3RD SECRET – 3rd Secret

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Après la séparation de Nirvana suite au décès tragique de Kurt Cobain en 1994, l’avenir n’était pas évident pour les deux survivants Dave Grohl et Krist Novoselic. Puis le destin a tranché : le premier est devenu une rock star internationale avec les Foo Fighters et le second… Eh bien, le second, il a eu un peu moins de chance et même si la carrière post-nirvanesque de Krist Novoselic n’a pas eu le prestige, la fortune et la gloire de son ex-compagnon Grohl, on peut quand même en retirer de bons moments.

En 1995, Krist Novoselic fonde Sweet 75 pour un album resté relativement discret, puis Eyes Adrift en 2002, toujours avec un résultat mitigé. Le bonhomme trouve finalement refuge chez le mythique groupe Flipper de 2006 à 2009, avant de partager son temps entre activités politiques et associatives au niveau local, et bien sûr la musique avec son nouveau groupe Giants In The Trees. Ici, il n’est pas question de se jeter contre les murs en jouant du grunge effervescent, mais plutôt de fomenter un folk rock tout tranquille, Kris Novoselic s’étant même mis à l’accordéon, habillé en amiche. Quel parcours…

Giants In the Trees sort deux albums en 2017 et 2019 et les résultats commerciaux sans doute assez modestes poussent Krist Novoselic à tenter un nouveau coup avec un super-groupe appelé 3rd Secret. Il y embauche ses chanteuses de Giants In The Trees, Jillian Raye et Jennifer Johnson, et va chercher ses vieux collègues de la grande époque du grunge, Matt Cameron (batteur des biens connus et glorieux Pearl Jam), Kim Thayil (guitariste de Soundgarden), auxquels s’ajoute une ancienne gloire underground de la scène punk hardcore américaine des années 80, Bubba Dupree (vu notamment dans Void et Hater). Autre monstre sacré de l’époque, Jack Endino, le producteur grunge par excellence (Mudhoney, Nirvana, L7, Babes In Toyland, Afghan Whigs, TAD, Green River…), est mobilisé derrière la console, comme une cerise évidente sur le gâteau.

Nous avons donc avec 3rd Secret ce qu’on appelle un super-groupe, assemblage plus ou moins durable de musiciens issus de grands groupes qui cherchent à faire un groupe plus grand, avec en général une chance sur deux de se planter. Ici, il faut bien admettre que l’alternance systématique d’un morceau folk rock et d’un titre heavy rock amenuise assez la fluidité du cours des compositions. Au point que les amateurs de heavy rock peuvent écouter les morceaux pairs et que ceux qui aiment le folk peuvent faire de même avec les morceaux impairs. On peut aussi poser la question sous un autre angle. Si on veut écouter un album tranquille et plein de douces émotions, on sera gêné par le boucan hard rock qui intervient régulièrement, alors que si on cherche à se défouler avec du bon gros rock bien lourd, il y aura toujours une chanson douce qui viendra refroidir l’ambiance. Peut-être aurait-il fallu faire une face hard rock et une face folk, comme sur le ʺLed Zeppelin IIIʺ ?

Quoiqu’il en soit, on va faire ici les schizophrènes et reconnaître les mérites des morceaux calmes tout autant que les titres plus énervés. La voix grave et aérienne de Jillian Raye est un envoutement, quelque chose entre Chrissie Hynde et Marianne Faithfull. Cette voix hante les aspects folk de l’album, comme sur ʺRhythm of the rideʺ ou ʺLast day of Augustʺ, mais il y a aussi Jennifer Johnson qui développe un timbre plus délicat (le superbe ʺWinter solsticeʺ). Sur les morceaux plus costauds, Jillian Raye est parfaite, surtout pour donner un peu d’originalité à des titres que les hommes ne se sont pas trop foulés à composer. On a ici du grunge au rythme lent, qui rappelle bien évidemment les premières œuvres de Pearl Jam et surtout de Soundgarden, mais les idées apportées ici arrivent du passé. Ce fut un passé glorieux qui ravira les nostalgiques de cette époque, mais c’est du passé tout de même. Cependant, pour le versant bruyant de l’album, on appréciera ʺI choose meʺ ou ʺLies fade awayʺ. Krist Novoselic ne peut s’empêcher de sortir l’accordéon, sa nouvelle mascotte, pour l’étrange ʺRight stuffʺ, rengaine mélancolique qui détonne quelque peu avec le reste de l’album.

Pour conclure, on dira effectivement que cet album est assez hétérogène, ce qui ne le rend pas toujours très cohérent. Mais le pedigree des bonshommes impliqués dans ce 3rd Secret est suffisamment prestigieux pour qu’on se laisse aller à une certaine indulgence.

Le groupe :

Krist Novoselic (guitare, basse, accordéon)
Jillian Raye (chant, basse, guitare)
Jennifer Johnson (chant)
Matt Cameron (batterie)
Kim Thayil (guitare)
Bubba Dupree (guitare)

L’album :

ʺRhythm of the Rideʺ (4:33)
ʺI Choose Meʺ (4:30)
ʺLast Day of Augustʺ (5:27)
ʺWinter Solsticeʺ (4:22)
ʺLies Fade Awayʺ (3:46)
ʺLive Without Youʺ (2:50)
ʺRight Stuffʺ (3:19)
ʺDead Seaʺ (4:43)
ʺDiamond in the Coldʺ (4:17)
ʺSomewhere in Timeʺ (4:02)
ʺThe Yellow Dressʺ (7:00)

https://www.facebook.com/3rdSecretBandunofficial

Pays: US
Autoproduction
Sortie: 2022/04/09

Laisser un commentaire

Music In Belgium