Conférence de presse du Festival d’Art de Huy, édition 2019 (Part 2)

75 Participations

Second volet de la programmation de ce festival dédié aux Musiques du Monde, des infos toujours recueillies suite à la conférence de presse donnée ce jeudi 13 juin au Centre Culturel de Huy, avec un programme plutôt allégé en ce qui concerne le samedi 24 août ce qui permettra aux festivaliers de souffler un peu avant la dernière journée plutôt chargée et diversifiée côté de la musique et des traditions (Congo, Sénégal, Brésil, Mexique, Venezuela, Colombie, Belgique, France et Madagascar) !

Mais revenons tout d’abord au samedi 24 août avec d’une part Ronan Le Bars Group, un projet centré autour de la cornemuse irlandaise Ronan étant un virtuose de cet instrument au son aigu et dansant, proposant évidemment un moment hautement celtique :

Ensuite ce sera le tour d’une grand figure de la musique belge avec la prestation de Greg Houben (fils du grand Steve Houben), un artiste lumineux aux dires d’Emmanuelle Greindl qui propose ici un projet fou mélangeant les traditions brésiliennes (la Bossa-nova) et les traditions belges voir liégeoises (les boulets)…un projet quelque peu déjanté où la dérision se fait maximale lorsque l’artiste conçoit un clip-vidéo :

Passons donc à cette dernière journée qui sera longue vu le fait que celle-ci va démarrer dès 11h du matin, avec coup sur coup deux projets orchestrés avec la complicité de Muziekpublique une A.S.B.L. bien connue dans le domaine des musiques venues d’ailleurs, une académie musicale à part entière où près de 600 élèves appréhendent les traditions et instruments d’autres continents (Afrique, Asie, Moyen-Orient…) sous le contrôle d’une pléiade de virtuoses souvent venus de loin. Pour ce début de dimanche consacré aux familles, nous aurons en premier lieu le Duo Seco composé de deux musiciens venus d’Afrique (Congo et Sénégal), qui naviguera sur le Val Mosan (la croisière musicale, un classique du festival) en compagnie des petits et des grands.

Autre moment familial mais dans un autre lieu celui du Fort de Huy avec comme chaque année le parcours musical où, l’Amérique Latine sera mise à l’honneur avec plusieurs duos voir trios composés de musiciens originaires du Brésil, du Mexique, de Venezuela et de Colombie. C’est Osvaldo Hernandez (percussions) qui nous présente le concept qu’il a d’ailleurs initié, le but étant de rassembler des musiciens d’Amérique Latine pour construire un maillage artistique (Laberinto Latinoamericano) et proposer autre chose que les clichés musicaux bien connus de tous. Notons encore que la présence de deux musiciens vénézuéliens (père et fils, la tradition se transmet au sein de la famille), sera plutôt symbolique par rapport aux événements que vit actuellement ce pays fortement en crise ! Ajoutons enfin que les musiciens joueront sans amplification et ce, pour renforcer le côté acoustique et naturel de la musique. Je vous laisse déguster justement un extrait musical de ces deux musiciens nous venant du Venezuela :

On passe alors à la soirée de ce dernier jour décomposée en trois parties avec tout d’abord le projet Resonance initié par Quentin Dujardin présent lors de la conférence, ce dernier présentant ce concept mélangeant musique baroque et musique médiévale ici accompagnées d’un chant contre-ténor ! A partir de textes anciens le groupe composé de trois musiciens et d’un chanteur, réinterprète d’une certaine manière cette matière en la transposant dans une musique, qui s’exprime au mieux dans des lieux à la fois symboliques mais surtout porteurs des sons (cathédrale…) d’où peut-être le nom de Resonance pour un projet qui jouera justement à la Collégiale Notre Dame de Huy :

On part ensuite vers Madagascar avec la belle Taliké Gellé et son trio Antsa, pour un moment rythmé par les percussions et les cordes et bien évidemment les chants malgaches. On terminera cette édition 2019 par la réunion de deux groupes, l’un provenant de Belgique et l’autre provenant du Brésil, le tout (Anavantou) pour une fin de soirée où le public sera debout pour danser et bouger sur une musique festive née de la rencontre improbable entre des rythmes afro-brésiliens et du folk européen ! Voilà pour terminer ce que l’on pourrait appeler une fusion musicale au départ d’un travail transatlantique :

Sachez que votre serviteur sera présent au festival, ce sera l’occasion de vous proposer plusieurs compte-rendus de concerts mais si cela vous tente, n’hésitez pas à venir à Huy fin du mois d’août pour découvrir toutes ces Musiques du Monde !

https://www.facebook.com/festivaldartdehuy/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :