30 Ans après… Carl PALMER !

0 Participations

Je retourne à nouveau mon 33 tours.
Sur ma Lenco, Trilogy n’en fini pas de me subjuguer: c’est tellement différent de ce qu’écoutent les copains ! Le casque sur les oreilles, étendu nonchalamment sur mon lit, je laisse vagabonder mon imagination sur “Abandon’s Bolero“. En cette année 73, j’ai tellement l’impression de faire partie “des initiés”.
Je suis un fan de Rock, des parents relativement compréhensifs et me voici avec des cheveux longs (à la Dave Hill de Slade) mais à part les concerts de ma région, je n’ai pas l’autorisation pour les manifestations plus éloignées, Forest National c’est le bout du monde !

Je n’ai pas la possibilité de voir mes idoles en live, je rêve devant la photo de la pochette arrière de “Slade Alive“, comme je voudrais y être !
Depuis bientôt un an, la musique a pris une place importante dans mon existence d’adolescent, je n’imagine pas encore à quel point j’ai trouvé LA passion de ma vie: j’ai 13 ans !

Je vais voir tout ce qui passe par Liège, même si je connais pas (ça m’a permis de voir pas mal de chose très chouette comme Supertramp à L’Emulation devant quelques 200 personnes ou encore Steve Harley et son Cockney Rebel).
C’est l’époque de Bilzen mais c’est encore bien loin pour un ado de mon âge !
Je resterais (et reste encore aujourd’hui) sur ma faim jusqu’en 1976, année où j’ai le plaisir d’assister à F.N. au “Trick Of The Tail Tour” de Genesis, enfin dans une salle qui m’apparait LÉGENDAIRE.
1973 c’est aussi l’année où je découvre le marché du Bootleg (on disait Pirate à l’époque), je suis le très fier possesseur d’un double pirate, acheter à la sortie d’un petit concert au Foyer Culturel de Chénée avec mon argent de poche (plus une aide d’un copain):
Celestial Doggie: The Lobster Quadrille – 1972 American Tour” de Emerson, Lake & Palmer.
Depuis ce jour cet album occupe une place à part dans ma collection.
Plus tard, je serais émerveillé par le triple album live “Welcome Back My Friends To The Show That Never Ends

Après Slade et Deep Purple, je suis devenu un fan d’Emerson, Lake & Palmer… mais à 42 ans, je n’ai jamais eu l’occasion de les voir en concert !!

Depuis plusieurs mois, Francis GERON annonçait la venue de Carl Palmer au SPIRIT of 66. Mes souvenirs d’adolescent m’envahissent, là je vais enfin voir un des trois, et de très près !
Après une annulation et un report, le concert est enfin prévu pour le jeudi 21 novembre. Une place vite réservée (on ne sait jamais) et me voici impatient comme un gamin, impatience qui sera largement récompensée au-delà de mes espérences.

En compagnie de mon ami Michel “Foxboy” Wiquet, on est au 66 dès 19h30, le peu de monde présent à ce moment nous permet de découvrir un scène occupée quasi entièrement par une superbe double batterie aux initiales du propriétaire: C.P.
Des plaques dorées gravées “Carl Palmer” sur les caisses, une foule de symballes et percussions; il ne manque que le gong et ce serait la grande époque !
La salle se rempli petit à petit mais c’est pas la grosse foule, je suis très étonné !
Le concert commence avec une petite demi-heure de retard. Mon Minidisc démarre aussi et là…

C’est la giffle ! Une entrée triomphale sur une musique d’intro (mais c’est la B.O de “Babe” !!)

Ladies & Gentlemen, Carl Palmer and His Band“.

C’est le départ d’un show de plus de 100 minutes. 2 jeunes musiciens accompagnent Carl, Shaun Baxter à la guitare (visage très Jim Morrison) et Dave Marks à la basse (gros favoris à la Gallagher).
Démarrage en force avec un cheval de bataille d’E.L.P.
Le public est conquis dès le premier morceau, le talent des 2 jeunes laisse présager une bonne soirée, je me surprend à comparer les morceaux de Keith transposés pour guitares: en un mot fabuleux ! Shaun utilise d’une façon extraordinnaire la série impressionante de pédales qu’il a à sa disposition.
Par moment, on a l’impression d’entendre des claviers !
Le jeune Dave n’est pas en reste, il nous fera une démo de son talent grandissant lors d’un solo de basse (une 8 cordes !) très applaudi.

Carl, son visage me semble si familier, malgré ses cheveux rasés très courts (moi aussi maintenant et cette fois plus “à la manière de”, uniquement coupe “G.I”), j’ai l’impression de le connaître depuis 30 ans !

Je savais que j’allais voir un excellent batteur, j’ai vu un des plus grand ! (et maintenant j’ai du recul pour juger).
Une chose que je ne savais pas, c’est que j’allais découvrir une Rock Star, une très grosse pointure, un musicien de légende très sympathique, bourré d’humour et qui a toujours l’air de s’amuser malgré ses 52 ans (et il a la pêche !).
Son regard “paternaliste” sur ses jeunes musiciens fait plaisir à voir. Il est là à 1 mètre de moi, celui qui m’a fait rêver pendant près de 30 ans, il parle avec le public comme en aparté, raconte divers anecdotes pour présenter avec humour chaque morceau, et de la sorte à aucun moment le manque de chanteur ne s’est fait sentir !
Son humour très British a enthousiasmé tout le monde et lorsqu’il demande au public ce qu’il a envie d’entendre, en clin d’oeil un fan lui lance “LUCKY MAN“! (pour les non-initiés, quasi le seul morceau d’E.L.P. joué à la guitare acoustique et chanté par Greg Lake, donc impossible à reproduire avec cette formation), rires d’un Carl complice !

Un gros best of du répertoire d’E.L.P nous a permis d’admirer un musicien d’exception, nous a permis de comprendre la difficulté d’exister dans un trio de virtuoses comme Keith et Greg, m’a permis de me dire que lors des méga-concerts d’antant, je n’aurais pas eu la possibilité d’apprécier sa prestation à sa juste valeur (ado mon regard se serait tourné vers Emerson) alors que Carl vaut une reconnaissance totale.
Après un “Carmina Burana” délirant et un rappel époustoufflant (Fanfare For The Common Man), le concert se termine dans une ovation générale.

Le public est content. Je n’ose espérer que comme les autres petits groupes au Spirit… MAIS SI, Carl revient sur le bord de la scène pendant que les Roadies démontent le matériel.
Un Palmer qui se prête très volontiers au jeu des signatures, qui échange quelques phrases avec ses fans médusés devant tant de contact humain, il signe, il serre les mains, il prend la pose avec des admirateurs (là je regrette de ne pas avoir mon Nikon, mais on sait pas tout faire: enregistrer ou photographier, il faut choisir).

Je ne suis pas très autographe mais ici, je vais le trouver: poignée de main, “Carl, Wonderful, Fantastic prestation, Thanks for the show” et lui simplement, après avoir signé mon ticket d’entrée: “Thank you too” !


Simplement comme si j’avais félicité un petit musicien du quartier, aussi ravi que son show puisse encore plaire, il avait l’air heureux.
Lui, mais c’est pas un musicien du coin, lui c’est Carl Palmer !, Carl Palmer d’Emerson, Lake & Palmer !!!

Merci pour cette soirée, Carl.
Merci pour toutes ces années de musique.
Merci pour ces 30 ans passés ensemble.
et bonne continuation sur ta nouvelle voie (nouveau CD prévu pour mars 2003).

Seul “HIC”: un peu plus de 130 entrées !! pas râvi le père GERON et je le comprend ! Que font les amateurs de musique ?
Que faut-il pour déplacer un public, on attend quoi… que le SPIRIT ferme ses portes avec un Francis dégoutté ???
Reste qu’il pourrait “booker” la STAR ACADEMY pour mettre du beurre dans les épinards et peut-être déplacer les foules !
A bon entendeur…

DOMY
Dominique LEBON

7 pensées sur “30 Ans après… Carl PALMER !

  • novembre 24, 2002 à 12:53
    Permalink

    Tout à fait d’accord avec le contre-rendu du concert. Celui-ci fut en effet fantastique.

    Je ne crois d’ailleurs pas que si ELP avait été là au grand complet cela aurait été meilleur car le guitariste et le bassiste étaient excellents (et le mot est faible) et ont apporté beaucoup de fraîcheur à l’ensemble. Les partitions jouées à la guitare étaient grandioses et faisaient oublier
    Emerson (ce qui au départ me semblait impossible).

    Concernant le peu de monde présent cela n’est malheureusement pas nouveau par ex au concert de John Lawton nous étions une 50 (!) de personnes. (Concert d’ailleurs excellent et personnage au combien sympathique).

    Je connais au moins 100 vrais fans d’ELP dans la région de Verviers et aucun n’était au spirit.

    Les excuses ne manquent pas : Travail, famille, budget … mais quand il s’agit d’aller voir
    Status quo à Bruxelles ou Yes à Anvers (Concerts préfabriqués) plus de problèmes.

    Bizarre ? Les vieux rockers (et moins vieux ) deviendraient ils snobs ?

    Le spirit recrée l’ atmosphère de vrais concerts de rock (dans tous les genres) et non pas de grandes foires commerciales. On y respire la sincérité et la joie de jouer.

    Merci à Carl Palmer Band d’avoir contribuer à tout cela et bien sur à Francis sans qui tout cela ne serait possible en espérant de voir de plus en plus de monde (On peut rêver)

    Derui

  • novembre 24, 2002 à 18:46
    Permalink

    C’est encore plus dommage si tu connais au moins 100 fans d’ELP ! C’est vrai qu’il y a toujours des raisons bonnes ou mauvaises, il est un fait que si je n’écoutait que moi, j’irai beaucoup plus souvent voir des concerts, mais comme tu dis, la vie de famille, les gosses “à caser”, le budget, (et puis y a tout les CD à acheter aussi, donc faut faire un choix 🙁 ).

    Alors il faut se faire des priorités, j’aime Status Quo, j’aime Yes, mais mon choix a été vite fait, j’adore le système du SPIRIT OF 66 et je ne crois pas (je suis certain) que je n’aurai même pas eu la possibilité d’approcher Carl PALMER à Forest, même en tant que “chroniqueur” pour MiB.

    Mais là, les vieux rockers snobinards n’auront qu’a lêcher leurs plaies quant Françis aura jeté l’éponge ! Faudra se taper Flanders Expo pour voir un concert digne de ce nom (mais encore avec une acoustique ATTROCE type Boogie Town au Parc à mitrailles).

    Mais toi et moi, on est revenu heureux jeudi soir, et je suis maintenant convaincu que je ne suis pas le seul à dire: ELP au complet n’aurai probablement pas fait mieux !!

    A quand Keith en solo avec ses claviers au SPIRIT pour voir comment il a vieilli ? 😉

    DOMY

    Dominique LEBON

  • novembre 24, 2002 à 21:12
    Permalink

    Malheureusement, j’étais de ceux qui n’était pas au concert de Carl PALMER ; je le regrette un peu, mais des choix sont à faire. Personnellemnt, j’étais au concert de Van WILKS le jour avant (fantastique également) et, franchement, aussi bien en temps qu’en pognon, il faut suivre, surtout que j’en profite, comme beaucoup, pour acheter l’un ou l’autre album (mon record : 5 de la compagnie LOLO’S Record lors de l’exceptionnel concert de GONGZILLA).

    Une question : A-t-il joué autre chose que de l’EMERSON/LAKE & PALMER et y avait-il, par exemple, de l’ASIA?

    Information : Keith EMERSON avait joué sur deux morceaux de l’album “The Way It Is” de Glenn HUGHES en 1999 et l’on avait évoqué à l’époque une collaboration plus approfondie entre les 2 artistes : mon rêve.

    JPS1er

  • novembre 24, 2002 à 21:28
    Permalink

    Beaucoup de morceaux d’ELP (il savait que le public venait pour ça) mais aussi d’autres, sans compter les 2 superbes solos des 2 “jeunes” loups du groupe ! (génial, et là je te rejoint sur un point… le fric, j’aurai bien aimé acheter le CD de Shaun BAXTER mais plus assez de blé sur moi. Je le chercherai chez Caroline) et une version démentielle du “CARMINA BURANA” de Carl ORFF (je me suis déjà repassé 4x ce passage sur mon enregistrement du concert… Génial le MD 🙂 !

    Amitiés à toi

    DOMY

  • novembre 25, 2002 à 13:09
    Permalink

    Allez, juste pour vous faire un peu baver…

    J’ai vu trois fois Emerson, Lake and Palmer : 1 avril 1973, 1 fois en 1974 (je sais plus la date) et enfin le 3 novembre 1992.

    J’ai aussi vu Carl Palmer avec Asia le 5 octobre 1982 (deux jours avant la naissance de ma fille).

    Je me souviens d’une fois où Carl avait une batterie sur plateau tournant. Je ne sais plus si c’était avec ELP ou avec Asia. Je crois que c’était avec ELP.

    Quant à Slade, que tu cites dans ton article et que je ne manquais jamais à l’époque lors de leurs passages à Forest (vu 5x entre 72 et fin 74), j’ai fait une interview de Noddy Holder au festival de Jemelle en août 1972 pour le fanzine que j’avais créé à l’époque. Comme quoi il y a eu un ancêtre papier à Music in Belgium !

    JP

  • novembre 25, 2002 à 13:39
    Permalink

    on bave, on bave “l’ancêtre” 😉

    Mais malgré tout, as-tu eu l’occasion d’aller la pince à un des trois ??

    Nous les “p”tits jeunots de 42 piges” oui ! NA !

    5c’est de l’humour, Jean-Pierre, c’est là que je resterais toujours sur ma faim comme cité dans mon article …

    Amitiés

    DOMY

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :