, un salaire de ministre est requis. Olivier (Mr pictureman) et moi-même ne sommes pas ministres… Un timing respecté et serré. On passe de la Rotonde à l’Orangerie sans avoir le temps d’aller saluer Madame Pipi. Et, nous sommes la sobriété incarnée. Un duo Hardy Stan et Hardy Oliver, adepte du comique troupier délicat et raffiné, se charge d’introduire chaque prestation.

THE TROUSERS
Un solide quintet de Budapest (Hungary) a l’honneur de mettre le feu aux poudres. Ce futal magyar est de bonne qualité. Un vintage garage rock qui décoiffe. Ils ont des planches et une présence scénique rock de bon aloi. Leurs influences sont à chercher chez les early Kinks (ils reprennent “All day and all of the night”, les Stones, les Stone Roses. Les vocaux nous rappellent The Black Crowes. On les recommande, il n’y a pas d’effets secondaires à craindre.
Setlist :

  • Lost in someone
  • You say something
  • Blood
  • All day and all of the night
  • Revelation
  • Doctor


BAMBI KRAMER
Un enfant naturel des Namurois de Flexa Lyndo. La délicate Marie V. (voix et claviers) et le subtil Loïc B O (guitare, voix et laptop) nous proposent une pop électronique downtempo d’excellente qualité. Ce fut le seul groupe proposant une musique douce de cette soirée noisy. Leurs compositions éthérées et envoûtantes vous plongent dans un univers où prime l’émotion. Des projections abstraites sur drap blanc soulignent l’élégance de leur propos.
Setlist :

  • Lovers on the run
  • The only one
  • Into decay
  • Mopty
  • Not enough

Il est à noter que Flexa Lyndo part pour une mini-tournée française en mars.

dIPLOMAT
Le quatuor bruxellois m’avait déjà convaincu au DNA, en décembre 2007. Sophie (basse), Niko (batterie), Gaethan (guitare, backing vocals) et le glittering Fabrice (chant, seconde guitare) ont une cohorte de fans (essentiellement de la gent féminine), mettant une ambiance canon dans l’Orangerie. Le volume est dans le rouge et ça déménage sec. Leur garage rock brutal ne dédaigne pas les mélodies pop. Fabrice est une bête de scène. Il peut compter sur une rythmique exceptionnelle assurée par Miss Chiaramonte et le fabuleux Niko Collaer aux drums. Si Fabrice peut faire son numéro de rock star, il le doit aussi au jeu de guitare intelligent de Gaéthan. Ce band est big on stage.
Setlist :

  • Intro + Sentimental zoo
  • Messiah
  • Humankind experience
  • White man’s right
  • Let me be your dog (clin d’oeil à Iggy)
  • Last disco bitch
  • Picture of you


SUTURE
La claque de la soirée ! Ce band a tout compris, leur rock est original et novateur. En fait c’est le seul groupe exportable. D’autres sont bons, mais en les entendant, tu te dis on connaît, déjà entendu… C’est une autre paire de manches avec le projet de Marc De Backer (guitars), bien entouré par Christian Z (drums), David Duré (second lead, backing vocals) et Bruno Bernas (bass). Bruno faisait déjà partie de l’aventure précédente de Mr. De Backer, le fabuleux et malheureusement sous-estimé, 10000 Women Man. Il y tenait la seconde guitare.
N’oublions pas que Marc a connu la gloire avec Dog Eat Dog (du temps de Rocky) ou avec le hardcore band Mucky Pup, sans compter sa collaboration avec Mud Flow. He sure can play guitar.
Suture nous servira de l’alternative rock sombre aux accents psychédéliques. Des guitares obsédantes, torturant ton esprit à le rendre fou. Des mélodies noires lancinantes avec une base rythmique solide et un jeu de guitare allumé. De l’emo/grunge d’une qualité surpassant bon nombre de productions du genre. Le groupe atteint son sommet dans les instrumentaux, permettant au guitar-hero de montrer tout son savoir-faire. Il n’est pas question d’artifices ou de clichés, l’efficacité prime. Un tout grand set intense et soulful.
Setlist :

  • New instrumental (pas encore de titre)
  • Sober
  • Failure
  • Eaze up operator
  • Time
  • Sensible shame
  • Instrumental (une merveille celui-ci)

TWO-STAR HOTEL
Un quintet liégeois pratiquant, d’après leur myspace, un Tropical/Chinese pop (sic). Ces rigolos ont 2 albums à leur actif. Leur pop rock est bien gentil, ils sont tout beaux de rouge vêtus, mais c’est sûr c’est pas l’Hilton. Il faut plutôt les comparer à un Formule 1 Hôtel, à 40 € la nuit…


Minuit quarante-cinq, alles goed Olivier ? On tient le coup, me dit-il. Par contre des mecs avec un coup dans l’aile, dû à l’absorption massive de Maes, on en a dénombré une cinquantaine…

FRANK SHINOBI
Les Liégeois font partie du collectif Honest House et jouissent d’une belle réputation. Est-ce l’heure tardive, l’état d’ébriété des fans, en tout cas leur show fut une petite déception. Phi (chant, guitare), Greg (basse, chant), Fabox (batterie) et Franky (guitare et chant) pratiquent un rock déstructuré qui fait de l’effet pour le premier titre, mais qui lasse très vite. Le chant est approximatif, le son est brouillon et tout cela est noyé dans un brouhaha assez pénible. Dommage, car il y a des idées et le groupe est honnête, méritant et ne se prend pas au sérieux. A revoir dans de meilleures conditions et en leur demandant d’oublier ce petit côté province qui agace. Ils ont un EP “Ibonishkanrf” ayant excellente presse, le son y est bien meilleur que on stage !
Setlist :

  • Frank Shinobi découvre son corps
  • Captain Fiasco
  • Frank Shinobi hôtesse de l’air
  • Panique dans les paddocks
  • Gazoduc dans la steppe
  • La marque du prophète
  • OPA sur la banque mondiale
  • Sandor G. Weltman

Time to go home après cette soirée pas banale. Fais gaffe sur la route Olivier. Don’t worry, baby !

Les autres photos de

The Trousers
|
Bambi Kramer
|
dIPLOMAT


Suture
|
Two Star Hotel
|
Frank Shinobi

Photos © 2008 Olivier Bourgi

Une pensée sur “BOUTIK ROCK – les révélations du 21 février 2008

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :