Europavox Brussels Festival : new talents only

0 Shares

Après avoir contribué à la Belgian Music Week, le Bota s’apprête à accueillir un des événements incontournables de sa saison : le festival Europavox. Ces 8 et 9 février, la crème des artistes émergents émanant des quatre coins de l’Europe se succéderont dans le célèbre complexe de la rue Royale.

Cela fait quelques années maintenant que l’étape belge du festival prend ses quartiers au Botanique. Si l’Italie, la Roumanie, la Lituanie, la France, la Croatie et l’Autriche en accueillent également un volet, le line-up diffère systématiquement d’un pays à l’autre. Rappelons que le but est d’aider des artistes en devenir à obtenir de la visibilité au-delà de leurs frontières nationales tout en accumulant de l’expérience. Raison pour laquelle l’affiche ne comporte pas de noms ronflants. Mais rien n’indique qu’ils ne le deviendront pas…

Une autre particularité du projet Europavox est qu’il ne s’arrête pas à un style particulier. Au contraire, il ratisse large et c’est ce qui le crédibilise davantage. Un patchwork musical qui rayonnera jusque dans les serres du Botanique désormais élégamment rénovées. En effet, la totalité du complexe vivra au rythme du festival avec des concerts à l’Orangerie, à la Rotonde et au Museum.

Le jeudi 8 février prendra une direction plutôt indie au sens large du terme. Entre le psyché funk hypnotique des Hollandais de Yin Yin (découverts au Micro Festival 2021), le rock garage des Spanish girls Melenas (signées sur le très respectable label US Trouble In Mind) et l’art pop de Lucy Kruger & The Lost Boys (des teutons prolifiques et engagés).

Bien entendu, les artistes locaux seront bien représentés et parmi ceux-ci, des noms familiers. On pense bien entendu à Eosine, les vainqueurs du Concours Circuit 2022 et désormais en lice pour le prestigieux Humo Rock Rally. Entre-temps, ils ont signé chez Mayway (The Haunted Youth, Marble Sounds, Mooneye…) et ne devraient pas tarder à sortir un premier album logiquement très attendu. On pense également à Chevalier Surprise qui, eux, ont raflé le concours Du F dans le Texte l’an dernier et dont les performances énergiques emportent tout sur leur passage.

Dans un style tout aussi fougueux, Akira Et Le Sabbat devraient clôturer la soirée en mode dinguo. Mais avant cela, la délicatesse du Rwandais d’origine et Anversois d’adoption Porcelain Id, les explorations mélodieuses des Français UTO et l’éclectisme de la Suissesse Nathalie Froehlich raviront les plus exigeants.

Le vendredi 9 prendra un virage davantage pop et urbain sans toutefois perdre en intérêt. Curiosités et découvertes seront en effet légion. Pointons l’univers de Benjamin Epps dont les punchlines se sont aiguisées tout en introspection sur son récent EP enregistré à New York. Une démarche partagée avec Bulgarian Cartrader, singer-songwriter originaire de Sofia et désormais installé à Berlin dont les influences multiples (du rap au reggae) illuminent des compositions proches d’un Alex Cameron par exemple. Quant aux Finlandais de Pearly Drops, leur pop futuriste s’inspire notamment de Fever Ray en mode synthétique.

Citons encore Ona Mafalda (Espagne), Mariposa (Pays-Bas et Italie via la Colombie), JFDR (Islande), IPNDEGO (Nantes) et le rappeur bruxellois Jow. Sans oublier l’immanquable création signée Unblock Project, quelque part entre danse contemporaine, chorégraphie et projections dans un univers electro-hip-hop. Fruit de l’association du chorégraphe Etienne Rochefort et des musiciens Mondkopf, Joel Brown et Eli Finberg, il implique danseurs, vidéastes et scénographes pour une revue artistique inédite. Ou comment parfaitement schématiser la mission d’Europavox.

Le festival Europavox Brussels se tiendra les 8 et 9 février au Botanique. Infos, détails et tickets par ici.

Laisser un commentaire

Music In Belgium