Raismes Fest 21 : du beau monde, en septembre, chez la Princesse d’Arenberg

151 Participations

Chaque année, depuis plus d’une décennie, l’équipe de Music In Belgium tente de vous convaincre de franchir l’obsolète poste frontière d’Hensies et d’avancer d’une petite vingtaine de kilomètres sur le territoire français afin d’y découvrir comment nos amis du Raismes Fest se débrouillent pour rendre hommage aux souverains incontestés du Hard Rock, tout en offrant aux nouveaux talents de la scène l’opportunité de fouler les planches les plus respectées du Ch’nord. Un peu las, comme l’ami Don Quichotte, de nous battre contre des moulins à vent, nous songeons  sérieusement à renoncer à partager avec vous les détails de ce qui s’annonce déjà comme le week-end Hard Rock’n’roll le plus jouissif de l’année 2019.

Si vous avez déjà participé à l’une des vingt éditions précédentes, vous savez et nous n’avons nul besoin de vous convaincre ! Si ce n’est pas le cas, et bien nous vous conseillons simplement de faire comme d’habitude : Ne vous rendez pas à pas à Raismes les samedi 14 et dimanche 15 septembre. Ne profitez pas de l’accueil chaleureux légendaire des ‘Gens du Nord’ qui, pour la somme ridicule de 40 EUR (pour un jour) ou 72 EUR (pour les deux) ne vous proposent, après tout, qu’ un sésame permettant d’assister à la plus magique des kermesses. N’allez pas y voir le génial Glenn Hughes renouer avec son glorieux passé ‘Deep Purplelien’ ; N’assistez pas à la prestation familiale burnée du père Phil Campbell et de ses Bastards Sons ; Rockers amoureux, ne mettez pas votre couple en danger en confrontant votre charmante conjointe aux blondes crinières, aux sourires charmeurs et au Hard Rock  des suédois de H.E.A.T. et Electric Boys.  Rockeuses ne risquez pas d’exposer la beauté fatale et la guitare ensorceleuse de la talentueuse Laura Cox aux regards lubriques de vos infidèles compagnons. Amateurs d’élégance Prog Métallique, passez sur l’opportunité d’assister à l’une des rares prestations annoncées en 2019 par le quintette norvégien Leprous ;  Accros aux Heavy Blues seventies, manquez une fois de plus la prestation triomphante de Zodiac en terre raismoise ;  Inconditionnels de la N.W.O.B.H.M. n’essayez pas de découvrir si vos héros de Tokyo Blade sont toujours les fines lames qu’ils étaient au début des Eighties ; Fans de Bjorn Strid (Soilwork) et Sharlee d’Angelo (Arch Enemy, Mercyful Fate, etc.) ne tentez pas de savoir ce que donne en live The Night Flight Orchestra, le side project Hard Rock de vos idoles. Nostalgiques de Thin Lizzy, ne venez pas assister à rétrospective proposée par Brian Downey, le batteur originel du gang irlandais, en compagnie de son projet Alive And Dangerous ; Curieux et avides de nouveautés, ne venez surtout découvrir les futurs grands que sont (probablement) DeWolf (Rock Psychédélique batave), Aaron Buchanan & The Cult Classics (Rock Britannique), Massive (Heavy Rock australien), Molybaron (Metal Progressif français), 58 Shots (Classic Rock français), Sweet Needles (Heavy Rock français), Octane (Heavy Rock français) et Come Unstuck (Punk Rock français).

Si, malgré nos efforts pour vous convaincre de rester chez vous, vous décidez quand même de tenter l’aventure du bonheur auditif dans un festival accueillant peuplé de gens sympathiques, nous ne pouvons que vous conseiller de jeter un oeil sur le site officiel du Raismes Fest. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires à la préparation de vos 48 heures de béatitude.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :