Paul Gilbert démarre sa tournée à l’Ancienne Belgique

0 Participations

L’AB Club accueillait ce mardi 23 septembre 2008 Paul Gilbert un des guitaristes actuels les plus doués. Guitariste de Racer X d’abord, de Mr. Big ensuite, avant d’entamer une carrière solo, tout en reprenant son rôle dans Racer X depuis 1999 et en passant par des collaborations diverses telles que le G3 de Satriani ou le tribute au Who « Amazing Journey » avec Mike Porthnoy, Billy Sheehan et Gary Cherone, Paul Gilbert a enregistré 11 disques solo, dont le dernier, l’excellent « Silence followed by a deafening roar », est paru cette année.

Gilbert a démarré le set à 20:30, entouré de son groupe, à savoir Craig Martini à la basse, Jeff Bowders à la batterie et Emi Gilbert, son épouse, aux claviers. Bruxelles est la première date du world tour 2008. Le son est excellent, puissant et tous les instruments ressortent avec bonheur. Les musiciens sont virtuoses et constituent un véritable régal pour les oreilles. Craig Martini est particulièrement impressionnant, allant jusqu’à doubler certaines parties de solo de Paul Gilbert avec lui. Ce dernier a un bon contact avec le public et paraît visiblement heureux de jouer. Le set se partagera entre la quasi-totalité des titres du dernier CD instrumental et des classiques du répertoire de Paul Gilbert.

« Eudaimonia Overture » est percutant à souhait, « Suite modale » tout en finesse dans un splendide duo avec Emi Gilbert, « The Cargoyle » se la joue funky, « Bultaco Saturno » met tout le monde K.O, « I cannot tell a lie » est un morceau cool servi façon Gary Moore. « Friday Night » au refrain plus pop donne une note de fraîcheur au set avant que « Jackhammer », plus lourd, issu de l’album « Space Ship One », n’introduise le solo de batterie de Jeff Bowder, dynamique et puissant, sans être trop long. Les « Ibanez » du maître sont parfaitement domptées et il évite le piège de la pure masturbation guitaristique par une sélection judicieuse des morceaux, qui maintient et relance l’intérêt du public tout au long du set. Ainsi « Down to Mexico » est gigantesque et irrésistible (une fantastique version acoustique de ce morceau figure sur son live « Acoustic Samuraï »), « Daddy, Brother, Lover, Little Boy », hit de Mr Big, est rentre dedans à souhait. Le jeu guitare de Paul Gilbert est clair, rapide, inspiré et incisif, varié aussi. Il taquine le metal, le blues, le funk, le classique avec autant de bonheur, tout en irradiant une réelle joie de jouer. Le dernier morceau sera « Technical difficulties », particulièrement saignant.

Un rappel. « Individually twisted » interprété seul par Gilbert, « Viking Kong » et « Green Tinted 60’s mind » de Mr Big, « Bliss » et « Suicide Lover » de l’album « Burning Organ » sont impeccablement rendus.

Un excellent concert de guitariste qui a ravi tous les amateurs du genre, avec beaucoup de puissance et de savoir faire, de faire savoir aussi, des compositions consistantes et une performance dans laquelle la technique oblitère parfois le feeling, dominé par la première.

J’ai eu l’occasion de parler avec Paul Gilbert après le concert et je peux vous confirmer qu’en plus d’être un virtuose, il est aussi un parfait gentleman, éminemment sympathique et ouvert. La marque des grands !

One thought on “Paul Gilbert démarre sa tournée à l’Ancienne Belgique

  • mars 4, 2009 à 23:22
    Permalink

    C’est bien ce que je pensais! Diarrhée musicale sans aucun feeling et largement pompé sur la musique classique. Je ne vais pas me lancer plus que ça car je ne me suis pas plus intéressé à ce style et à l’avenir, je pense que vous devriez faire pareil.

Laisser un commentaire

Music In Belgium
%d blogueurs aiment cette page :