Indie Flash #6 : La Jungle, run SOFA, Piroshka, Villagers, l’été des festivals

0 Participations

N’en déplaise à Pfizer, Moderna, AstraZeneca ou Johnson&Johnson, la seule dose à l’efficacité reconnue est celle administrée par l’Indie Flash. Au programme de cette édition, trois albums qui risquent de tourner en boucle dès leur disponibilité, un single imparable et un été musicalement bousculé.

Mais projetons-nous d’abord à la date du 21 mai qui portera la griffe de La Jungle. “Fall Off The Apex”, la quatrième plaque du duo infernal, paraîtra conjointement sur À Tant Rêver Du Roi, Black Basset Records et Rockerill Records. Enregistré au printemps dernier, le successeur de l’excellent Past//Middle Age//Future ponctue en quelque sorte une année chargée en projets divers avec un léger décalage. On aura l’occasion d’y revenir abondamment dans la chronique que nous lui consacrerons aux alentours de sa sortie. Mais dans l’immédiat, le premier single, “Le Jour Du Cobra”, lève un coin du voile sur une direction encore plus intense, tribale et explosive. Les initiés comprendront, les autres succomberont.

Rappelez-vous, voici environ un an, en plein confinement initial, les gaillards de run SOFA publiaient un EP Live (“Jomo”) enregistré à Hasselt et chapeauté par Jan Viggria, le guitariste de The Guru Guru. C’est de nouveau lui qui a supervisé la mise en boîte (au Studio Farrm, dans son Limbourg natal) du deuxième album des Carolos. Baptisé “Face It”, il sera publié à l’automne chez Cloudshaper et promet une évolution sensible dans leur chef. “Like That”, qui vient tout juste d’être affublé d’un clip, en donne une petite idée. On se trouve dans un univers proche de celui de Sleaford Mods en moins énervé, certes, mais tout aussi prenant et addictif. Une ligne de basse groovante et des riffs de guitare cinglants lorgnant vers le post-punk enveloppent ainsi un flow tendu et retenu, libéré de tout artifice. Place désormais à l’essentiel…

Aux côtés de Minor Victories, Namdose, La Colonie de Vacances et sans doute bientôt Beachy Head (dont l’album sort demain), Piroshka fait partie de nos supergroupes indie préférés de ces dernières années. Le projet né sur les cendres de Lush vient d’annoncer la sortie du follow-up de “Brickbat”, qui avait terminé dans notre top 2019. La vocaliste Miki Bereniyi, le bassiste Michael Conroy (ex-Modern English), le batteur Justin Welch (ex-Elastica) et le guitariste KJ McKillop (ex-Moose) sortiront “Love Drips And Gathers” chez Bella Union le 23 juillet. À en croire Miki, si le premier album tendait plutôt vers un revival britpop, le second explore davantage des recoins shoegaze aux textes introspectifs et personnels, comme le démontre “Scratching At The Lid”, le single avant-coureur.

Dans un registre plus retenu mais tout aussi prenant, faisons entrer Villagers. Si ce n’est le single isolé “Summer’s Song”, Conor O’Brien était resté discret depuis “The Art Of Pretending To Swim” en 2018. L’attente est désormais terminée puisque “Fever Dreams” paraîtra le 20 août chez Domino Records. Un cinquième album introduit par ces quelques mots sur le site internet des Irlandais : “Sometimes the most delirious states can produce the most ecstatic, euphoric and escapist dreams…”. Les bases ont été jetées lors de deux sessions en full band avant que la pandémie et le confinement ne contraignent le leader à les peaufiner en solitaire chez lui, à Dublin. “The First Day”, le premier extrait, passe d’un environnement sombre à la Portishead à une euphorie aux chœurs gospel presque rêveuse. Une tournée est d’ores et déjà prévue outre-Manche en automne, celle sur le continent devrait logiquement suivre.

Terminons par un rapide coup d’œil sur les festivals qui auraient dû illuminer notre été. Certains ont jeté l’éponge depuis longtemps, le Graspop et Rock Werchter en tête. D’autres viennent tout juste de leur emboîter le pas. C’est la cas du Cactus Festival dont la prochaine édition se tiendra à Brugge entre le 8 et le 10 juillet de l’année prochaine mais aussi du Suikerrock de Tienen. Prévue à l’origine en 2020, la Farewell Edition aura désormais lieu en 2022. Si l’on était complotistes, on affirmerait volontiers que le virus a été créé pour contester la décision des organisateurs. Quant au Dour Festival, l’officialisation de son report ne devrait plus tarder. Heureusement, tout n’est pas négatif. La preuve avec les Lokerse Feesten qui annoncent travailler sur une version alternative et Corona-friendly de leur événement. Plus d’infos à ce sujet très bientôt…

Laisser un commentaire

Music In Belgium
%d blogueurs aiment cette page :