ARABS IN ASPIC – Madness and magic

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

De la folie et de la magie, c’est à ce cocktail envoutant que nous invite Arabs In Aspic, un groupe progressif norvégien basé à Trondheim et à qui l’humanité doit déjà les albums ʺProgeriaʺ (2003), ʺFar out in Aradabiaʺ (2004), ʺStrange frame of mindʺ (2010), ʺPicture in a dreamʺ (2013), ʺVictim of your father’s agonyʺ (2015) et ʺSyndenes magiʺ (2017), aux belles pochettes dessinées caractéristiques. On voit donc que ça fait un certain temps que ça dure et la discrétion d’Arabs In Aspic sur la Toile (quelques extraits d’albums sur YouTube, juste le dernier album écoutable sur BandCamp) est presque impardonnable, tant ce groupe mérite d’être découvert.

Ce sont surtout les amateurs de rock progressif seventies pur jus qui vont être captés par les longs morceaux que ce groupe est capable de développer. On pense immédiatement à Pink Floyd face aux voix, aux guitares cristallines et aux nappes de Mellotron qui hantent l’album ʺMadness and magicʺ. Erik Paulsen (basse), Stig Arve Jørgensen (claviers et chant), Eskil Nyhus (batterie) et Jostein Smeby (guitare et chant) connaissent leurs classiques. Ils manipulent avec aisance un rock progressif qui sait parfois s’alourdir et mélangent avec discernement guitares puissantes ou à douze cordes, une basse et des percussions parfois funky (ʺHigh-tech parentʺ) et des sonorités houleuses sorties des orgues Hammond B3, Rhodes ou Mellotron d’époque.

Sur cet album, les gens d’Arabs In Aspic évoquent dans leurs textes des questions relatives à l’approche de l’humanité par rapport au progrès technique, notamment le numérique et ses dangers potentiels. Toutes les médailles ont leur revers et les merveilles que peut apporter la culture numérique ne sont pas dépourvues d’un côté sombre, comme finalement toutes les technologies dont nous bénéficions. Il nous revient donc d’être prudent, de ne pas nous précipiter trop vite dans l’avenir. Une des meilleures façons de rester connecté au passé est justement de se replonger dans ces années 1970 utopiques et libres, dont la musique d’Arabs In Aspic est une belle résurgence.

Et en matière de Seventies authentifiées à la cire, cet album, apparemment plus prog et plus délicat que les œuvres précédentes, montre une belle maturité créatrice et une manière de recycler l’héritage des maîtres (Pink Floyd, donc, mais aussi King Crimson, Camel ou Gentle Giant) pour en renouveler l’esprit dans notre monde moderne. Le dernier titre ʺHeaven in your eyeʺ, avec ses 17 minutes de cavalcades prog complexes et chahutées, est un petit moment d’anthologie.

Le groupe :

Erik Paulsen (basse)
Stig Arve Jørgensen (claviers et chant)
Eskil Nyhus (batterie)
Jostein Smeby (guitare et chant)

L’album :

ʺI Wow To Thee, My Screenʺ (08:22)
ʺLullaby For Modern Kids, Part 1ʺ (08:19)
ʺLullaby For Modern Kids, Part 2ʺ (02:06)
ʺHigh-Tech Parentʺ (04:34)
ʺMadness And Magicʺ (06:47)
ʺHeaven In Your Eyeʺ (16:45)

https://arabs.bandcamp.com/album/madness-and-magic
https://www.facebook.com/arabsinaspic/

Pays: NO
Karisma Records
Sortie: 2020/06/12

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!