Personal Trainer, let’s get physical!

0 Participations

Chose encore impensable voici quelques années, le rock indie made in The Netherlands s’exporte aussi bien que son équipe nationale. Ainsi, Pip Blom, Tramhaus et Global Charming suivent la voie tracée par De Staat alors que l’on miserait bien ce qu’il nous reste de crypto-monnaie sur Library Card. Jeudi, ce sont toutefois les Amstellodamois de Personal Trainer qui ont fait transpirer le Witloof Bar…

Il ne s’agissait pas de leur première expérience sur le sol belge car ils avaient déjà joué dans cette même salle en 2019 en support des premiers nommés alors que nos camarades du SMG Music Fest les avaient invités deux ans plus tard pour une prestation mémorable. Ils se sont également retrouvés à l’affiche de la première édition du Ways Around Festival au printemps dernier et les voici donc de retour au Botanique en support de leur tout chaud premier album, « Big Love Blanket ».

Il y a du monde car pas moins de sept musiciens doivent se partager la scène voûtée du Witloof Bar sans se percuter. Un agencement minutieux permettra d’isoler la guitariste Franti Maresova du côté droit et de laisser un espace digne de ce nom au leader Willem Smit qui, lui, ne reste pas en place une seconde. Rien que pendant « Texas In The Kitchen » en intro et en crescendo, il se laissera envoûter et tentera une chorégraphie maladroite en parfaite adéquation avec un personnage loin de se prendre au sérieux.

Du côté gauche, on pointera Abel Tuinstra, un claviériste tout aussi déjanté qui attrape de temps à autre un instrument à vent et qui, dans l’intervalle, bondit sur place comme s’il était monté sur ressorts. À leurs côtés, les autres musiciens regroupés dans un mouchoir de poche se révèlent nettement plus discrets. Mais pas moins efficaces comme le démontrera un « Fiddlefunk » bordéliquement contrôlé qui renvoie du côté de Los Campesinos ou de Car Seat Headrest.

Ceci dit, la troupe peut aussi flirter avec un environnement pop dont l’efficace « Former Puppy » sera un parfait exemple. Un titre qui les rapproche de l’univers de Pip Blom avec qui ils ont des accointances puisqu’elle est passée par le line-up à l’époque, au même titre qu’une tripotée d’autres artistes bataves. Pour l’anecdote, sur la pochette de la mini compilation « Body Warmer », vendue exclusivement lors d’une tournée anglaise l’an dernier, était listé le prénom des 23 (!) membres passés par le groupe, avec un espace pour récolter l’autographe de chacun d’entre eux.

Ils étaleront ensuite d’autres influences allant du Velvet Underground (l’hypnotique « The Feeling ») à Foals (« Rug Busters » et son trombone, le sautillant « Cut Loose ») en passant par le hip hop retenu (le groovant « Key Of Ego », « Politics »). Toujours avec la même conviction et le grain de folie du chanteur qui a entre-temps oté ses chaussures. On les préfère toutefois lorsqu’ils se la jouent plus sombre, portés par une basse sinistre claquante. On pense à un « The Loozer » délicieusement post-punk aux riffs de guitare entêtants et surtout au puissant « You Better Start Scrubbing » et à son final de dingue. On s’attendait d’ailleurs à voir ce titre joué en clôture du set principal mais ils choisiront le destructuré « Milk » à la place, avec une certaine réussite.

Ils reviendront pour un unique rappel lors duquel leur hit single « The Lazer » sera mis en valeur. Il verra notamment le leader abandonner momentanément ses collègues pour revenir coiffé d’une demi-boule à facettes géante alors que des sons électro pimentaient le morceau et que quelques mouvements de foules faisaient enfin leur apparition dans le public. On se souvient qu’au SMG Music Fest, le moshpit avait chauffé. Et c’est peut-être bien la seule chose qui a manqué au Witloof Bar ce soir…

SET-LIST
TEXAS IN THE KITCHEN
FIDDLEFUNK
FORMER PUPPY
THE LOOZER
THE FEELING
RUG BUSTERS
KEY OF EGO
CUT LOOSE
POLITICS
YOU BETTER START SCRUBBING
VAALSERBERG HERO
MILK

THE LAZER

Laisser un commentaire

Music In Belgium
%d blogueurs aiment cette page :