BUILT TO SPILL se la joue nostalgique à l’AB

0 Participations


La tendance est décidément à la nostalgie… En effet, quelques jours après The Lemonheads et Killing Joke, c’était au tour de Built To Spill de venir interpréter, ce 5 octobre, un album dans son intégralité. Leur choix s’est porté sur le classique “Perfect From Now On”.

Mais avant de passer aux choses sérieuses, les natifs de l’Idaho avaient convié un groupe suisse, Disco Doom, pour assurer leur avant programme. Un chanteur barbu aux cheveux longs dont la voix fait penser à celle de Jason Lytle (Grandaddy), un guitariste tout aussi chevelu, adepte à ses heures d’un synthé Würlitzer, un batteur bien propre sur lui et une bassiste qui a l’air de s’ennuyer ferme sur scène. Rien à voir avec de la disco, bien sûr, même si c’est quasi le seul mouvement qui ne se retrouve pas incorporé dans leurs compositions. En effet, cela ratisse large: rock indé, pop crasseuse, musique (légèrement) progressive, lo-fi, rock barbu 70’s à la Free. Le tout dans une atmosphère et un jeu de lumière très sombres. On va simplement dire que 45 minutes, c’était un peu long…

Entre-temps, la salle s’était quelque peu remplie (on était toutefois loin du sold out) pour Built To Spill, un des groupes indépendants américains les plus sous-estimés de ces quinze dernières années. Sans faire de bruit, ils ont influencé des groupes aussi divers que Death Cab For Cutie, Modest Mouse et The Strokes. Des groupes qui sont devenus bien plus célèbres et médiatisés qu’eux…


L’album à l’honneur ce soir, “Perfect From Now On”, est sans aucun doute leur pièce maîtresse. Troisième dans la discographie chronologique du groupe, il sortira en 1997 et obtiendra des critiques dithyrambiques. D’un point de vue musical, il marquera une évolution sensible vers le son qu’on leur connaît aujourd’hui, passant d’un format plutôt rock brouillon à un autre nettement plus expérimental tout en atteignant un équilibre qui montre l’étendue de leur maturité. Les morceaux sont nettement plus longs, savamment travaillés et dégagent un petit quelque chose d’inexpliqué qui le rend particulièrement attachant. Pas pour rien que d’aucuns considèrent cette plaque comme leur chef-d’œuvre.


On ne s’attendait évidemment pas à des surprises concernant la set-list, puisqu’il était prévu que l’album soit joué dans l’ordre des morceaux. Par contre, on se demandait avec quelle conviction et quelle énergie Doug Martsch (la tête pensante) allait emballer le concert. Et sur ce point-là, on a été rassuré. Malgré le poids des ans (un petit bide amortit le choc de sa guitare, tandis que sa calvitie avancée nous fait penser à Tim Harrington, le chanteur de Les Savy Fav), il assure toujours avec sa voix étrangement similaire à celle de Neil Young. Tout en étant nettement plus rock, vu qu’il peut compter sur des musiciens aguerris (dont un qui manie aussi bien la basse que la contrebasse). Cela dit, ils mettront un temps fou à accorder leurs instruments et les interminables moments de silence entre les titres qui en découleront formeront la partie la plus dérangeante du concert. Et ce ne sont pas les timides ‘thank you’ qui arrangeront les choses…

Seulement 8 titres au programme, dont on retiendra tout particulièrement “I Would Hurt A Fly”, “Velvet Waltz” et “Out Of Site”. Mais à bien y réfléchir, l’intro, “Randy Described Eternity” valait aussi le déplacement. Et que dire de “Stop The Show”… On ne mentait pas lorsqu’on parlait de chef-d’œuvre. Surtout qu’en live, l’énergie dégagée par les morceaux est décuplée. Autant vous dire que l’album, ou en tout cas son interprétation, n’a pas pris une ride…

Deux titres anecdotiques en rappel mettront un terme à une soirée destinée surtout à un public de connaisseurs qui, par sa simple présence et son enthousiasme a contribué à rendre justice à un groupe précurseur dont le statut culte n’est clairement pas à mettre en doute.

Les autres photos de

Built To Spill
|
Disco Doom

Photos © 2008 Olivier Bourgi

2 pensées sur “BUILT TO SPILL se la joue nostalgique à l’AB

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :