MADRUGADA, l’aube d’un nouveau départ

0 Participations


Le groupe norvégien Madrugada était il y a quelques jours en tournée en Belgique, trois concerts rien que pour notre petit pays. Avouez que c’est assez rare pour le souligner. En ce lundi de Pentecôte, c’était le tour de l’Ancienne Belgique et le public s’était pressé pour venir les applaudir, certains fans acharnés les avaient même probablement déjà vus les jours précédents. Alors que l’album récemment sorti était en voie de finition, au début de l’été 2007, le guitariste Robert Burås est retrouvé mort dans son appartement. Il n’avait que 31 ans. L’avenir de Madrugada était alors incertain. Qu’allaient-ils faire après la perte d’un des trois membres originaux de la formation ? Sivert Høyem et Frode Jacobsen ont finalement décidé de continuer et l’album “Madrugada” est sorti au mois de mars chez nous, un album sur lequel ils rendent hommage à Burås avec le dernier titre “Our Time Won’t Live That Long” chanté et joué seul par le défunt guitariste, lequel a participé à tout l’album. Nous vous proposerons sous peu la chronique de cet opus.

Madrugada est finalement reparti sur les routes et ce soir ils sont cinq sur scène dans une AB version ABBox. Aux côtés de Høyem et Jacobsen, il y a le nouveau guitariste Cato Thomassen, qui joue aussi des claviers, ainsi que Alex Kloster-Jensen (guitare) et Erland Dahlen (batterie) qui tous deux ont participé au dernier album.


Dès le début du concert, nous sommes plongés dans une ambiance intimiste. Le rideau de velours en fond de scène nous donne l’impression d’être dans un petit théâtre. Sivert Høyem, en frontman incontesté, prend le concert en main et le public par la même occasion. Sa voix très imbibée de Nick Cave prend une dimension supplémentaire. Sans doute sont-ils plus sombres et mélancoliques que Cave et ses Bad Seeds, moins exubérants aussi. Cela n’empêche qu’ils ont leur griffe et s’imposent rapidement sur la scène de l’AB.

L’excellent “Look Away Lucifer” fait son entrée dans une ambiance rouge feu, Sivert Høyem prend sa guitare acoustique pour solliciter le démon dans un premier temps. Dans un second, la guitare électrique annonce le changement Lucifer se réveille. D’un ton solide la batterie emboîte le pas le chant se métamorphose en grognements. L’acoustique reprend le dessus rapidement escorté par le band, c’est le feu aux joues que le public applaudit.


“The Hour Of The Wolf” sonne à l’instar d’un hymne, d’entrée planté dans les tripes par la guitare électrique. Construit sur une rythmique solide, le public en meute en redemande. Quand Sivert parle de mensonges, deux boules diffusent un tourbillon de facettes envahissant la salle comme tous ces mensonges auxquels nous sommes confrontés au quotidien. Le concert bien entamé, ils deviendront de plus en plus pris par l’intensité de leur musique, se déchaînant de plus belle.

Le nouvel album était à l’honneur. Normal, il vient de sortir. Outre les deux titres déjà cités, ils ont aussi joué “Honey Bee”, “New Woman / New Man”, “Highway Of Light” et “Valley Of Déception”. Ils n’en ont pas pour autant oublié leurs anciens allant même jusqu’à jouer “Belladonna”, un titre remontant à leur premier album. L’enchaînement des titres est judicieusement choisi et c’est suspendu à leur notes que nous ne voyons pas le temps passer. Leur concert est excellent, le public veut continuer et en redemande toujours plus !

Le rappel est une longue suite de trois titres. Tout se termine dans une Ancienne Belgique au décor scintillant d’étoiles avec le titre “Only When You’re Gone” extrait de l’album “The Nightly Disease”. De quoi nous plonger en plein rêve. Et d’ailleurs nous sommes repartis sourire aux lèvres, échos en tête, avec cette impression d’avoir assisté à un des meilleurs concerts de cette année.

Vous les avez ratés ? Mille fois dommage !

Le Rédac’Chef

Les autres photos de
Madrugada

Photos © 2008 Ingrid Ballieu

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :